Hello les Fastfooters ! La fin de saison approche. Souvent, on a le réflexe de regarder en haut du classement, pour savoir qui sera champion. Mais en bas, d'autres clubs dans la panade tentent de sauver leur vie dans l'Elite. Et pour y parvenir, 5 d'entre eux ont pris le risque ces derniers jours - ou semaines - de changer les habitudes en faisant appel à un nouveau technicien. Avec un objectif et un seul : ne pas descendre ! Zoom sur ces formations qui pourraient bien réussir leur pari, ou pas.

2015-2016 : CES 5 CLUBS QUI CHANGENT DE COACHS ET LANCENT L'OPERATION MAINTIEN !

1. Newcastle : Rafa Benitez, un pompier de service de luxe

 

Newcastle n'est pas un club comme les autres. Le club du nord de l'Angleterre apprécie les joueurs français, c'est une chose, mais multiplie les erreurs de casting depuis plusieurs saisons. Et les millions d'euros n'aident pas forcément à être lucide. 16e en 2012-2013, 10e en 2013-2014, 15e en 2014-2015, les Magpies jouent avec le feu à longueur de saisons. Qu'il est loin, déjà, le dernier titre décroché en championnat. C'était en 1927...

Mais cette année, et peut-être plus que les autres, ça sent le roussi pour les partenaires d'Emmanuel Rivière. Avant de défier le leader Leicester ce lundi soir, Newcastle pointe à une inquiétante 19e place, à une longueur de Sunderland, premier non relégable. Pour les dirigeants, la situation était devenu insupportable. Exit donc la semaine dernière Steve McClaren, pas vraimet soutenu par ses joueurs, welcome Rafael Benitez. A 9 journées de la fin, le technicien espagnol s'engage dans une bataille à trois, entre les Magpies, les Black Cats et les Canaris de Norwich, pour ne pas être rétrogradé en Championship. 

Vous savez, nous sommes dans un grand club, qui n’est pas à sa place. J’espère pouvoir rendre les supporters fiers de l’équipe à nouveau. J’ai déjà de l’expérience dans ces batailles contre la relégation. J’attendrai un investissement maximal de mes joueurs à chaque match. Il n’y a pas grand-chose à changer, j’ai une bonne équipe. Je dois me concentrer sur ces 10 matches"

Rafael Benitez

Bon après, on n va pas se mentir, Rafael Benitez ne croulait pas sous les demandes après son passage râté sur le banc du Real Madrid. Mais l'Espagnol dispose d'un CV très impressionnant (Valence, Liverpool, Inter Milan, Chelsea, Naples...) pour reprendre une écurie moribonde. Désireux de se rapprocher de sa famille, Benitez bluffe quelque peu en mettant en avant sa faculté à sauver des équipes de la relégation. Au début de sa carrière de coach, à la fin des années 1990, après différents échecs, il parvient à faire monter Extremadura, puis Tenerife en première division. Pour le reste, que des écuries bien placées.

Nous devons donner de la confiance aux joueurs. Je sais que nous avons des capacités. Je suis ici car je pense que nous sommes suffisamment bons pour nous maintenir en Premier League. Je suis convaincu que nous pouvons faire de bonnes choses."

Rafael Benitez

Rafael Benitez va apporter son aura dans un club qui accumule les difficultés. En 2016, les Magpies comptabilisent 5 défaites, pour 3 victoires et un nul. Dix-neuvième attaque de Premier League, Newcastle n'est que 17e au rang des défenses. Rien de rassurant donc. Outre sa personnalité et son expérience, Benitez a les appuis d'anciennes idoles, telles qu'Alan Shearer. L'ex-goleador de Saint Jame's Park (206 buts entre 1996 et 2006) a proposé ses services à l'Espagnol. Rafa est attendu comme le messie à Newcastle, et au vue du calendrier, sa mission est loin d'être impossible.

Alan Shearer aime le club. Il m'a dit : "Si tu réussis, ce sera incroyable. Si tu as besoin de moi ou de savoir quoi que ce soit, à propos de la ville, des fans, tout, tu peux toujours me demander". Il a été génial, il a été vraiment sympa"

Rafa Benitez

Newcastle n'a pas l'intention de retrouver la Championship, qu'elle a quitté lors de la saison 2009-2010. Pour se maintenir dans l'Elite, les Magpies disposent d'un calendrier qu'on qualifiera de "jouable". Ce lundi soir, l'opposition s'annonce compliquée face au leader du championnat, Leicester. Mais les deux matchs suivant seront cruciaux dans l'opération maintien, face à ses deux rivaux directs : Sunderland à la maison le 20 mars, et à Norwich le 2 avril. Deux rencontres face à des équipes de haut de tableau se profilent également avec un déplacement chargé d'émotion pour Benitez à Anfield puis la réception de Tottenham, candidat au titre, lors de la 38e et dernière journée.

