Hallo les Fastfooters ! Rentré à 2h du matin, je ne réalisais pas encore que je venais d'exaucer l'un des mes rêves d'enfance : assister à un match au Westfallenstadion de Dortmund (ou Signal Iduna Park). En ce début d'après-midi et en redécouvrant les quelque 200 photos que j'avais pris de cette finale de supercoupe d'Allemagne 2014, opposant le BVB au Bayern Munich, je me rend bien compte que j'ai vécu une journée mémorable. Un périple en solitaire, au milieu de plus de 80000 supporters que je suis, en ce début d'après-midi, en mesure de vous raconter. Un instant priviligié dans la vie d'un passionné de ballon rond que je vais vous retranscrire le plus fidèlement possible. Prenez place.

 

BVB - BAYERN MUNICH

Me voici au Westfallenstadion !

Me voici au Westfallenstadion !

Mardi 13 août, 10h47. Après un réveil toujours délicat, je m'attaque au petit déjeuner. Programme du jour ? Ah oui, direction Dortmund. Pour vous faire une idée du parcours, je travaille actuellement à Sarrebourg, charmante bourgade située à une heure environ de la frontière allemande. Un Sarrebourg-Dortmund, c'est cinq bonnes heures de route. Pas de temps à perdre donc, après avoir enfilé un jean et un pull, préparé mon baluchon, me voici dans ma voiture, de marque allemande, direction mon théâtre des rêves du jour : le Westfallenstadion.

Mardi 13 août, 13h31. Vous vous souvenez de mon dernier carnet de voyage en mai, Hoffenheim - Augsbourg ? (à découvrir ICI). Comme on ne change pas de bonnes habitudes, et en bon mordu de Formule 1 que je suis, je ne pouvais pas ne pas faire un petit crochet par le circuit du Nurburgring. C'est sous des trombes d'eau qui m'accompagnent depuis mon départ que j'effectue ce détour. Quelques clichés dans la boîte. C'est reparti. Enfin presque.

Mardi 13 août, 14h15. Perdu au milieu d'une vallée aux sapins gigantesques et sous un torrent de pluie, je m'égare. Impossible de retrouver l'autoroute, direction Köln. Après des passages au coeur de villages rustiques et bravant même le brouillard (oui, oui nous sommes bien en août !), me revoilà sur la voie rapide, aux côtés des Audi et autres Mercedes. Pied au plancher, évidemment. 

Mardi 13 août, 16h21. Arrivée... à un hôtel. En effet, à un peu moins de 3 km du "stadion", c'est à cet endroit que je devais retirer mon précieux sésame auprès d'une charmante hotesse. Garé en warning (des habitudes parisiennes qui ne se perdent pas), je mets le cap, billet en poche, sur le Westfallenstadion. A 150 mètres de l'enceinte sportive, deux gars en gilets jaunes contrôlent une sorte de check-point. Le parking est dit "privé", sans doute réservé en semaine à une entreprise locale. Je baisse ma vitre et l'homme me demande 4€ pour que je puisse stationner le temps de la rencontre. Je tente de négocier à trois mais, après un éclat rire partagé, je lâche... mes 4 €. Et une bière s'envole, une.

Billet en main, direction le stade !

Billet en main, direction le stade !

Mardi 13 août, 16h56. Vestimentairement parlant, je ne suis pas dans les codes. Dans la cohue des supporters, qui entonnent quelques chants dont j'ignore tout des paroles, mieux vaut avoir sa tunique (ou son écharpe) jaune et noire. Pour les plus téméraires - les supporters du Bayern -, le rouge est de rigueur. Dans ce flot incroyable de fans, je marche direction la Nordtribüne. Un choix délibéré pour mieux me rendre compte de la splendeur du "mur jaune" (Sudtribüne). Je n'allais pas être déçu. 

CARNET DE VOYAGE - SUPERCUP 2014, AU COEUR DE BORUSSIA DORTMUND / BAYERN MUNICH
CARNET DE VOYAGE - SUPERCUP 2014, AU COEUR DE BORUSSIA DORTMUND / BAYERN MUNICHCARNET DE VOYAGE - SUPERCUP 2014, AU COEUR DE BORUSSIA DORTMUND / BAYERN MUNICHCARNET DE VOYAGE - SUPERCUP 2014, AU COEUR DE BORUSSIA DORTMUND / BAYERN MUNICH
CARNET DE VOYAGE - SUPERCUP 2014, AU COEUR DE BORUSSIA DORTMUND / BAYERN MUNICHCARNET DE VOYAGE - SUPERCUP 2014, AU COEUR DE BORUSSIA DORTMUND / BAYERN MUNICH

Mardi 13 août, 17h13. Après une fouille somme toute rapide, je gravis les escaliers. Dans les couloirs du stade, les allées sont bondées. Les stands de bière et les vendeurs de breitzel sont assaillis. Bloc 76, rang 39, place 5, me voilà. Avant de prendre place, chose que je ne fais que 5 minutes avant le coup d'envoi, j'observe.

 

Dans cet avant-match d'un peu moins d'une heure, deux évènements me marqueront sans doute à jamais : la beauté du mur jaune, où il semblerait même qu'il n'y ait pas assez de place et la reprise, en coeur, du mythique "You never walk alone". Aussi émouvant qu'à Anfield ? J'espère vous le narrer un jour. Après avoir accordé une photo à un groupe de jeunes supporters (2 du Bayern, 2 de Dortmund), signe de la bonne entente, un brin chambreuse, qui règne entre les fans des deux formations, mon regard s'arrête à ma gauche, observant le virage rouge habité par les supporterss du Bayern.

