Holà les Fastfooters. Mardi soir, l'Atlético Madrid s'est qualifié pour sa deuxième finale de Ligue des champions en trois ans aux dépens du Bayern Munich (1-0, 1-2). Une qualification que les Colchoneros doivent principalement à leur joueur français Antoine Griezmann, auteur du but précieux à l'extérieur, synonyme de qualif'. En l'espace d'un an, l'ancien joueur de la Real Sociedad est passé de grand espoir écarté de la liste des candidats au Ballon d'Or (2015) à solide prétendant à la plus haute distinction individuelle. Et à Thefastfoot, on ferait bien du Maconnais de 25 ans le prochain successeur de Lionel Messi. Qu'en pensez-vous ? On attend vos réactions dans la partie "Commentaires" en bas de cet article.

ANTOINE GRIEZMANN BALLON D'OR 2016 ? LES 7 RAISONS D'Y CROIRE DUR COMME FER !

1 - L'Atleti est bien "Griezmann-dépendant"

 

A l'instar de Cristiano Ronaldo (Real Madrid) ou de Lionel Messi (FC Barcelone), Antoine Griezmann fait figure de joueur incontournable dans le XI de départ de son équipe. Un seul bobo du Français pourrait enrayer la machine bien huilée de l'Atlético Madrid. Et cette saison, peut-être plus encore, l'international tricolore fait parler les stats et marche sur les plate-bandes du Portugais et de l'Argentin, qui se partagent les Ballons d'Or depuis de longues années déjà.

Ainsi, Antoine Griezmann a inscrit sur le terrain du Bayern Munich son 7e but cette année en en Ligue des champions. C'est certes moins bien que CR7 (16) mais mieux que Messi (6). Au-delà des chiffres, c'est le caractère décisif de ses réalisations qui est marquant. En effet, le joueur y était allé d'un doublé face au FC Barcelone en quarts de finale retour. Contre le Bayern, il a délivré son équipe en inscrivant un but décisif - et tout en sang froid - en demi-finale retour.

En termes de buts marqués, son évolution est assez impressionnante. Son ratio au sein de son équipe est comparable à celui de CR7 au Real Madrid et, même meilleur que celui de Lionel Messi, qui doit composer avec la concurrence de Luis Suarez et Neymar Jr.

 

- Antoine Griezmann, c'est 21 buts marqués en Liga (soit 35% des buts de son équipe) et 7 buts en Ligue des champions (soit 47% des buts de son équipe).

- Cristiano Ronaldo, c'est 31 buts marqués en Liga (soit 30% des buts de son équipe) et 16 buts en Ligue des champions (soit 62% des buts de son équipe).

- Lionel Messi, c'est 25 buts marqués en Liga (soit 24% des buts de son équipe) et 6 buts en Ligue des champions (soit 27% des buts de son équipe).

Des statistiques, une efficacité et une "dépendance" qui n'ont pas échappé à l'ancien attaquant des Rojiblancos, David Villa, et à l'actuel entraîneur de l'Atlético Madrid, Diego Simeone. En l'espace d'une saison, Antoine Griezmann a imposé le respect.

"Griezmann est actuellement l'un des tous meilleurs joueurs du monde. J'ai beaucoup d'amis à l'Atlético. Il les épate tous. Et il est encore jeune. Son potentiel est immense."

David Villa

"Est-ce que l'Atléti dépend trop de Griezmann? Autant que le Barça avec Messi, Suárez et Neymar, c'est aussi la même chose que le Real avec Cristiano, Aduriz avec l'Athletic, Gameiro avec le FC Séville."

Diego Simeone

2. De belles perspectives avec la sélection 

 

Au coude-à-coude avec CR7 et Messi en club, Antoine Griezmann leur tient la dragée haute en sélection. Au regard des statistiques, le Français est devancé sur les matchs internationaux par Lionel Messi avec l'Argentine cette saison (5 buts et 3 passes décisives en 10 matchs joués), contre 2 buts et 3 passes décisives en 8 matchs pour le Français. Cristiano Ronaldo, lui, est à la traîne avec le Portugal avec seulement un but et aucune passe décisive en 3 matchs.

En l'espace de deux matchs amicaux en 2016 avec les Bleus, Antoine Griezmann est devenu une évidence aux yeux du sélectionneur et des supporters au sein du onze de départ. Ce qui n'était pas le cas par exemple lors du dernier Mondial au Brésil. Il faut dire qu'avec deux passes décisives contre la Russie (4-2) et un but magistral contre les Pays-Bas (3-2), Griezmann s'est très vite illustré. Sa qualité de dribble, sa capacité à tirer les coup-francs et à faire jouer les autres sont autant de qualités qui plaident en sa faveur.