2015-2016 : CES 5 CLUBS QUI CHANGENT DE COACHS ET LANCENT L'OPERATION MAINTIEN !

2. Toulouse : Dupraz, un casque bleu chez les Violets !

 

Les opérations "commando", Pascal Dupraz connait ça. Avant d'être entraîneur de football, ce dernier avait officié pendant 20 ans au service de l'ONU. Un profil intéressant pour les dirigeants de Toulouse qui décident de remercier Dominique Arribagé au lendemain de la 28e journée et d'une défaite à Rennes (1-2) et de faire appel à un coach qui n'a pas la langue dans sa poche. Et les effets du changement ne tardent pas à apparaître.

Son histoire sur les bancs de touche est bien connu. Pascal Dupraz a réussi à faire monter le club de Gaillard, devenu Evian Thonon-Gaillard, de la cinquième division à la Ligue 1 en 2012. Pendant deux saisons consécutives, il réussit à maintenir l'ETG dans l'Elite à deux reprises (16e, puis 14e) avant de ne pouvoir éviter la relégation après la saison 2014-2015 (18e). Pour réussir, Dupraz n'hésite pas à donner de sa personne, qui à paraître pour quelqu'un d'ingérable.

Je vais peut-être un peu m'assagir avec l'âge. Je sais comme je suis : j'en ai discuté avec les cardiologues, lors de mon hospitalisation. M'exprimer, vociférer, bouger, c'est mon exutoire. Je ne peux pas être passif. Il faut que je conserve ma personnalité. Quelque part, j'admire les entraîneurs qui parviennent à rester stoïque sur leur banc."

Dupraz by Dupraz en conférence de presse

J'étais parfaitement au courant de la situation sportive de l'équipe, mais je considérais – et je considère toujours – qu'il y a un espoir de maintien. J'y crois, et avec les joueurs, nous allons tout faire pour y parvenir. Et si les chiffres nous rattrapent et nous envoient en Ligue 2, on assumera."

Pascal Dupraz

A Toulouse, Pascal Dupraz veut imposer d'emblée sa méthode. Et sa paye. Sa nouvelle équipe ramène un point de Marseille (1-1) avant d'écraser, le week-end dernier, Bordeaux (4-0). Après 30 journées, l'opération maintien s'annonce tout de même très difficile mais le discours est là. Pour le calendrier, c'est une autre histoire. Mais le natif d'Annemasse a un exemple en tête.

Il faut faire une série. Sochaux, il y a deux ans, avait 25 points au bout de 29 journées. Et les Sochaliens avaient joué le maintien lors de l'ultime rencontre face à l'ETG (0-3). Un jour, une équipe qui compte 23, 24 ou 25 points à neuf journées de la fin se sauvera, car les statistiques sont également faites pour être bousculées. Et nous, nous allons tout donner pour y parvenir."

Pascal Dupraz

A y regarder de plus prêt, Toulouse a de très minces histoirs de croire au maintien. Après 30 journées, le TFC compte 26 points, soit sept de moins que le Gazélec et Reims, deux équipes que le club de la Ville rose a déjà croisé en 2016 en Ligue 1 (1-1 contre le Gaz, 3-1 à Reims). A l'extérieur, ça coince avec seulement deux victoires en 15 matchs disputés. Et la perspective de voyages à Lille, Lorient, Saint-Etienne et Angers n'a rien de réjouissant. Au Stadium, les Violets devront alors faire le plein de points. Et c'est jouable avec les réceptions de Bastia, Caen et Troyes, plus difficile contre l'OL lors de la 35e journée.

2015-2016 : CES 5 CLUBS QUI CHANGENT DE COACHS ET LANCENT L'OPERATION MAINTIEN !

3. Eintracht Francfort : l'architecte Veh s'en va encore !

 

Sa présence en Bundesliga depuis la saison 2011-2012, l'Eintracht le doit en grande partie à un homme : Armin Veh. La saison dernière déjà, le club de Francfort n'avait pas prolongé son coach et avait confié les rênes à Thomas Schaaff. Le club termine 9e du championnat et décide de rappeller son architecte. Mais Veh ne retrouve pas la formule magique avec son Eintracht, qui coule dans les profondeurs du classement. Après sept matchs consécutifs sans victoire, l'ancien coach de Wolfsbourg et Stuttgart est limogé début mars.

Cela a été très difficile pour nous de nous séparer de lui, nous lui avons accordé notre confiance jusqu'au bout. Mais nous voulons, avec ce changement de coach, donner à l'équipe l'impulsion nécessaire dans la lutte pour le maintien."