Mardi 13 août, 17h50. Le stadier nous invite à prendre place. Une brève cérémonie introductive "made in Supercup" sur la pelouse, j'observe toujours. Presque tout le stade est paré de jaune et de noir. Cette finale de Supercoupe d'Allemagne, 16e du nom, se joue à guichets fermés. 

CARNET DE VOYAGE - SUPERCUP 2014, AU COEUR DE BORUSSIA DORTMUND / BAYERN MUNICHCARNET DE VOYAGE - SUPERCUP 2014, AU COEUR DE BORUSSIA DORTMUND / BAYERN MUNICH
CARNET DE VOYAGE - SUPERCUP 2014, AU COEUR DE BORUSSIA DORTMUND / BAYERN MUNICHCARNET DE VOYAGE - SUPERCUP 2014, AU COEUR DE BORUSSIA DORTMUND / BAYERN MUNICH

Mardi 13 août, 17h55. C'est l'heure d'égrener, avec le speaker, le nom des 22 acteurs. Alors que la saison de Bundesliga ne reprend que le 23 août prochain, de nombreux mondialistes, et notamment des champions du monde en titre, ne sont pas là des deux côtés. Kaiser Franck, lui, blessé, ne prendra pas part à cette finale de prestige. Côté bavarois, les deux "traîtres", Robert Lewandowki et Mario Götze ont un accueil totalement différent. Alors qu'à l'annonce du nom de l'attaquant polonais, le public reste globalement muet, celle de l'auteur du but victorieux en finale de Coupe du monde est copieusement sifflé par les supporters du BVB. A ma gauche, Götze est acclamé. Pas de doutes, les temps ont changé en l'espace de deux ans...

 

Et il y a deux ans justement, c'était le Bayern qui s'imposait contre le BVB (2-1), l'an passé, c'était le BVB qui prenait le pas sur le Bayern (4-2). Qu'en sera-t-il cette année ? Les 22 acteurs sont sur le rectangle vert. Certaines têtes me sont méconnues, je suis obligé de consulter le programme officiel distribué à l'entrée pour m'assurer des deux XI de départs. La feuille de match :

CARNET DE VOYAGE - SUPERCUP 2014, AU COEUR DE BORUSSIA DORTMUND / BAYERN MUNICHCARNET DE VOYAGE - SUPERCUP 2014, AU COEUR DE BORUSSIA DORTMUND / BAYERN MUNICH

Mardi 13 août, 18h55 - Tiens, je reçois une notification venue de France sur mon smartphone : "Ribéry annonce prendre sa retraite internationale". Absent de cette finale de Supercoupe du fait d'une blessure, voilà une annonce qui devrait filtrer en cours de deuxième période dans les gradins du Signal Iduna Park et plus particulièrement à ma gauche. 

Mardi 13 août, 19h55 - C'est déjà terminé ! Après un match riche en intensité, les officiels s'activent sur la pelouse. Un majestueux podium est en train de prendre place sur le rectangle vert. Ce dernier va accueillir, dans quelques minutes, les héros d'un jour. De leur côté, les joueurs du Bayern, qui n'ont pas été à la hauteur durant ce match, ont déjà rallié les vestiaires. Au-delà de la déception légitime, les Bavarois ont perdu dès les premières minutes leur milieu défensif espagnol Javi Martinez. On apprendra, quelques heures plus tard que l'ancien joueur de Bilbao sera absent jusqu'en 2015. Soirée difficile pour le Bayern alors que sur le podium, les joueurs du Borussia Dortmund prennent place. Conféttis dorés, acclamations du mur jaune, la fête est totale. 

Mardi 13 août, 20h05 - Devant la Sudtribüne, les joueurs du BVB s'assoient et se lèvent d'un coup, les bras levés. La communion est somptueuse, les supporters donnent de la voix. L'exercice sera répété pour chaque tribune. Les sourires s'affichent sur les visages alors que le stade se vident très progressivement. De longues minutes, j'observe les dernières festivités sur le pré verdoyant, jette un dernier coup d'oeil en direction du mur jaune. Non sans un petit pincement, je quitte une enceinte qui, elle, restera longtemps dans mon coeur. D'autant plus que la batterie de mon téléphone a rendu l'âme...

Allez, pour revivre les buts de Mkitharyan (23e) et Aubameyang (62e), c'est par ici :

Mardi 13 août, 20h30 - Après un peu plus de quatre heures passées à Dortmund, il est l'heure de reprendre la route, direction Sarrebourg. J'observe une dernière fois le départ des supporters,ceux vêtus de jaune et de noir chambrant quelque peu les rouges. La sortie du stade s'effectue de manière méticuleuse, la plupart des fans ralliant les multiples navettes de tram mises à dispositions de ces derniers à quelques mètres seulement de la giganteque enceinte. Une nouvelle fois, comme à Hoffenheim, la bonne organisation est à souligner. En voiture, je mets un peine un quart d'heure pour quitter la ville. C'est ça aussi le plaisir d'assister à un match outre-Rhin.

CARNET DE VOYAGE - SUPERCUP 2014, AU COEUR DE BORUSSIA DORTMUND / BAYERN MUNICH
CARNET DE VOYAGE - SUPERCUP 2014, AU COEUR DE BORUSSIA DORTMUND / BAYERN MUNICH

Mercredi 14 août, 02h00 - Retour à Sarrebourg. Après quelques arrêts au stand, je suis de retour à mon appartement. Certes, le déplacement peut paraître long et fatigant, mais quel plaisir pour le passionné de foot que je suis d'avoir réalisé l'une de mes plus profondes envies : assister à un match au Signal Iduna Park. Après, il ne reste plus qu'à faire de beaux rêves. 

Retour à l'accueil