Dear Fastfooters. Depuis une dizaine de jours maintenant, la Premier League a repris ses droits. Et le championnat d'Angleterre s'annonce des plus spectaculaires cette saison avec des équipes largement remaniées, notamment au sein des deux clubs de Manchester et de Chelsea. Mais qu'en est-il pour Liverpool? Avec trois points au compteur après deux journées en PL, les Reds alternent le bon et le moins bon. Ce mardi soir, l'équipe de Jurgen Klopp défie Burton Albion, équipe de D2, en 2e tour de League Cup. Inscrit sur tous les tableaux, Liverpool peut-il viser un titre qui lui échappe depuis 2012 (Coupe de la Ligue)? Thefatsfoot vous offre des éléments de réponse. N'hésitez pas à partager cet article avec vos amis sur les réseaux sociaux.

PREMIER LEAGUE 2016-2017 : LIVERPOOL, CA DONNERA QUOI CETTE SAISON?

1. LFC, de la lumière à l'ombre

 

A l'instar du Milan AC, son adversaire malheureux en finale de la Ligue des Champions, Liverpool ne fait plus vraiment parti dans cette décennie des places fortes européennes. Vainqueur (2005) puis finaliste (2007) de la Ligue des Champions, les Reds alternent le bon et le moins bon. Victorieux de la League Cup en 2012, le club de la Mersey a soulevé le coeur de ses nombreux supporters lors de la saison 2013-2014, emmené par son 3S infernal : Suarez-Sturridge-Sterling. Lors de cette édition, les Reds abandonnent un titre de champion d'Angleterre qui lui était promis à Manchester City. Depuis, Liverpool tente de se relever... 

 

Depuis deux ans maintenant, Liverpool tente de repartir de l'avant. Suarez est parti au Barça, Sterling à Manchester City, Gerrard évolue au LA Galaxy, Sturridge retrouve progressivement son meilleur niveau... mais un homme suscite beaucoup d'espoir depuis son arrivée : Jurgen Klopp. L'emblématique technicien allemand, qui a conduit le Borussia Dortmund en finale de Ligue des Champions, a pris les manettes du club en octobre 2015. A l'issue de sa première saison, son Liverpool termine 8e de Premier League, à six petites longueurs seulement du Big Four. Privés d'Europe, les Reds ne manquent cependant pas de compétitions pour briller.

2. L'heure des revanches

 

En sept saisons passées sur le banc du BVB, Jurgen Klopp a remporté deux championnats, une coupe d'Allemagne et hissé son équipe en finale de Ligue des Champions. Au-delà du palmarès, c'est le talent de meneur d'hommes de l'ancien coach de Mayence qui est reconnu par tous. Mais au-delà de cette réputation, Jurgen Klopp doit écrire ses premières lignes dans son CV en Angleterre, à l'instar notamment de Pep Guardiola à Manchester City ou encore d'Antonio Conte à Chelsea.

Cette saison, privé de compétitions européennes, Liverpool aura au minimum l'ambition de décrocher son ticket pour un tournoi continental en championnat. En coupe, Liverpool aura soif de revanche après sa finale perdue aux tirs aux buts la saison passée en League Cup contre Manchester City. En FA Cup, Liverpool a également un affront à essuyer après le revers de 2012 face à Chelsea (1-2). Et pour mener à bien ses ambitions, Liverpool s'est montré actif sur le marché des transferts.

3. Mercato : à défaut d'être bling-bling, Liverpool recrute bien

 

Ces dernières saisons, Liverpool se montrait bon vendeur mais pas nécessairement bon acheteur. Nombre de supporters des Reds se souviennent du recrutement d'Andy Carroll (41 M€) avec le bilan que l'on connaît. Cet été encore, les Reds ont été sollicités par la concurrence. Ainsi, l'attaquant belge Christian Benteke, auteur de 9 buts en 29 matchs de PL la saison dernière, a rejoint Crystal Palace (31,2 M€). Au rayon des départs lucratifs toujours : Jordon Ibe (Bournemouth, 18M€), Joe Allen (Stoke City, 15 M€) ou encore Martin Skrtel (Fenerbahçe, 6M€). Ainsi, de ses ventes, LFC a perçu pas moins de 60,2 millions d'euros. 

