Après Alessandrini (OM) et plus récemment Ben Arfa (Nice), Thefastfoot envoie, en ce début de semaine, Andy Delort en équipe de France. L'ancien attaquant de Tours est, à 23 ans, l'un des grands artisans du très bon début de saison du SM Caen, vainqueur de Saint-Etienne dimanche (1-0). Buteur, meneur et joueur au grand coeur, il n'a pas été difficile de trouver cinq arguments pour que Didier Deschamps retienne Andy Delort dans le groupe France dans un futur proche. Les voici : 

Andy, on lui dit "OUI" !

Andy, on lui dit "OUI" !

1. L'équipe de France, il en a envie !

 

A 23 ans, Andy Delort fait presque figure de "papy" par rapport aux derniers arrivant sur le front de l'attaque tricolore. La hype mancunienne Anthony Martial y a fait ses grands débuts à 19 ans, Alexandre Lacazette avait 22 ans quand il a porté pour la première fois le maillot bleu, contre l'Uruguay (en 2013) et Nabil Fekir, 21 ans, au moment de son entrée face au Brésil au stade de France en mars dernier.

 

Les Bleus, Delort y a goûté en 2011, où il a été sélectionné par Francis Smericki avec les moins de 20 ans pour y disputer un match contre les Etats-Unis. Retenu la même année pour le tournoi de Toulon, l'Héraultais, blessé, a dû déclarer forfait. Quatre ans après, le joueur garde la sélection dans un coin de sa tête.

Si Didier Deschamps pouvait passer me voir, ça m’irait bien… Ça doit être magnifique l'équipe de France."

Delort à France Football, 11/09/2015

2. Comme Lass Diarra, il a bourlingué... 

 

La surprise de la dernière liste communiquée jeudi dernier par Didier Deschamps se nomme Lassana Diarra. Certes plus âgé qu'Andy Delort de sept ans, le milieu de terrain de l'OM s'est quelque peu perdu avant de retrouver les A, cinq ans après sa dernière convocation. Après le Real Madrid, Lass' a tenté l'aventure russe, en s'engageant avec l'Anzhi Makhatchkala et le Lokomotiv Moscou. Un choix financier qui a éloigné le joueur des yeux des sélectionneurs nationaux. 

 

Avec un vécu international quasi nul, Andy Delort a tenté de gravir très (trop ?) vite les échelons afin de se faire une place dans l'un des meilleurs championnats du monde, la Premier League et atteindre l'équipe de France rapidement. Après une saison et demie prolifique en Ligue 2 avec Tours (25 buts en 42 matchs), il s'envole pour Wigan, pensionnaire de Championship dans les ultimes minutes du mercato estival 2014. Le pari chez les Latics est raté, Delort revient quelques mois plus tard pour aider Tours à se maintenir en L2. Avec succès. Arrivé cet été à Caen, il a décanté bien des situations.

Mes 24 buts, ce n’est pas du hasard, surtout que j’avais fait huit passes décisives également. J’essaie d’être décisif. J’ai une revanche à prendre, pas par rapport à la Ligue 1, mais par rapport à la saison dernière."

Delort, lors de sa première conf de presse à Caen

3. Parce qu'il marque et fait marquer 

 

Au soir de cette 9e journée de Ligue 1, le SM Caen est 3e du championnat, à égalité de points avec le deuxième, Angers, et premier de l'Elite à domicile (4 victoires et une défaite). Arrivé cet été, Andy Delort a frappé d'entrée les esprits en offrant le but de la victoire à son équipe à Marseille, lors de la première journée. Le tout d'une belle lucarne qui restera sans nul doute comme l'un des plus beaux buts de la saison.

Sur ce but précisément, Andy Delort fait parler sa puissance de frappe. Une qualité qui pourrait séduire le sélectionneur Didier Deschamps. Car les buts à hors de la surface des Bleus, dans le jeu, se font rare. De plus, à la pointe de l'attaque du SM Caen, l'une des équipes les plus joueuses de ce début de championnat, le joueur de 23 ans n'hésite pas à multiplier les appels et à tenter, voire beaucoup tenter : 18 tirs cadrés sur 42 tentatives. Delort est l'attaquant de L1 qui frappe le plus aux buts, devançant les meilleurs buteurs que sont, pour l'heure, Edinson Cavani (13/27), Michy Batshuayi (18/32) et Ben Arfa (10/20).  

Efficace, opportuniste, Delort s'est aussi faire jouer les autres. Redoutable buteur avec Tours en L2, il avait aussi délivré 8 passes décisives. Cette saison, il faut lui accréditer d'un centre décisif plein de sang froid, au profit de son partenaire Ronny Rodelin, contre le Gazélec Ajaccio (2-0) :

4. Il faut bien un successeur à Savidan !

 

Sept ans. Sept ans qu'un joueur du Stade Malherbe de Caen n'a pas intégré l'équipe de France A. Le dernier en date, c'était un certain Steeve Savidan, le 19 novembre 2008, contre l'Uruguay (0-0). L'Angevin avait été convoqué en équipe de France par le sélectionneur de l'époque, Raymond Domenech, séduit par l'excellent début de saison du joueur. Lors de la saison 2008-2009, Savidan avait inscrit 4 buts, dont un au Vélodrome, sur les 9 premières journées. 

5. Delort, un bon copain de vestiaire

 

A l'instar une nouvelle fois de Lassana Diarra, Andy Delort est un joueur apprécié de ses partenaires. Combatif et n'hésitant pas à prendre la parole dans le vestiaire, l'ancien Tourangeau est un meneur d'hommes. Une qualité qui pourrait une nouvelle fois faire mouche auprès de Didier Deschamps. Du caractère !

J’ai du caractère, mais pas du mauvais côté. Je suis quelqu’un qui ne lâche rien. Les gens m’apprécient dans tous les clubs où je passe. Du haut de mes 23 ans, je suis un meneur d’hommes. Quand je dois parler, je parle, parce que j’ai ça en moi."

Delort, Liberté Le Bonhomme Libre

Et en plus, atout non négligeable notamment pour les sponsors, Andy est actif sur les réseaux sociaux, prend soin de lui et a une belle gueule.

HYPE DU WE : ANDY DELORT, UN DESTIN DE BLEU ?
Retour à l'accueil