Amis Fastfooters. Enfin ! Depuis tout ce temps où le club doyen du football français, Le Havre Athletic Club (HAC), cherche à faire un gros coup... Après avoir plus ou moins approché l'attaquant brésilien Adriano, le club normand tient un Américain dans ses bras. Son nom : Bob Bradley. A 57 ans, celui qui a conduit la sélection des Etats-Unis en huitièmes de finale de la Coupe du monde 2010 débarque sur le banc du quatrième de Ligue 2. Et devient par la même occasion le premier Yankee à entraîner une équipe professionnelle en France. Présentation.

LIGUE 2 : BOB BRADLEY AU HAC, WHAT THE FUCK ?!

La vedette américaine 

 

L'arrivée de Bob Bradley au HAC à de quoi surprendre, et ce à plus d'un titre.

L'ancien sélectionneur des Etats-Unis (2007-2011) fait partie du gratin des entraîneurs à l'échelle mondiale à en croire le classement des 50 meilleurs coachs de l'année 2015 réalisé par FourFourTwo. Avec une honorable 24e place, Bradley, pour le moins méconnu dans l'Hexagone devance, entre autres, Manuel Pellegrini (Manchester City) ou encore les sélectionneurs Didier Deschamps (France), Vicente Del Bosque (Espagne) et Antonio Conte (Italie). Rien que ça !

LIGUE 2 : BOB BRADLEY AU HAC, WHAT THE FUCK ?!

Sa renommée en tant que coach, Bradley se la forge dès 1998. Tiens, tiens. Le natif de Montclair, ville du New Jersey, est propulsé sur le banc d'une toute nouvelle franchise de Major League Soccer, Chicago Fires, après avoir fait ses armes dans les équipes universitaires, puis dans des rôles d'adjoint. Dès la première année, "Bobby" réalise le doublé coupe-championnat. Pas mal pour un bleu ! Suivront deux aventures, moins fructueuses, à Metrostars, devenu depuis les New Yord Red Bulls, et Chivas avant de recevoir un coup de fil de sa fédération afin de prendre les rênes de la sélection des Etats-Unis, au lendemain de la Coupe du monde 2006.

Grâce notamment à sa personnalité et à son sens du management - lire plus loin -, Bradley amène le beau jeu dans cette sélection US et s'offre des résultats notables. Pour preuve, en 2009, sa bande, emmenée par Clint Dempsey, bat l'Espagne en demi-finale de la Coupe des Confederations (2-0), avant de s'incliner cruellement en finale face au Brésil, après avoir mené de deux buts en moins de trente minutes (2-3). Couillu.

Pour son unique Mondial à la tête des USA en 2010, Bradley conduira son équipe au stade des huitièmes de finale, égalant ainsi la meilleure performance historique de cette nation dans cette compétition (1994). Il manque de peu d'accéder au grand huit final, écarté de la course par le Ghana en prolongations.

Dans le tumulte du printemps arabe

 

En 2011, Bradley le magnifique, respecté par 320 millions d'âmes, part à l'aventure. Il prend la direction de l'Egypte. Quelques mois seulement après son arrivée, les événements de Port-Saïd agiteront le pays et suspendront le championnat national. Pour sa part, Bob Bradley reste vivre au Caire et participe à des actions caritatives pour les enfants malades. 

 

Vaincu d'entrée par le Brésil, le sélectionneur américain des Pharaons enchaînera sur une belle série de 13 matches sans défaite. Mais le revers, une nouvelle fois contre le Ghana, privera l'Egypte du Mondial 2014 et poussera Bradley au départ.

Stabaek, le modèle que veut suivre le HAC 

 

A l'été 2013, Bob Bradley quitte l'Egypte pour la Norvège. Un sacré choc thermique en perspective. Il prend alors en main l'équipe de Stabaek, formation tout juste promue en première division. A l'issue de la première saison, il fera mieux que d'assurer le maintien de sa formation (9e). Dimanche dernier, Bradley a achevé sa deuxième et dernière année en Tippeligaen. Ayant certes subie une lourde défaite (6-1), son équipe est assurée de la troisième place, décrochant ainsi son billet pour la Ligue Europa !

