(MAJ) Salut les Fastfooters. Les semaines se suivent et se ressemblent du côté de Marseille.  Ce soir (20h30), l'ambiance s'annonce électrique au Véldrome à l'occasion de la réception de Rennes dans le cadre de la 30e journée de Ligue 1. Le technicien espagnol de l'OM, Michel, n'a plus le droit au moindre faux pas. Mais le moment ne serait-il pas venu pour son président Vincent Labrune de prendre une décision forte afin de créer un électrochoc ? TFF pousse, dès aujourd'hui, Michel vers la sortie et soumet cinq noms crédibles à la direction olympienne pour sauver ce qui peut encore l'être.

OM : 5 NOMS POUR REMPLACER MICHEL... DES MAINTENANT !

C'est désormais une certitude, l'OM est en crise. Marseille, 17e équipe à domicile cette saison (avec 2 victoires en 15 matchs), n'a plus remporté la moindre rencontre au Vélodrome depuis près de six mois. Son entraîneur, Michel, ne semble pas en mesure de lancer la dynamique tant attendue, celle qui pourrait décider de la fin de saison de l'équipe. A y regarder de plus près, l'OM et son public ont pourtant des raisons de vibrer dans les semaines à venir.

En championnat, Marseille, qui compte un match en retard à disputer ce mercredi contre le Gazélec Ajaccio (18e) peut, en cas de victoire bien sûr, grimper à la 8e place et pointer à 5 longueurs de l'OL, actuel troisième du championnat. Le calendrier qui l'attend n'est pas des plus démentiels avec, pour seule difficulté, un déplacement à Monaco, déjà bien installé derrière le PSG.

OM : 5 NOMS POUR REMPLACER MICHEL... DES MAINTENANT !

De plus, Marseille a une demi-finale de Coupe de France à disputer le 20 avril contre Sochaux avec le rêve de retrouver le PSG (ou Lorient) en finale d'un trophée qui lui échappe depuis 1989. Une place en tour préliminaire de Ligue des Champions et une Coupe, voilà ce à quoi pourrait prétendre l'OM. Mais à l'heure actuelle, ces projets ne semblent pas prévaloir, du moins dans le discours. Et un homme est au centre de toutes les critiques : Michel.

Après la rencontre face à Toulouse (1-1), Michel semblait perdu en conférence de presse. A l'inverse, son capitaine, Steve Mandanda, qui réalise une saison exceptionnelle, s'agace et interpelle son entraîneur, remettant en cause les choix de ce dernier. L'Espagnol a privilégié des changements offensifs à tout va en cours de match contre Bilbao en Ligue Europa et contre Toulouse dimanche avec le résultat que l'on connait...

On avait énormément de joueurs offensifs. On a cherché à revenir certes, mais je pense qu’il faut garder un certain équilibre et c’est ce que j’ai demandé tout simplement."

Steve Mandanda à BeIn Sport

Au-delà de ses choix tactiques discutables, Michel ne semble plus vraiment avoir la tête à l'OM. Récemment, l'ex-coach de l'Olympiakos avait témoigné de son envie d'entraîner le Real Madrid. Pas très judicieux quand on regarde les résultats qu'il a obtenu ces derniers mois avec Marseille. De plus, il y a eu l'épisode de sa voiture, prise à partie à la sortie du Vélodrome par des supporters à l'issue du match contre Saint-Etienne (1-1), le 21 février.

 

Enfin, en coulisses, Labrune lui chercherait un successeur depuis plusieurs semaines déjà. Le président de l'OM reprocherait, entre autres, à Michel la gestion du cas Abou Diaby et le manque d'engagement et de "spectacularité" de l'équipe, notamment à domicile, ce qui entraîne une réelle baisse de fréquentation du Vélodrome. Dans ce contexte, aidons la direction phocéenne à trouver un nouvel entraîneur, capable de reprendre l'équipe en main dans les plus brefs délais.

1. Lucien Favre, un coach libre et une piste de longue date

 

A l'OM, comme souvent, le temps presse. Trouver un successeur de Michel en l'espace de quelques jours, c'est possible. Que Vincent Labrune l'entende. Il est en effet difficile d'imaginer Michel encore sur le banc en cas de défaite de l'OM sur la pelouse du Gazélec Ajaccio mercredi. Ainsi, l'une des possibilités pour agir vite et efficacement est de se tourner vers un entraîneur libre de tout engagement. Et un nom se dégage immédiatement : Lucien Favre.

Son nom revient depuis des années déjà sur la Canebière. Le Suisse de 58 ans a su redresser le Borussia Monchengladbach, sans moyens financiers colossaux et en proposant un jeu créatif et offensif. Démis de ses fonctions après 4 ans de bons et loyaux services (2011-2015), Favre est un technicien très sollicité. Ainsi, au moment de l'éviction d'Hervé Renard, les dirigeants du LOSC l'avait sondé. Idem du côté de l'OL, où son nom était avancé pour succéder à Hubert Fournier à Noël. Schalke et de Mayence étaient sur les rangs plus récemment. En vain.

A la différence de Michel et de Marcelo Bielsa avant lui, Lucien Favre maîtrise parfaitement le Français. Fin tacticien, il a su faire du Hertha Berlin puis de Gladbach des équipes à la fois solides et spectaculaires, s'appuyant essentiellement sur le contre. Avec des joueurs comme Nkoudou ou Cabella, nul doute que le Suisse pourrait appliquer sa philosophie de jeu. Exigeant, Favre est un caractèriel. Avec lui, les Marseillais retrouveraient de la rigueur et de l'exigence, deux vertus qui ont quelque peu disparues depuis le départ de Bielsa.

