Hello les Fastfooters ! Après les Los Angeles Galaxy, une franchise se lance, depuis quelques semaines déjà, dans le recrutement de stars européennes en fin de carrière. Histoire de constituer une équipe de "galactiques", sauce américaine. Son nom : New York City FC. Une team aux ambitions affichées qui compte bien éclipser, au sein de Big Apple, les New York Red Bulls de Thierry Henry et tuer dans l'oeuf l'obscur projet des Cosmos. 

NYC, un logo qui claque.

NYC, un logo qui claque.

Tête(s) de gondole

 

Depuis quelques jours, le New York City FC est passé de l'ombre à la lumière, du moins sur le Vieux continent. Alors que les images des performances de Thierry Henry ou encore de Juninho circulent depuis des années en Europe, un autre club de Big Apple veut se faire un nom sur la planète football. Et pour y parvenir, le NYCFC compte bien s'appuyer sur des têtes de gondole de renom, des trentenaires qui cherchent à s'offrir un ultime challenge mais aussi un dernier... pont d'or. 

 

Et pour attirer les projecteurs, il faut convaincre un, puis plusieurs noms qui claquent. Et celui qui a associé en premier son patronyme en haut de l'affiche de cette franchise n'est autre que David Villa

Auteur d'une saison exceptionnelle avec l'Atlético Madrid (1 Liga remportée et finaliste de la Ligue des Champions), l'ancien goleador du FC Barcelone, âgé de 32 ans, a inscrit 15 buts et délivré 3 passes décisives en 46 matches joués. Correct. De plus, Villa a été retenu dans la liste des 23 de Del Bosque pour disputer la Coupe du Monde au Brésil avec la sélection espagnole. 

 

Après 661 matches disputés toutes compétitions confondues, El Guaje débarque aux Etats-Unis où il a paraphé ces dernières heures un contrat de trois ans. Pour l'heure, rien n'a filtré sur les clauses de ce bail, ni sur le salaire. Mais nul doute que le gamin (son surnom) a dû y trouver son compte. Ce dernier s'est contenté de qualifier l'offre "d'irresistible", aussi bien pour lui que pour sa famille. Mais attention, l'ancien joueur de Valence n'est pas le seul à y trouver son compte...

Villa est une formidable vitrine pour les responsables de NYCFC afin de signer d'autres grands noms du football mondial. Ainsi, Frank Lampard, 35 ans, meilleur buteur de l'histoire de Chelsea (211 réalisations) a assuré qu'il quittera les Blues après 13 années de bons et loyaux services après le Mondial.

 

De nombreuses rumeurs propulsent d'ores et déjà l'international anglais (103 sélections) vers New York City FC mais, à en croire la BBC, l'agent de Lampard aurait reçu pas moins de seize offres. Le joueur communiquera sa décision après la Coupe du Monde. A noter que le mileiu de terrain anglais partira libre de la capitale anglaise cet été... 

 

Enfin, le quotidien espagnol Sport relayait récemment une offre de NYCFC pour attirer dans ses filets le métronome du Barça et de la Roja (131 sélections), Xavi Hernandez, 34 ans.

Un tunnel transatlantique enfin fonctionnel

 

New York City FC est une franchise totalement neuve. Elle est devenue la 20e du nom en Major League soccer, le championnat américain de football et a répondu a une vive attente des pontes de la MLS. En effet, ces derniers cherchaient, depuis plusieurs année, à créer une nouvelle franchise, si possible avec le soutien d'une grosse écurie européenne. En 2008, le FC Barcelone était très intéressée à l'idée de lancer une franchise du côté de Miami mais le projet a été rapidement avorté. Plus récemment, ce sont les Cosmos, par les voix de Pelé et Cantona qui semblaient tenir la corde. Mais depuis, l'affaire est au point mort. Et ce sont finalement les propriétaires dubaïotes de Manchester City qui raflent la mise. 

 

En effet, au début de l'année 2013, ces derniers s'acquittent des 100 millions de dollars exigés pour toute création de franchise sur le sol américain. Outre l'aspect financier, l'opération a été rendue possible grâce à un partenariat scellé entre Man City, l'équipe de baseball des New York Yankees

 

Les commissaires de la MLS se réjouissent de cette nouvelle team, qui rentrera en concurrence directe avec un autre club du Grand New York, les New York Red Bulls, dont les infrastructures se trouvent à Harrison depuis près de 20 ans. Un deuxième derby verra donc le jour en 2015, date d'entrée de la franchise NYCFC dans le championnat nord-américain. Le patron de la MLS, Don Garber, ne cachait pas son enthousiasme après cet accord : « C'est une avancée qui va permettre à la MLS d'atteindre de nouveaux sommets, a expliqué Don Garber, le responsable du projet. L'aire urbaine de New York fait plus de 19 millions d'habitants, et nous espérons créer une vraie rivalité entre le New York City Football Club et les New York Red Bulls pour captiver cette grande ville. »

La fondation du New York City FC répond donc à une logique de marché. Le soccer est de plus en plus populaire aux Etats-Unis, avec des franchises telles que Chivas USA, Los Angeles Galaxy ou encore les New York Red Bulls et des joueurs tels que David Beckham ou encore Thierry Henry. Ce championnat avait besoin d'un nouveau souffle, notamment depuis le départ du Spice Boys. 

