Salut les Fastfooters. Ce mercredi soir, le Paris Saint-Germain n'a fait qu'une bouchée en championnat. Samedi dernier, le club de la capitale creusait son avance en Ligue 1 comptant, au soir de la 14e journée, pas moins de 13 points d'avance sur son dauphin, l'Olympique Lyonnais, sorti sans gloire de la Ligue des champions mardi. C'est Noël avant l'heure pour les Parisiens. Mais après. Sans recourir à la boule de cristal, afin de savoir si le PSG ira ou non en dem-finale ou en finale de la plus prestigieuse des compétitions européennes, tentons de dresser le profil de leur adversaire idéal en huitièmes de finale, dont le tirage au sort aura lieu le 14 décembre. Qu'en pensez-vous ? N'hésitez à partager ce papier avec vos amis sur les réseaux sociaux.

C1 - ET L'ADVERSAIRE IDEAL DU PSG EN 8ES DE FINALE EST...

PSG qualifié, mais PSG deuxième de sa poule 

 

Après son large succès à Malmö, le PSG a officiellement validé son billet pour les 8es de finale de la Ligue des champions. La formation emmenée par Angel Di Maria terminera cependant deuxième du groupe A, derrière le Real Madrid. Une position désavantageuse à plus d'un titre. Ainsi, Paris défiera une équipe qui a terminé en tête de sa poule et l'accueillera au match aller des 8es de finale. Un double handicap que la team à Laurent Blanc aurait pu éviter si elle avait réussi à battre le Real Madrid lors de ses deux confrontations (0-0, 0-1). Mais ne regardons dans l rétroviseur et regardons droit devant.

Ca donne quoi dans les autres groupes 

Jetons un coup d'oeil rapide sur les qualifiés au soir de cette 5e journée des phases de poules de la Ligue des champions :

Parmi ses qualifiées officielles, quatre équipes sont assurés de terminer en tête de leur groupe : Barcelone, Real Madrid, Bayern Munich, Zénith Saint-Pétersbourg. A noter que le Real Madrid ne pourra pas rencontrer le PSG au stade des huitièmes de finale car les deux formations se sont déjà affrontées en phase de poules. En revanche, le Barça, le Bayern et le Zénith sont trois candidats officiels pour défier le club parisien. 

 

Le dauphin du groupe A, le PSG doit, je vous le rappelle, affronter une des huit équipes ayant terminer en tête de son groupe. Il ne reste plus que sept adversaires potentiels puisque Paris ne peut défier le Real Madrid. 

 

Outre le FC Barcelone, le Bayern Mayern Munich et le Zénith Saint-Pétersbourg, qui peut objectivement finir en tête de son groupe ? Indice chez vous :

Les autres qualifiés du soir se nomment Manchester City, la Juventus Turin, l'Atlético Madrid et le Benfica

 

La Juventus (11 points) et Manchester City (9 points) font partie du même groupe, le C. L'Atlético Madrid (1er, 10 points) et le Benfica Lisbonne (2e, 10 points) sont rivaux dans le groupe D. Lors de la 6e journée, la Juve se rendra à Séville (4e, 3 points), qui tentera d'accrocher la Ligue Europa alors que City, dans le même temps, accueillera le Borussia Monchengladbach (3e, 5 points), qui essayera de conserver sa place pour rester en Europe au printemps. La première place de ce groupe C est encore loin d'être acquises. 

 

Dans le groupe D, la première place se jouera sur un match entre le Benfica et l'Atéltico à Lisbonne. Si l'Atléti de Griezmann repart avec la victoire ou le nul, c'est acté. Si Benfica gagne, Benfica potentiel candidat pour défier le PSG. Vous suivez ? 

 

Le point sur les adversaires du PSG en 8es de finale : FC Barcelone, Bayern Munich, Zénith Saint-Pétersbourg, Juventus Turin ou Manchester City, Atlético Madrid ou Benfica Lisbonne.

Manque deux potentiels leaders de groupe. Trois groupes se tiennent dans un mouchoir de poche. Entrons dans le détail : 

 

Le groupe B s'annonce des plus indécis comme le montre ce tableau :

Wolfsburg, Manchester United et le PSV Eindhoven peuvent terminer en tête de cette poule. Wolfsburg accueillera Man U dans un match qui s'annonce décisif. Malheur aux vaincus. Le PSV Eindhoven recevra, de son côté, le CSKA Moscou, qui n'a plus rien à espérer dans cette poule. Avantge au PSV donc, à condition de gagner ou de faire match nul. Mais la formation d'Eindhoven a peu de chance de finir première de son groupe. Car en cas de victoire, et de nul entre Wolfsburg et United, le PSV se retrouverait à égalité de points avec les Allemands. Les deux équipes se sont rendus coup pour coup en poules (2-0, 0-2). Dès lors interviendrait la différence de buts général... Bref, peu d'espoir de voir ce club en tête de poules.

