Dear Fastfooters. La première journée du championnat d'Angleterre s'achève ce soir, du côté de Turf Moor, avec la rencontre opposant Burnley à Chelsea. Les Clarets, nouveaux promus, défient ainsi l'un des prétendants à la couronne nationale cette saison. Mais qui sont ces Grenats ? Ont-ils les moyens de s'installer dans la durée en Premier League ? Zoom sur Burnley, l'ancien club de Paul Gascoigne, Gary Cahill, Jay Rodriguez et Ian Wright.

Logo du Burnley Football Club

Logo du Burnley Football Club

Des succès... éphémères !

 

Le Burnley FC a connu, dans sa longue histoire, deux décennies de succès. Ainsi, ce petit club de la banlieue de Manchester, crée en 1882, écrit les premières lignes de son palmarès avant la Grande Guerre. Après une accesion en première division lors de l'exercice 1897-1989, c'est en 1914 que les Clarets remportent leur premier trophée majeur, la Coupe d'Angleterre, en disposant de... Liverpool (1-0). Des Reds qui devront attendre plus de 50 ans après ce revers pour soulever cette FA Cup (en 1965). Bourreaux de la formation de la Mersey, Burnley fait son entrée dans la cour des grands d'Angleterre au lendemain de la guerre. Lors de la saison 1919-1920, les Clarets terminent dans le costume de dauphin de West Bromwich Albion en Premier League. Une autre époque. La saison suivante, les joueurs de Burnley ne se laissent pas prendre et s'offrent le titre, en collant 5 points sur son voisin... Manchester City. Cette saison là, les joueurs de Burnley ont même affiché une impressionnante série de 30 matches sans défaite. Solide.

A Crystal Palace. Burnley-Liverpool, finale de FA Cup 1914 (1-0).

A Crystal Palace. Burnley-Liverpool, finale de FA Cup 1914 (1-0).

Après cette période dorée, Burnley retrouve la Championship après la Seconde Guerre mondiale. Après un titre de D3 (1942), les Clarets vivent une saison intense en 1946-1947. Promu en PL à l'issue de l'exercice, Burnley FC s'incline en finale de FA Cup, lors des prolongations, contre Charlton (0-1) à Wembley. C'est la première coupe nationale dans l'escarcelle des Addicks. La saison suivante (1947-1948), Burnely termine sur le podium de la Premier League derrière deux mastodontes, Arsenal et Manchester United.

 

Mais c'est à la fin des années 50 et 60 que le club signera son dernier grand come-back au sommet du football anglais. La période la plus réjouissante pour les fans. Ainsi, lors de la saison 1959-1960, les Grenats s'offrent, pour la deuxième (et dernière à ce jour) fois le scalpte de la Premier League. Burnley découvre l'Europe (C1) l'année suivante, s'offre le luxe d'éliminer au premier tour les champions de France en titre, Reims avant de s'incliner au tour suivant contre les Allemands d'Hambourg.

 

Avec à sa tête le latéral anglais Brian Pilkington, qui a joué une décennie au sein du club et l'attaquant John Connely qui rejoindra plus tard Man.U (1966-1968) et deviendra champion du monde avec la Three Lions, les Clarets passent près d'une saison exceptionnelle en 1961-1962. Dauphin d'Ipswich Town en tête de la Premier League, Burnley s'incline pour la deuxième fois de son histoire en finale de la Coupe d'Angleterre, au profit de Tottenham (3-1).

Résumé de la finale de FA Cup Burnley - Tottenham (1-3).

Troisième de Premier League lors de la saison 1965-1966 derrière Liverpool et Leeds, Burnley est reversé en Coupe des villes de foire (aujourd'hui Europa League) la saison suivante. La formation de la banlieue de Manchester y écrit sa plus belle page européenne. Ainsi, au premier tour, les Clarets élimine, en match aller-retour, le VfB Stuttgart (1-1, 2-0) avant d'écraser Lausanne (3-1, 5-0) au tour suivant. Qualifiée pour les huitièmes de finale, la formation anglaise bat Naples (3-0, 0-0) et s'invite au stade des quarts de finale en compagnie de Leeds. Mais l'aventure continentale s'achève contre l'Eintracht Francfort (1-1, 1-2). De son côté, Leeds s'inclinera, cette année, en finale, face au Dinamo Zagreb (2-0, 0-0).

1966-1967, la plus belle aventure européenne des Clarets.

1966-1967, la plus belle aventure européenne des Clarets.