A l'instar de Paul Pogba ou encore de Dimitri Payet, Antoine Griezmann apporte un vent de fraîcheur en équipe de France. Une sélection qui fait figure de favorite dans son Euro, qui se déroulera du 10 juin au 10 juillet prochain. Le joueur de l'Atleti aura l'opportunité de briller et, qui sait, de soulever un premier trophée avec son équipe nationale, ce qui constituerait une belle carte à faire valoir lors de la "campagne" pour l'obtention du Ballon d'Or en fin d'année. Pendant ce temps-là, CR7 essayera de porter son Portugal à bout de bras dans la même compétition alors que Lionel Messi disputera la Copa America avec l'Argentine sur la même période (4 au 27 juin).

Pour beaucoup, comme son ancien mentor à la Real Sociedad, Philippe Montanier, Antoine Griezmann sera le leader technique des Bleus à l'Euro.

"S’il est leader, c’est avant tout un leader technique. Il arrive à être efficace, à faire jouer les autres. C’est un joueur collectif, altruiste, qui a été formé dans ce jeu-là. Mais il sait aussi être obnubilé par le but. Pour moi, ce qu’il y a d’intéressant avec Antoine, c’est précisément cette capacité à faire les bons choix : la solution individuelle, quand il le faut, ou collective. Il sait faire les deux. En cela, c’est un leader technique".

Philippe Montanier

3 - Griezmann, le roi de la com'

 

Depuis plusieurs mois déjà, Antoine Griezmann a la presse et les commentateurs avec lui. Le Maconnais n'est pas du genre à faire des vagues. Ainsi, interrogé dernièrement sur l'absence de Karim Benzema pour le prochain Euro, l'attaquant de l'Atlético Madrid l'a joué plus que bon camarade avec son rival au Real. Tout en ménageant ses collègues en place...

C'est un très grand joueur, c'est vrai qu'il nous manquera certainement. Mais on a d'autres attaquants, on l'a vu dans les deux derniers matches amicaux où (Olivier) Giroud et Dédé (Gignac) ont bien fait le travail. On a confiance en eux, on travaillera dur pour aller jusqu'au bout."

Antoine Griezmann

Souvent au front pour répondre aux questions de la presse, Antoine Griezmann cultive sa fraîcheur qui lui est saluée dans ses prises de parole. Après la qualification de son équipe pour la finale de la Ligue des champions, l'attaquant français a fait preuve de décontraction, tout souriant au micro de Canal+ :

«(Sur le but) c'est Torres qui me la donne, j'ouvre mon pied et après je ferme ma jambe pour essayer de la croiser. Voilà ça rentre, je suis content de marquer ce but décisif. Neuer est un grand gardien, il fallait marquer un but. Je savais qu'on allait avoir peu d'occasions, donc, je suis très content. Il faut continuer à travailler comme ça, garder les pieds sur terre et travailler comme on le fait tous les jours pour essayer d'être au maximum. (Sur l'adversaire) peu importe, je suis en finale, je vais bien fêter ça avec l'équipe et après on verra qui passera (rires)."

Antoine Griezmann

Frais, disponible et bon camarade, Antoine Griezmann soigne aussi sa com' via les réseaux sociaux. En regardant de plus près son compte Twitter par exemple, le Français ne se contente pas de poster des spots de publicité ou des tweets sponsorisés. Son truc à lui, c'est de parler sport, et pas forcément de ses perfs ou de celles de ses copains. Un vrai passionné.

A l'instar de CR7 ou encore de KB9, "Grizi" peut compter sur une importante communauté virtuelle pour le soutenir. Aujourd'hui, la star de l'Atletico affiche 1,96 millions de followers sur Twitter, soit plus que Paul Pogba (1,82M) mais moins que Karim Benzema (3,96M). Le recordman dans ce domaine est CR7 avec 42 millions de followers. Mais attention, Twitter n'est pas nécessairement un atout de choix dans la quête d'un Ballon d'Or. Ainsi, Leo Messi ne détient pas de compte officiel sur Twitter.

Enfin, "Grizi" peut compter sur l'appui des médias, qui ne manquent pas de se montrer élogieux à son égard. Ce sont eux qui, depuis des semaines déjà, tentent de le comparer, voire de le mettre sur un pied d'égalité avec les ogres que sont Cristiano Ronaldo et Lionel Messi. Pas de doutes, Antoine Griezmann a bonne presse.