 

Le point sur les potentiels adversaires du PSG en 8es de finale : FC Barcelone, Bayern Munich, Zénith Saint-Pétersbourg, Juventus Turin ou Manchester City, Atlético Madrid ou Benfica Lisbonne, Wolfsburg ou Manchester United.

 

Dans le groupe G, la situation est sensiblement dans la même situation.

Chelsea et Porto se défieront à Stamford Bridge pour la qualification et la première place. Mais là encore, malheur aux vaincus. Dans le même temps, le Dynamo Kiev a toutes ses chances de se hisser au tour suivant, et de prendre les trois points face au Maccabi Tel Aviv, à domicile. En revanche, les Ukrainiens ne pourront croiser la route du PSG en huitièmes de finale. Explications : si le Dynamo bat Tel Aviv, le club de Kiev comptera 11 points. Dans l'autre match entre Chelsea et Porto, si l'une des deux équipes gagnent, cette dernière comptera 13 points à l'issue de la 6e journée et sera assurée de la 1re place, le Dynamo sera alors deuxième. En cas de résultat nul entre Chelsea et Porto, et de victoire de Kiev, les trois écuries se retrouveraient à 11 points. Dans ce cas, Chelsea conserverait la tête à la différence de buts.

 

Le point sur les potentiels adversaires du PSG en 8es de finale : FC Barcelone, Bayern Munich, Zénith Saint-Pétersbourg, Juventus Turin ou Manchester City, Atlético Madrid ou Benfica Lisbonne, Wolfsburg ou Manchester United, Chelsea ou Porto.

 

Bon, on a réussi à dénouer la pelote des poules. Dressons maintenant le portrait de l'adversaire idéal.

C1 - ET L'ADVERSAIRE IDEAL DU PSG EN 8ES DE FINALE EST...

1. Les équipes à éviter

 

Quart de finaliste de la dernière édition, le PSG devra éviter, si possible, avec sa position de deuxième de groupe, éviter les gros poissons en huitièmes de finale pour au moins retrouver le même stade. Ainsi, le FC Barcelone, champion d'Europe en titre et en pleine bourre cette saison aussi bien en Liga (4-0 au Real Madrid), qu'en C1 (6-1 infligé à la Roma), est à bannir. De même pour le Bayern Munich, leader de la Bundesliga et meilleure attaque de la compétition (17 buts en 5 matchs disputés). Pour le reste, des nuances sont de mise.

C1 - ET L'ADVERSAIRE IDEAL DU PSG EN 8ES DE FINALE EST...

2. Les équipes où Paris devra être très très méfiant 

 

La Juventus Turin. Ce mercredi soir, les vice-champions d'Europe ont livré une très belle prestation, à domicile, face à l'un des cadors de la Premier League, Manchester City (1-0). Certes poussive en début de saison, la Vieille Dame monte en puissance avec un Paul Pogba qui délivre des caviars et une force attaque aux multiples qualités (Dybala, Mandzukic, Morata). Très solide en défense (2 buts encaissés seulement dans son groupe qui comprend City, Gladbach et Séville), la Juve a de très (trop ?) nombreux atouts pour bouger le PSG, notamment au retour. L'ambiance au Juventus Stadium est un vrai plus. La preuve ce mercredi :

L'Atlético Madrid. A l'instar de la Juventus Turin, l'Atléti a une bonne assise défensive (2 buts encaissés en 5 matchs de poule) et présente des armes redoutables dans l'animation offensive. Emmenée par Antoine Griezmann, auteur d'un doublé mercredi face à Galatasaray (2-0), la formation de Diego Simeone peut s'appuyer sur des serial buteurs que sont Fernando Torres et Jackson Martinez. Et que dire de l'expérience emmagasinée par cette formation, habituée désormais à concurrence le Real et le Barça en championnat et finaliste de la C1 il y a deux ans. On ne miserait pas une victoire du PSG. 