 

Votre avis :

2. Rudi Garcia, pas contre un retour en France

 

A l'instar de Lucien Favre, Rudi Garcia voit régulièrement son nom associé à un club français. Pisté par l'OL, l'ex-mentor du LOSC est d'autant plus suivi qu'il est libre depuis son éviction de l'AS Rome le 13 janvier dernier. Garcia a le profil idéal pour reprendre en main l'OM. Le technicien français sait redresser des situations compromises, et réussit plutôt bien ses débuts en général. Pour preuve, il a aligné pas moins de 10 victoires et 10 matchs lors de son arrivée chez les Giallorossi en 2013. Le nombre de succès qu'il faudrait à l'OM pour réussir sa fin de saison.

La Roma de Garcia, dont les qualités ont été louées par nombre de spécialistes, avait pour principale qualité la possession. Plus poussive en phase offensive, l'équipe romaine avait la faculté de bien manier le ballon pour inscrire des buts aux moments opportuns. Intéressant quand on voit que Marseille en difficulté pour aligner trois passes vers l'avant. De plus, Rudi est un sentimental, proche de ses joueurs et du public. Un atout pour conquérir le Vélodrome. Mais pas la peine de se mentir, Rudi Garcia tourner le dos à Marseille. Newcastle est sur le point de virer Steve McClaren et son nom circule à Saint-Jame's Park. La Premier League ou l'OM ou attendre l'été, il faut choisir.

Votre avis :

3. Jorge Sampaoli, le "disciple de Bielsa"

 

Voilà un entraîneur au sang chaud. Le mois dernier, Sampaoli a claqué la porte de la sélection chilienne suite à des accusations de corruption. Et pourtant, l'homme accumumait les succès avec la bande à Alexis Sanchez (un Mondial réussi au Brésil, vainqueur de la Copa America). Son jeu porté vers l'attaque et sa grinta en font un coach très apprécié. Mais son côté caractériel a de quoi refroidir certains dirigeants en quête de tranquillité. Ainsi, le propriétaire de Chelsea Roman Abramovitch lui aurait préféré Antonio Conte. Valence et Boca Junior, deux autres formations en difficulté actuellement dans leurs championnats, auraient coaché le nom de celui qui est considéré comme le "disciple de Bielsa".

Dans ce dossier, outre le fait que d'autres clubs avec plus de moyens soient intéressées, c'est bien Vincent Labrune qui pourrait poser problème. En effet, Jorge Sampaoli est un proche de Marcelo Bielsa. Et nul doute que si il demande conseil à "El Loco", celui-ci lui déconseillera de travailler avec l'actuel président de l'OM... Cependant, une chose est sûre, à 55 ans, Sampaoli est intéressé à l'idée de vivre une première expérience de coach en Europe. Marseille comme premier port d'attache ? Les supporters sont prêts à l'accueillir.

Entraîner en France ? Je ne sais pas, peut-être."

Jorge Sampaoli à L'Equipe 21 en janvier 2016

Votre avis :

4. Pepe Mel, une transition espagnole

 

A l'heure actuelle, la situation de l'Olympique de Marseille est on ne peut plus floue. A la tête du club, la question de la revente est évoquée mais reste à savoir si tout est mis en place pour mener à bien cette opération d'ici l'été. Dans ce contexte, Vincent Labrune pourrait opter pour un entraîneur de transition, capable d'endosser le costume de pompier de service jusqu'à la fin de la saison. Et comme le président marseillais est friand de coachs étrangers produisant du beau jeu, pourquoi ne pas faire appel à Pepe Mel ? 

A la différence des trois noms cités précédemment, Pepe Mel n'est pas très connu en France. Mais il pourrait présenter l'avantage de ne pas complétement bouleverser le quotidien des joueurs marseillais. Espagnol, comme Michel, formé en tant que joueur au Real Madrid, l'ancien club de Michel, Pepe Mel n'a, pour l'heure, entraîné que des clubs de seconde zone (West Bromwich Albion, Bétis Séville...), comme Michel. Ses méthodes et son discours sont appréciés. Il aime, par exemple, bouleverser ses onze de départs et a un goût prononcé pour la littérature. En 2010, il était revenu en catastrophe pour sauver son Bétis. Neuf mois plus tard, il le porte en Liga. En janvier 2016, et après une expérience en Premier League, il en est limogé. Pourquoi pas. 

Votre avis :

5. José Anigo, la solution interne

 

Oui messieurs, dames, José Anigo est toujours employé par l'Olympique de Marseille. Après un très court passage sur le banc de l'Espérance de Tunis (deux mois) en 2015, José est aujour'hui recruteur pour le club marseillais. Ces derniers jours, celui qui a entraîné l'OM pour la dernière fois en 2014 a signé son grand retour dans les médias. Avec ce discours-vérité qui le caractérise.

Je pourrais très bien aller dans un club de national ou de Ligue 2, car je sais très bien ce que je vaux et ce que je suis. S’il faut que je n’entraine plus jamais ce n’est pas grave. Un poste important à l’OM, c’est fini."

José Anigo à L'Equipe Enquête, mars 2016

Mais comme on le sait à Marseille, avec Anigo, ce n'est jamais complétement fini. Mais sa candidature, dans la période que traverse l'OM, vaut le coup d'oeil. Et même un vif intérêt. Anciennement directeur sportif, il connaît très bien le club. Il a le sens de l'affectif avec ses joueurs et a déjà relevé des missions de courtes durées sur le banc de l'équipe première. Il serait même capable d'envoyer les minots au Stade de France le 21 mai prochain contre le PSG et de remporter la 11e coupe de France de l'histoire du club...

Votre avis :

Retour à l'accueil