C'est un patron avec un grand «P». C'est quelque chose que nous avons jamais vu dans le football norvégien. Il est le meilleur entraîneur de l'histoire du club. Sa connaissance du football et sa présence sur le terrain sont tout simplement incroyables."

Inge Andre Olsen, directeur sportif de Stabaek

Bradley, pile dans le projet

 

Son arrivée est intimement liée à celle de son nouveau président. En effet, le 27 juillet dernier, Vincent Volpe devient la patron du club normand, en lieu et place de Jean-Pierre Louvel. Dès sa prise de fonction, l'Américain Volpe, installé au Havre depuis plusieurs années, annonce la couleur : la remontée en Ligue 1. Pour y parvenir, le boss renforce l'équipe en s'appuyant sur des valeurs sûres sur le terrain : Mathieu Duhamel, Cédric Cambon ou encore Grégoire Puel. Ce n'est pas Adriano, mais c'est du sérieux. 

 

Sérieux certes, mais peu efficace dans un premier temps. Après neuf petites journées, le HAC, quinzième, doit se séparer de son coach, Thierry Goudet. Fin septembre, il est supplée par Christophe Revault. L'ancien gardien s'illustre dans son costume d'intérimaire en enregistrant 4 victoires en 5 matches. Aujourd'hui, après 14 journées, Le Havre est 4e de Ligue 2, à seulement trois longueurs du podium. Et histoire de ne pas interrompre cette bonne dynamique, la direction du HAC replace Revault au poste de directeur sportif et offre le rôle de coach, pour les deux prochaines années, à l'un de ses meilleurs sosies, Bradley. Habile.

Christophe Revault, sosie officiel de Bob Bradley

Christophe Revault, sosie officiel de Bob Bradley

J’ai accepté cet intérim, comme je l’avais déjà fait, il y a trois saisons, avec le même objectif : l’intérêt du HAC. Je suis fier d’avoir participé au redressement sportif de l’équipe professionnelle. Je reprends mes fonctions de Directeur Sportif pour accompagner Bob et son staff et poursuis donc ma mission pour conduire une politique sportive globale et ambitieuse."

Christophe Revault sur le site du HAC

Bob Bradley, sosie souriant de Christophe Revault

Bob Bradley, sosie souriant de Christophe Revault

De politique, il en est justement question dans le choix de Bob Bradley. Plus précisément de géo-politique. Le nouveau boss du HAC, Vincent Volpe, a fait appel à un compatriote américain pour amener le Stade Océane et ses 25000 fans dans l'Elite. Un choix qui attirera forcément la lumière. Un Yankee à la tête d'une formation professionnelle en France, c'est du jamais vu. Mais au-delà de ce coup médiatique indéniable, Volpe envoie des signaux outre-Atlantique dans l'espoir d'attirer de nouveaux partenaires économiques à l'avenir. Ce scénario a de quoi séduire. Et avec un coach réputé proche de ses joueurs, excellent dans la communication et aux capacités d'adaptation hors-normes, Le Havre semble armer pour retrouver la Ligue 1. 

 

Ce jeudi, lors de sa conférence de presse de présentation, Bob Bradley en dira plus sur son plan de bataille. Ses premières déclarations ont été pour le site officiel du HAC :

Venir entrainer le HAC est un nouveau challenge dans ma carrière. Les dirigeants ont témoigné d’une réelle motivation, que je partage, pour construire de la performance sur le long terme. Je ressens ici une vraie possibilité de vivre de belles émotions sportives et humaines. Je mettrai toute mon expérience et mon expertise au service du HAC pour aider le club à retrouver l’élite du football français et poser les bases d’un projet ambitieux et solide."

Retour à l'accueil