3. Le PSG peut leur tenir tête... 

 

Chelsea. Le remake ? Les Blues ne sont pas au mieux depuis le début de la saison. Qu'est ce qui pourrait leur arriver de pire que de croiser de nouveau la route du PSG pour leur mettre la tête sous l'eau ? Pour rappel, la saison dernière, le club parisien avait sorti l'écurie londonienne de la C1 au stade des huitièmes de finale. On remet ça ? Mais attention, la team de Mourinho pourrait bien mettre entre parenthèse un championnat dans lequel elle est larguée pour faire la part belle à la Coupe aux grandes oreilles. Puis Chelsea, qui a perdu tout plein d'oseille dans cette histoire, à une revanche à prendre...

Manchester City. On entend déjà les chaînes payantes claironner : "Venez assister au Pétrolico". Mais le PSG n'aurait pas de quoi rougir devant les Skyblues. Certes, financièrement, Paris soutient Manchester mais sur le terrain, on ne peut pas dire que la bande à Pellegrini apprécie particulièrement cette C1. Eliminée par le FC Barcelone en 8es de finale lors des deux dernières saisons (pas de bol), City n'avait même pas passé les poules il y a trois ans, terminant à la 4e place derrière le Borussia Dortmund, le Real Madrid et... l'Ajax Amsterdam. Man City recherche son premier exploit dans l'ère moderne de la Ligue des champions. Mais face à un PSG qui prend du galon, pas sûr que ça passe une nouvelle fois.

Zénith Saint-Pétersbourg. Gaz contre pétrole. Les Russes ne sont pas en C1 pour faire de la figuration cette saison. Habitués à briller en Ligue Europa, ces derniers veulent faire un coup par l'intermédiaire du Zénit, seule équipe à encore pouvoir inscrire 18 points sur 18 possibles dans sa poule. L'équipe à Hulk a notamment précipité l'OL hors de l'Europe (2-0, 3-1). Certes, Lyon, ce n'est pas Paris. Mais un déplacement à Saint-Pétersbourg au début du printemps n'est jamais un cadeau. Il y a deux ans, le Zénith avait tenu tête au Borussia Dortmund au stade des huitièmes de finale. Et puis il y a la bataille de l'indice UEFA a remporté...

4. Avec eux, ça passerait !

 

Benfica et Porto. Certes, le Portugal est devant la France au fameux classement UEFA. Mais cette année, les Parisiens pourraient se réjouir de tirer une de ses deux formations le 14 décembre prochain. A noter que les deux luttes encore pour se qualifier et laissent la part belle en championnat au Sporting, leader. En 2013-2014, le PSG s'était joué du club lisboète en poules, terminant premier alors que Benfica devait céder la place de dauphin à l'Olympiakos. En 2012 - 2013, le PSG (15 points) avait devancé le FC Porto (13 points) en phase de poules. A noter cependant que le club de la capitale s'était incliné sur le terrain de Lisbonne (1-2) et de Porto (0-1)... Après, Gianelli Imbula, ex-milieu de terrain de l'OM aujourd'hui à Porto, serait sans nul doute plus déterminé que jamais à jouer le PSG.

Manchester United. Certes, Man U est un nom en Europe. Certes, Man U a un superbe stade. Mais Man U a bien du mal à redevenir un grand depuis le départ d'Alex Ferguson. Pas encore sûr d'être qualifiée pour le tour suivant, la formation mancunienne, dont le dernier sacre en Ligue des champions remonte à 2008 et la dernière finale à 2011, peine dans le jeu. Ce mercredi, les Red Devils n'avaient vraiment rien de démoniques à domicile, face au PSV Eindhoven (0-0)... Après, ce serait sympa de croiser la route de deux Frenchies : Morgan Schneiderlin et Anthony Martial.

Wolfsburg. C'est la troisième merveille du foot allemand. Brillante la saison passée, la formation de Dieter Hecking a tout de même perdue lors du dernier mercato estival Kévin de Bruyne et Julian Draxler. Qu'à cela ne tienne, le VfL tient tête à Manchester United et au PSV Eindhoven dans un groupe qui ferait belle figure en Ligue Europa. Solide à domicile, le club de l'ancien Stéphanois Joshua Guilavogui a concédé deux défaites en autant de matchs à l'extérieur (contre Manchester United et le PSV Eindoven). Intéressant quand on sait que le PSG accueillera à l'aller en 8es de finale...

On verra le tirage au sort. Il ne sera pas intégral. Comme il y aura beaucoup d’allemands et d’espagnols, on pourrait tomber sur un allemand ou un espagnol. Le principal est fait. On n’est pas arrivé à terminer à la première place alors qu’on en avait les moyens."

Laurent Blanc après la victoire à Malmö (5-0)

Retour à l'accueil