 

Pour Manchester City, la naissance de ce petit frère est une aubaine, notamment en termes de recettes. On imagine déjà les tournées estivales où les stars seront alignées du côté de New York, avec les Aguero, Villa, Nasri ou encore Yaya Touré. Ces derniers ont déjà effectué une tournée promotionnelle à Big Apple. Enfin, c'est la marque Manchester City qui s'exporte à travers le monde.

Les Citizens en campagne sur les terres new-yorkaises.

NYCFC ou le boom du soccer 

 

Depuis près d'une vingtaine d'années, le soccer est dans une lente phase de développement sur les terres de l'Oncle Sam. L'intérêt du public grandit mais ce sport ne connaît pas encore un engouement comparable à celui du base-ball et du basket-ball. Qu'à cela ne tienne, pour devenir une réference aux States et à travers le monde, la Major League Soccer pratique un libéralisme de la première heure quant à l'arrivée d'un investisseur ou l'instauration d'une politique agressive de recrutement. 

 

David Beckham, l'un des papes du soccer, a obtenu ces derniers mois l'autorisation de fonder sa propre franchise à Miami (21e franchise en vue donc). Plus récemment, la MLS a donné son feu vert pour l'apparition d'une 22e franchise à Atlanta, qui fera son entrée officielle dans le championnat en 2017. Son propriétaire, Arthur Blank, n'est pas un novice dans l'univers du sport puisqu'il est déjà propriétaire des Atlanta Falconséquipe de football américain.

 

Autre signe de ce marché en plein essor, les récents investissements massifs du FC Toronto, une formation qui avait pris pour habitude de végéter dans les profondeurs du classement. Première franchise canadienne intégrée à la MLS en 2007, le FC Toronto décide de passer à l'action l'été dernier en attirant des grands noms de championnats européens : l'attaquant anglais Jermaine Defoe (31 ans, ex-Tottenham) ou encore le gardien brésilien Julio Cesar (34 ans, ex-QPR et Inter Milan). Aujourd'hui, Toronto, c'est ça : 

Le FC Toronto, un club en plein essor.

NYC a encore du pain sur la planche 

 

Outre une concurrence exacerbée qui s'annonce sur le terrain, la greffe avec le public doit prendre. Il faut défier les Red Bulls, qui évoluent dans le New Jersey. Pour toucher le coeur des fans de soccer new-yorkais, NYCFC installera ses infrastructures, et son futur stade, au coeur même de la ville. Un stade ultra-moderne de 30000 places est d'ores et déjà à l'étude dans le Queen's. Voici une photo de la probable future enceinte :

Un stade à la hauteur des ambitions du NYCFC.

Un stade à la hauteur des ambitions du NYCFC.

Dans l'organigramme, l'entraîneur est déjà connu et est loin d'être un débutant. Son nom : Jason Kreis. Ancien international US (14 sélections), Jason Kreis, 41 ans, a connu des résultats probants ces six dernières années sur le banc de Red Salt Lake. Il dispose d'une image de "winner" au sein du championnat. Nul doute qu'il devrait attirer bon nombre de joueurs locaux au sein de cette nouvelle franchise. 

 

Pour l'épauler dans cette mission, Kreis peut compter sur un directeur sportif de renom : Claudio Reyna. Ex-capitaine de la sélection US (112 sélections), Reyna, ex-milieu de terrain, a évolué dans de nombreux clubs à travers le monde, du Bayer Leverkusen à Wolfsburg en passant par les Glasgow Rangers, Sunderland, New York et... Manchester City (2003-2007). Connu à travers tout le pays, Reyna a très certainement gardé des antennes en Europe et sera l'homme de confiance des propriétaires de Manchester City. 

 

Le duo Kreis-Reyna ont même entourés récemment Manuel Pellegrini, le manager des Citizens, et vainqueur de la Premier League la saison dernière :

Cette paire, qui se connait bien et qui a le soutien des dirigeants de Man City, oeuvrera pour attirer les futurs coéquipiers de David Villa. Et nul doute qu'après le Mondial, cette franchise, qui débutera dans le championnat en même temps qu'Orlando, deviendra l'un des tubes de l'été. Reste à savoir si City, Manchester et New York, parviendront à être champions la même saison...

Retour à l'accueil