Heribert Bruhagen, le président du club

A contre-coeur donc, l'Eintracht engage un nouveau technicien. A l'expérience d'Armin Veh est préférée la fraîcheur de Niko Kovac. Agé de 44 ans, il a pour lui une bonne connaissance de la Bundesliga... en tant que joueur. En effet, l'ancien milieu défensif de formation est passé par le Hertha Berlin, le Bayer Leverkusen, Hambourg SV ou encore le Bayern Munich. Ces trois dernières années, Kovac avait repris en main la sélection croate, qu'il n'avait pas réussi à sortir des phases de groupes du dernier Mondial brésilien. Pire, il a été remercié dernièrement pour ne pas être parvenu à qualifier son pays pour le prochain Euro en France. L'ancien international croate (83 sélections) va tenter donc de se refaire une image à la tête d'un club.

Pour tenter de redresser le club, Niko a décidé d'emmener dans ses bagages son frère, et ancien joueur de foot, Robert Kovac, 41 ans. Mais le duo n'a pas franchement réussi ses débuts le week-end dernier, en s'imposant lourdement sur la pelouse du Borussia Mochengladbach (3-0). Les nouveaux hommes forts de l'Eintracht n'auront pas trop le temps de cogiter puisque leur équipe devra obligatoirement s'imposer à la maison samedi prochain, contre la lanterne rouge Hanovre, avant de croiser le fer avec le Bayern Munich à l'Allianz Arena le 2 avril. Au classement, l'Eintracht Francfort n'est pas complètement mort.

2015-2016 : CES 5 CLUBS QUI CHANGENT DE COACHS ET LANCENT L'OPERATION MAINTIEN !

Francfort n'a cependant pas remporté le moindre match depuis 8 journées en championnat. Le second souffle doit donc vite arriver. D'autant que lors de la dernière journée, le club du Main se déplacera sur la pelouse du Werder Brême, autre formation en lutte pour le maintien.

4. Palerme, dans la frénésie de Zamparini ! 

 

Quand on signe à Palerme, on sait à quoi s'attendre. Le président du club sicilien, Mauricio Zamparini, 74 ans, a remercié une nouvelle fois un de ses entraîneurs. Sa dernière victime en date se nomme Giuseppe Iachini. Mais cette saison, et peut-être encore plus que les précédentes, les remous se sont fait sentir à l'US Palerme. Iachini avait commencé la saison avant d'être remplacé par Davide Ballardini. Celui-ci avait été limogé et remplacé par Guillermo Barros Schelotto. Mais ce dernier n'a jamais pu s'asseoir sur le banc faute de diplôme en règle. Zamparini avait donc rappelé Iachini. Vous suivez ?

Et malgré toute cette agitation permanente, Palerme a encore des chances d'évoluer en Serie A la saison prochain. Les Rosaneri pointent à la 17e place après 29 journées de championnat, avec un point d'avance sur Frosinone (18e) et deux sur Carpi (19e). L'opération maintien est donc lancée. Et pour la mener un bien, Zamparini a décidé de faire appel à un technicien de renom en Italie, Walter Novellino. A 62 ans, Novellino a tout connu, à tout les étages du football translpin : Pérouse, Naples, Sampdoria Gênes, Torino, Livourne, Modène...

Palerme peut-il une nouvelle fois s'en sortir ? Pour sa première apparition sur le banc de Palerme, Novellino a assisté à la 16e défaite de la formation sicilienne en championnat, face à Naples (0-1). Lors des deux prochaines journées, son équipe défiera deux clubs de milieu de tableau, le Chievo Verone et Empoli. A la 38e journée, elle jouera contre le Hellas Verone, presque condamnée à la relégation. La Juve, la Fio et la Lazio croiseront également la bande à Novellino. Mais c'est bien le choc à Frosinone, le 24 avril, qui pourrait décider de l'avenir de l'un des clubs les plus fantasques d'Europe.

5. Grenade, gare à l'explosion ! 

 

Les saisons se suivent et se ressemblent à Grenade. Pour s'assurer du maintien à l'issue de la saison 2014-2015, les dirigeants du club avait fait appel à José Ramon Sandoval. Ce dernier avait réussi à sauver l'équipe en Liga, et avait logiquement continuer l'aventure dans le Sud de l'Espgnae. Mais un an plus tard, le même Sandoval est remercié. Le board a fait appel, fin février, à Gonzalez Lopez, qui officié depuis deux saisons en Chine.

Et les résultats de ce changement ne se sont pas faits attendre. Grenade décroche deux succès de rang contre des équipes mal placées, La Corogne (1-0) et Gijon (2-0). Le week-end dernier, la formation ibérique s'est inclinée sur le terrain du Betis Séville (0-2). Après 29 journée, Grenade compte un match en retard et, de sa 18e place, ne compte qu'un point de retard sur le Rayo Vallecano et Getafe. 

D'ici la fin de saison, Grenade devra défier deux formations en lutte pour le titre (FC Barcelone et Atlético Madrid) et des concurrents directs pour le maintien. Mais elle est habituée, depuis deux saisons déjà, à se battre pour se maintenir dans l'Elite du football espagnol.

2015-2016 : CES 5 CLUBS QUI CHANGENT DE COACHS ET LANCENT L'OPERATION MAINTIEN !
Retour à l'accueil