Bonjour les Fastfooters. Peut-on tirer des enseignements des matches de pré-saison ? En France, une équipe détonne par ses résultats estivaux : l'Olympique de Marseille. Alors que les remous en interne sont légions concernant le Vélodrome, l'équipe première a enregistré, hier soir, sa troisième victoire en autant de matches. La méthode Bielsa porte t-elle déjà ses fruits ? Thefastfoot tire les premiers enseignements de l'OM version 2014-2015.

Bielsa, le nouvel homme fort de l'OM.

Bielsa, le nouvel homme fort de l'OM.

Avant de terminer ses matches de pérapartion contre deux formations italiennes (Bari le 30 juillet et le Chievo Vérone le 2 août), l'OM ne connaît que le succès depuis l'arrivée sur le banc du technicien argentin, Marcelo Bielsa : Bayer Leverkusen 1 - 4 OM, OM 2 - 1 Benfica et OM 5 - 1 Willem II. Et à chaque rencontre, ses enseignements. Décryptage d'une équipe marseillaise qui gagne.

 

BAYER LEVERKUSEN  - OM : UN 3-1-3-3 QUI DETONNE

Le onze de départ contre Leverkusen (source image : om.net)

Le onze de départ contre Leverkusen (source image : om.net)

Samedi 19 juillet, l'OM de Bielsa foule pour la première fois la pelouse en 2014-2015. Dans l'enceinte champêtre de Seekirchen am Wallersee (Autriche), l'Olympique de Marseille a défié une équipe majeure de Bundesliga, le Bayer Leverkusen. Avant même le coup d'envoi, le onze de départ du technicien argentin, et son orgenisation, a de quoi surprendre.

Sur le papier, Bielsa a en effet opté pour un 3-1-3-3, qui s'est articulé, en phase défensive, sur un plus traditionnel 4-3-3. Reste que dès les premières minutes, les Olympiens ont malmené des Allemands certes moins avancés dans leur préparation. Avec un Payet très remuant, l'OM s'offre l'opportunité de mener peu avant la pause, grâce à une réalisation signée Thauvin. 

 

A la pause, Bielsa lance dans le grand bain Morel, Cheyrou et Batshuayi, la nouvelle recrue en provenance du Standard de Liège. L'attaquant belge en a profité pour inscrire son premier but sous la tunique phocéenne, puis sera immité par Amalfitano et Payet. 

 

Les + de ce match : la percussion des Olympiens, très mordants sur l'adversaire. Ces derniers se projettent rapidement vers l'avant, grâce notamment aux chevauchés d'Imbula et à la technique d'un Payet en jambes. Pour la défense à trois, avec le seul Lucas Mendes comme défenseur de métier, il faudra encore attendre une opposition plus forte pour tirer des enseignements.

 

Les - de ce match : le relâchement défensif de la fin de partie, qui passe inaperçue du fait des largesses défensives inhabituelles du Bayer. En seconde période, l'OM en 3-1-3-3 paraissait cindé en deux blocs, sans véritable lien au milieu de terrain. Manque de jus oblige ? Enfin, la faible opposition proposée par un Bayer bis.

Revivez en vidéos les buts de Bayer - OM.

BENFICA - OM : LE NOUVEAU RÔLE DE PAYET

Le onze de départ contre Lisbonne (source image : om.net)

Le onze de départ contre Lisbonne (source image : om.net)

Mercredi 23 juillet, l'OM avait donné un rendez-vous amical au Benfica Lisbonne au stade Gabriel-Montpied de Clermont-Ferrand. Les champions du Portugal en titre proposaient, sur le papier, une opposition bien plus musclée que celle du Bayer Leverkusen quelques jours plus tôt avec la présence de joueurs créatifs et techniques, tels que Nicolas Gaitan, Lima ou encore Ola John. 

 

Pour cette rencontre de prestige, Marcelo Bielsa reconduit son équipe, dans un 3-3-1-3 qui s'est avéré plus que payant, avec un Dimitri Payet des grands jours. Annoncé depuis plusieurs semaines sur le départ (Swansea ?), le Réunionais a joué à merveille son rôle de n°10 confié par son nouvel entraîneur. Auteur d'un but et d'une passe décisive contre le Bayer, l'ancien meneur de jeu de l'AS Saint-Etienne a délivré, contre Benfica, deux passes décisives à Gignac et Batshuayi. Très remuants en début de rencontre, les Olympiens se sont compliqués la vie en concédant l'ouverture du score en première période. Bien en jambes, les hommes de Bielsa ne perde pas pied et égalise sur une tête de Gignac. 

 

Niveau tactique, Marcelo Bielsa bascule de son 3-1-3-3 initial à un 3-4-3 (son deuxième choix de coeur) suite à la blessure de Lucas Mendes. En défense, l'Argentin offre sa première en pro pour Sparagna, associé à Romao et Morel. Des aménagements qui suscitent bien des interrogations sur la composition de la défense de l'OM après le départ en fin de saison dernière de Souleymane Diawara et la situation délicate de Rod Fanni, en instance de départ. Mais là encore, sur ce match contre Benfica, c'est l'animation offensive qui a été mise en lumière. A noter peu après l'heure de jeu, la nouvelle entrée en jeu de Morgan Amalfitano, qui nourrit des espoirs du côté de Bielsa. 

 

Les + de ce match : l'animation offensive avec l'envie et la percussion de Payet mais aussi le deuxième but en deux matches de la recrue, Batshuayi. Défensivement, l'OM a tenu malgré la sortie sur blessure du Brésilien Mendes. Sur le banc, Bielsa continue de se satisfaire de son 3-3-1-3 mais a dû apprécier également la mutation en 3-4-3 qui pourrait être son choix premier lors du début de la Ligue 1 le 8 août prochain.

