Salut les Fastfooters ! Comme lors de chaque compétition internationale, les recruteurs des grands clubs européens scrutent l'éclosion de nouvelles stars du ballon rond, pour tenter de renforcer leurs effectifs respectifs. Le Mondial brésilien, qui voit briller la majorité des équipes sud-américaines engagées, pourrait notamment permettre à l'Equatorien Enner Valencia ainsi qu'au Costaricien Joël Campbell, de quitter leurs clubs respectifs pour rejoindre des écuries plus huppées. Particulièrement brillants lors du premier tour, ces deux jeunes attaquants semblent promis à un bel avenir. Reste à savoir où il se jouera...

Enner Valencia, auteur de 3 buts en Coupe du monde.

Enner Valencia, auteur de 3 buts en Coupe du monde.

En Equateur, un Valencia peut en cacher un autre. Eliminée de la Coupe du monde après avoir été tenu en échec par l'équipe de France mercredi soir au Maracana (0-0), la "Tri" n'a pourtant pas à rougir de son parcours. Pour donner du fil à retordre aux favoris du groupe E, la sélection dirigée par Reinaldo Ruelo a pu compter sur Valencia. Antonio, l'ailier surpuissant de Manchester United ? Non, il s'agit plutôt de son homonyme prénommé Enner. Auteur des trois buts équatoriens de ce Mondial - dont un doublé capital contre le Honduras - l'attaquant de pointe de la sélection sud-américaine a porté l'équipe sur ses épaules en posant notamment de gros problèmes à la charnière centrale française - composée de Koscielny et Sakho - mercredi soir. Explosif et doté d'un talent de dribbleur évident, ce jeune homme très pieux (il évoque Dieu à chaque phrase, ou presque, lors de ses interviews) a exaucé l'un de ses rêves d'enfant en faisant trembler les filets lors d'une Coupe du monde.

 

En club, le buteur brille sous les couleurs du club mexicain de Pachuca, avec lequel il compte 18 réalisations en 23 rencontres depuis le mois de janvier 2014. Mais le modeste championnat d'Amérique centrale pourrait vite s'avérer insuffisant pour Enner Valencia, que plusieurs recruteurs européens ont dans le viseur. Attirés par sa vitesse et son profil athlétique, plusieurs clubs de Premier League ont déjà jeté leur dévolu sur l'attaquant de la "Tri". Newcastle, Tottenham, mais aussi Porto, qui cherche un remplaçant au Colombien Jackson Martinez figurent parmi cette liste de courtisans. Pour l'instant, le premier club cité semble avoir de l'avance sur ses rivaux, puisque les négociations auraient déjà débuté entre les dirigeants des Magpies et ceux du club mexicain, qui réclament un peu moins de 10 millions d'euros pour laisser leur pépite s'envoler vers l'Europe.

Comme beaucoup de jeunes joueurs repérés par Arsène Wenger, Joël Campbell est bourré de talent. Et pourtant, l'éclosion de l'attaquant costaricien au plus haut niveau s'est longtemps fait attendre. Ses performances avec les "Ticos" lors du Mondial semblent attester qu'il est sur la bonne voie. Auteur d'un but et d'une excellent performance contre l'Uruguay (3-1), à nouveau précieux face à l'Italie (victoire 1-0 du Costa Rica puis l'Angleterre (0-0), Campbell est l'une des principales têtes d'affiche de l'équipe surprise du Mondial, qui a réussi l'exploit d'achever le premier tour à la première place du groupe de la mort.

Du coup, l'avenir du jeune homme de 21 ans s'est subitement éclairci. Reconnaissant ses progrès, Arsène Wenger à décidé de récompenser Campbell en l'intégrant au groupe d'Arsenal pour la pré-saison. Arrivé chez les Gunners en août 2011, Campbell a d'abord réalisé un véritable tour d'Europe, sous la forme de prêts successifs à Lorient, au Betis Séville ou à l'Olympiakos, pour s'aguerrir. Aujourd'hui, il rêve d'enfin s'imposer chez les Gunners dans le prolongement d'un Mondial d'ores et déjà réussi avec le Costa Rica. En aura t-il la possibilité ? Rien n'est moins sûr : le quotidien italien Tuttosport croit savoir que Joël Campbell pourrait servir de monnaie d'échange dans le cadre d'un transfert de Mario Balotelli - dont la valeur est estimée à plus de 35 millions d'euros par le Milan AC -vers le club londonien. Et se retrouver sous le maillot des rossoneri.

Retour à l'accueil