4. Griezmann devient une marque 

 

On ne va pas se mentir, pour acquérir le Ballon d'Or, il faut être un joueur connu et reconnu à l'international. Andrès Iniesta ou encore Wesley Sneijder ont pu en faire les frais lors de précédentes éditions. Pour devenir une "superstar", Antoine Griezmann peut certes être actif sur les réseaux sociaux, mais aussi avoir de solides sponsors et multiplier les spots de pub à l'instar de joueurs de sa génération tels que Paul Pogba (Adidas) et Neymar Jr (Nike). Ces derniers jours, Griezmann (Puma) était aux côtés de Marco Verratti et Marco Reus pour un spot de pub du célèbre équipementier allemand. Un premier pas. 

Joueur de tempérament sur le terrain, Antoine Griezmann est plutôt réservé dans sa vie personnelle. Mais le Maconnais n'hésite pas à faire parler de lui à travers ses coupes de cheveux. Là encore, il emprunte le même chemin que Paul Pogba et Neymar Jr. L'important étant de changer le plus souvent possible de coiffure avec une spéciale cependant : la crête blonde peroxydée, particulièrement reconnaissable et qui alimentera à coup sûr les discussions.

5. Griezmann doit mettre CR7 et Messi K. O. en mai !

 

Avant même le début de l'Euro avec la France, Antoine Griezmann doit transformer l'essai en club en décrochant des titres. En Liga, l'attaquant et ses coéquipiers doivent maintenir la pression sur le leader, le FC Barcelone, qui ne pointe qu'à un point. L'Atleti se déplacera chez la lanterne rouge de Levante, puis accueillera le Celta Vigo à domicile. Griezmann ne pourra se ménager et espérer un faux pas du Barca, soit contre l'Espanyol ou Grenade. Ce sera difficile. A noter également que Léo Messi peut faire coup double dans les semaines à venir avec la Liga et la Coupe du Roi (le Barça affrontera le FC Séville en finale, le 22 mai).

Qu'à cela ne tienne, Griezmann troquerait bien un championnat contre une C1, qui serait sa première et la première de l'histoire de son club après deux finales perdues. En 2014, l'Atleti avait remporté la Liga et s'était inclinée en finale de Ligue des champions, face au Real Madrid. Et si l'inverse se produisait cette saison ? Réponse le 28 mai prochain à Milan. Nul doute que Griezmann pourrait faire coup double en s'adjugeant la C1, au nez et à la barbe de CR7, à condition, bien sûr, que les Merengue décrochent leur billet pour la finale.

6. Griezmann, l'homme qui vaut de plus en plus cher

 

Outre le fait de se partager les Ballons d'Or depuis plusieurs saisons, Cristiano Ronaldo et Lionel Messi sont les joueurs les plus chers de la planète football. On imagine mal un de ses deux joueurs quitter leurs clubs pour moins de 100 millions d'euros. A 25 ans, sans Ballon d'Or ni Ligue des champions à son actif, Antoine Griezmann est tout de même l'actuel 7e joueur le plus cher sur le marché, avec un transfert pour quitter l'Atletico qui serait estimé à 88,3 millions d'euros selon l'Observatoire du football (chiffres de janvier 2016).

Ce montant ne cesse de croître ces derniers mois et ce notamment grâce à son éventuelle marge de progression. Il n'est pas très loin par exemple de Cristiano Ronaldo (114M€), ce dernier ayant passé la trentaine. Enfin, Griezmann est actuellement le joueur français le plus cher sur le marché, devant Martial (11e), Pogba (12e), Varane (32e) et Benzema (40e). Et nul doute qu'il devra, avec ses conseillers, gérer au mieux l'après Euro pour faire le bon choix de carrire. Les prétendants sont déjà nombreux à venir aux renseignements.

7. Accumuler les titres honorifiques, en attendant...

 

Joueur du mois de mars de l'Atletico, Griezmann a réussi - comme Messi en janvier 2016 - à décrocher un trophée de joueur du mois en Liga cette saison (en août 2015). A titre de comparaison, CR7 n'en a pas empoché... Aussi, en fin de saison, Griezmann pourrait conforter sa position toute nouvelle de leader au sein de l'équipe de France en devenant le meilleur français évoluant à l'étranger lors de la remise des trophées de l'UNFP.

Bonus : être père, un vrai porte-bonheur ? 

 

En 2010, Cristiano Ronaldo devient le papa de Cristiano Jr. Mais cette année-là, c'est Lionel Messi qui décroche la récompense suprême. En 2012, Thiago Messi voit le jour et son papa est sacré Ballon d'Or cette année-là. Qu'en sera-t-il pour Antoine Griezmann, père depuis quelques jours ? Pour nourrir quelques espoirs, le dernier Français à avoir décroché le Ballon d'Or, Zinédine Zidane, avait été sacré la même année (1998) que la naissance de son second fils, Luca... 

Retour à l'accueil