Après ces belle heures, Burnley poursuivra, bon gré mal gré son histoire dans les échelons inférieurs du football anglais. Malgré un petit sursaut en remportant le titre en deuxième division en 1973, le club retrouvera la Championship trois ans plus tard. L'équipe des années 70 de Jimmy Adamson ne brillera pas et descndra même en League One (D3) en 1980. Champion en 1981-1982, Burnley se rappelle au bon souvenir des passionnés du foot anglais en se hissant en demi-finale de League Cup et en quart de FA Cup. Puis vient l'heure de la quatrième division...

 

Après 7 saisons de purgatoire, Burnley retrouve la D3 en 1992 puis la D2 en 1994. Elle devient à cette occasion la deuxième équipe de l'histoire (après Wolverhampton) a remporté le championnat des 4 premiers échelons.

 

En mai 1997, Chris Waddle, l'ancien joueur fantasque de l'Olympique de Marseille, de Newcastle ou encore de Tottenham devient entraîneur-joueur et évite de peu la relégation de son équipe en troisième division (20e sur 24 équipe).

 

C'est le très populaire manager Stan Ternent (1998-2004) qui reconduira Burnley en Premier League à l'issue de la saison 1999-2000. En février 2000, le club engage l'ancien serial buteur d'Arsenal, alors âgé de 36 ans, Ian Wright. Ce sera d'ailleurs le dernier club de l'international anglais qui prendra sa retraite à l'issue de la saison. Deux ans plus tard, Burnley fait de nouveau signer un grand nom du football anglais sur le déclin, Paul Gascoigne, qui ne restera également que six petits mois.

Le dernier sursaut de Burnley date de la saison 2008-2009. Privé à quelques minutes près d'une finale en League Cup, le club est promu en Premier League. Trente-trois ans après, Burnley FC retrouve l'élite du football anglais.

Lors de la 2e journée, Burnley réussit à s'offrir, à domicile, une victoire de prestge contre le champion d'Angleterre en titre, Manchester United (1-0) grâce à un but de Robbie Blake. Burnley épate à domicile, avec 4 succès de rang dès l'entame de l'exercice. Mais l'intersaison sera mouvementée pour le promu qui perd son manager, l'écossais Owen Coyle, parti à Bolton. Il sera remplacé par l'ancien latéral droit du club, l'Anglais Brian Laws. La deuxième partie de saison est catastrophique et Burnley termine la saison 18e et premier relégable, à 5 longueurs de West Ham. Retour en Championship.

 

Octobre 2012, Sean Dyche prend les reines de l'équipe. Après une saison dans le ventre mou (11e), l'ancien défenseur central de métier, aujourd'hui âgé de 43 ans, conduit le Burnley FC en Premier League.

Un jeu et une équipe so british

 

Cette saison, de nombreuses équipes, et notamment celles candidates au Big Four devront se méfier de l'entre de Turf Moor. Certes l'une des plus petites d'Angleterre, cette enceinte dotée de 22619 respire le football. Fondé en 1883, ce stade accueille des supporters fidèles, qui n'hésitent pas à donner de la voix pour encourager les Clareys. 

 

Cette saison encore, Burnley s'appuiera essentiellement sur des joueurs anglophones. En effet, le groupe compte 12 Anglais, 3 Irlandais, 2 Nord-Irlandais, 2 Ecossais, 1 Gallois, 1 Australien. Le seul joueur non anglophone est l'attaquant autrichien Ashley Barnes. Pas de joueurs connus du grand public mais un serial buteur, Danny Ings, 22 ans, qui pourrait bien se révéler cette année en PL. La saison dernière, en Championship, le natif de Winchester avait inscrit 25 buts en 45 matches disputés toutes compétitions confondues. Quelques joueurs ont même déjà fait l'expérience de l'Elite : Matthew Taylor (ex-Porthsmouth, West Ham, Bolton), Michael Kightly (ex-Wolverhampton) et Steven Reid (ex-Blackburn et WBA).

 

Enfin, c'est Sean Dyche, 43 ans, qui arbore le costume de manager des Clareys. Il attaque sa troisième saison à la tête de cette équipe, sa première en Championship. Ce dernier a été membre éphémère du staff de la sélection anglaise B en 2012 après une saison sur le banc de Watford. Ce dernier assure, en conférence de presse, vouloir exporter le jeu de passes qui a fait la force de son équipe la saison passée à l'échelon inférieur. 

Retour à l'accueil