 

Les - de ce match : la blessure de Mendes et les provocations entre Marseillais et Lisboètes. Pour un match de pré-saison (et non amical, la nuance est de taille), Teixeira a écopé d'un carton rouge suite à un tacle agressif sur Payet. Dja Djé Djé et Thuavin ont reçu un carton jaune de leur côté. Les Phocéens maitrisent leur match, mais pas encore leurs nerfs. Ces derniers étaient également mis à rude épreuve contre le Bayer Leverkusen quatre jours plus tôt. 

Revivez en vidéos les buts de Bayer - OM.

OM - WILLEM II : L'AVENEMENT DE BATSHUAYI

Le onze de départ contre Willem II (source image : om.net)

Le onze de départ contre Willem II (source image : om.net)

Dimanche 27 juillet, l'OM "accueillait" l'écurie néerlandaise de Willem II, tout juste promue en première division. Sur le papier donc, la rencontre paraissait un brin déséquilibrée mais les Marseillais devaient enchaîneur leur troisième match en l'espace de 8 jours. 

 

Pour cette rencontre de pré-saison qui s'est tenue à Albertville, Marcelo Bielsa a confirmé une tendance qui l'avait séduite en deuxième période contre Benfica : le 4-3-3. Du fait de la blessure de Lucas Mendes, El Loco a confié la défense central à un duo inédit, composé de Morel et Romao. Pour les latéraux, Daj Djé Djé et Mendy sont renconduits. Pour l'animation offensive, aucun changement avec un Payet positionné en n°10, derrière un trident composé d'Alessandrini, de Gignac et de Thauvin. 

 

A l'instar des oppositions contre le Bayer et le Benfica, l'OM débute la rencontre pied au plancher avec un pressing haut. Une première marque de fabrique de cette équipe made in Bielsa. Très remuants devant, les Marseillais effectuent un replacement défensif de qualité, mieux structuré que lors des deux premiers matches de pré-saison. Offensivement, Payet reste remuant et est l'objet de faute. L'une d'entre elles entraînera le but de Thauvin. Puis Imbula doublera la mise. Techniques et un brin fantasque (retourné d'Alessandrini), les Marseillais n'ont jamais été aussi séduisants face à une équipe, certes, qui évoluait en deuxième division néerlandaise la saison passée... 

 

Au retour des vestiaires, Bielsa lance deux joueurs primordiaux dans le secteur défensif : N'Koulou en Mandanda, de retour sur les terrains deux mois après sa terrible blessure contractée lors de la rencontre de championnat contre Guingamp. Sur le front de l'attaque, André Ayew, le Mondialiste, et Batshuayi, la Recrue remplacent Thauvin et Gignac. Bielsa met ainsi en avant d'autres joueurs et le résultat est spectaculaire. L'ancien buteur du Standard (21 réalisations la saison dernière) inscrit un doublé et porte son compteur à 4 buts en 3 matches. Enfin, Cheyrou y a été de son bijou. Lors de la dernière demi-heure, les Olympîens ont baissé de pied mais n'ont pas vraiment eu à trembler face à une équipe de faible niveau. 

 

Les + de ce match : le retour de Steve Mandanda et des Mondialistes dans les rangs de l'OM. L'éclosion de Batshuayi, qui apporte de la vitesse (il aime dévorer les espaces dans la profondeur) de la technique (superbe enchaînement sur son premier but contre Willem II) au poste de n°9. Une belle alternative à la combativité et la force de frappe d'un Gignac. Reste à savoir si le duo Batshuayi-Gignac tiendra tout une saison sur le front de l'attaque après le départ de Khalifa (Club Africain).

 

Les - de ce match : les quelques atermoiements défensifs en fin de partie, qui ont été observables également lors des deux premières rencontres. Il n'y a pas de certitude encore dans ce secteur de jeu. Enfin, la densité dans le milieu de terrain suscite également quelques interrogations. Sans doute qu'un autre apport serait le bienvenu. 

Revivez en vidéos les buts de Bayer - OM.

LA SUITE 

 

Cette semaine, l'OM effectuera son 4e et 5e match de pré-saison contre deux équipes italliennes : Bari, pensionnaire de Serie B (mercredi, 19h30) et le Chievo Vérone, 16e du dernier exercice en Serie A (samedi, 20h). Puis viendra l'heure de la reprise de la Ligue 1 avec un déplacement périlleux sur le terrain de Bastia.

 

Des questions demeurent et devraient trouver des éléments de réponse lors des deux rencontres face à Bari et au Chievo : le schéma en 4-3-3 va-t-il devenir le n°1 avec les possibilités réduites en défense ? Le retour des Mondialistes pourraient également confirmer un autre schéma tactique aperçu lors des trois premiers matches : le 4-1-4-1, qui pourrait soulager quelques peu Payet et mettre davantage en lumière Alessandrini, l'un des renforts du début d'été qui n'a pas encore marqué. 

 

Mais attention, cette semaine qui arrive ne va-t-elle pas être celles de tous les remous avec des joueurs en instance de départ ? Amalfitano, Ayew, Payet, Valbuena... car comme beaucoup de clubs, l'OM devra vendre avant de pouvoir acheter.

 

En attendant, en l'espace de trois matches, Marcelo Bielsa a fait l'unanimité aussi bien auprès des joueurs que des nombreux et exigeants supporters du club de la cité phocéenne :

Retour à l'accueil