Au rayon des arrivées, Liverpool n'a pas encore vraiment casser sa tirelire à l'instar de Manchester United avec Paul Pogba (110M€) ou encore de Manchester City avec John Stones (56M€). Cependant, les Reds ont, pour l'heure, effectuer un recrutement intelligent avec les arrivées de l'attaquant sénégalais Sadio Mané (Southampton, 38,5 M€), le défenseur néerlandais Geroginio Wijnaldum (Newcastle, 30M€) ou encore du défenseur serbe Marko Grujic (Etoile Rouge de Belgrade, 7M€). A noter également le retour de prêt du jeune milieu serbe Lazar Markovic, recruté 25M€ à l'été 2015. Pour l'heure, les Reds ont dépensé un peu plus de 75 millions d'euros sur le marché des transferts. Et ce n'est pas fini...

Le chantier principal de Liverpool dans ces derniers jours du mercato d'été reste la défense. L'Estonien Klavan (Augsburg, 5M€) et le Camerounais Matip (Shalke 04, libre) et l'Anglais André Wisdom (Norwich, retour de prêt) viennent notamment compenser les départs du Slovaque Skrtel (Fenerbahçe, 6M€) et de l'Ivoirien Kolo Touré (Celtic Glasgow, libre). Mais Jurgen Klopp a tiré le signal d'alarme à l'issue de la 2e journée de Premier League.

En effet, le technicien allemand espère un renfort de taille dans ce secteur de jeu. Une solution qui ne devrait pas être le Français Mamadou Sakho. Son entraîneur souhaiterait qu'il effectue une saison sous forme de prêt pour gagner en temps de jeu. Le Portugais Tiago Ilori, qui a fait une pige à Bordeaux, pourrait s'envoler vers l'Olympiakos. Dès lors, vers qui se tournera la formation de la Mersey pour renforcer son secteur défensif... Enfin, à noter que l'attaquant italien Mario Balotelli est toujours à la recherche d'un club pour cette saison.

4. A quoi joue Liverpool en championnat ? 

 

Alors que son effectif n'est pas encore au complet, Jurgen Klopp perpétue une tradition : celle de faire mal aux grosses écuries de PL. Pour preuve, à l'occasion de la première journée, son équipe s'est imposée sur le terrain d'Arsenal (4-3). Un match spectaculaire qui n'a pas forcément plu au technicien Jurgen Klopp, qui avait pointé les lacunes défensives de sa formtion en conférence de presse d'après match.

On peut toujours mettre des buts et on peut aussi mieux défendre."

Jurgen Klopp en conf de presse

Avec trois points en poche, Liverpool est arrivé en confiance le wee-end dernier sur la pelouse du promu Burnley, à l'occasion de la 2e journée de championnat. Pas de chance, les Reds s'inclinent 2-0 et ne parviennent pas à dissimuler leurs lacunes défensives. En conférence de presse, Klopp a davantage insister cette fois sur la construction et l'animation du jeu de son équipe, qui a affiché un impressionnant taux de possession de balle à la fin de la partie (80%).

On a fait les mauvais choix. Quand on centrait, il n'y avait personne dans la surface et quand il fallait centrer, on finissait par prendre le tir. La saison commence à peine. On n'est pas à 100%, mais je vois beaucoup de bonnes choses. La leçon d'aujourd'hui, c'est qu'il ne faut pas balancer le ballon comme on l'a fait à deux reprises. On doit aussi trouver un plan pour contrer les adversaires regroupés."

Jurgen Klopp en conférence de presse

Pour l'heure donc, Liverpool alterne le bon et le moins bon. En match de préparation, les Reds avaient agréablement surpris ses fans en s'imposant 4-0 contre le Barça, avant de concéder une lourde défaite face à Mayence (0-4). L'équipe de la Mersey doit désormais trouver la bonne carburation. Et vite, car le calendrier de Liverpool s'annonce démentiel : 

- 23.08 - Burton (D2) - Liverpool : League cup

- 27.08 - Tottenham - Liverpool : 3e journée de PL

- 10.09 - Leicester - Liverpool : 4e journée de PL

- 17.09 - Chelsea - Liverpool : 5e journée de PL

5. Un rachat pour (re)jouer dans la cour des grands ?

 

On ne va pas se mentir, Liverpool a du mal à garder ses top players et à en attirer du côté d'Anfield. Une donne qui pourrait bien être totalement bouleverser dans les semaines à venir. En effet, outre-Manche, le sujet qui alimente les conversations et la possible reprise du club de la Mersey par des investisseurs chinois. L'Empire du milieu est très actif sur la marché anglais, avec notamment l'acquisition de parts (Manchester City) ou des rachats de clubs (West Bromwich Albion). En Europe, le Milan AC a été dernièrement racheté par des investisseurs chinois à hauteur de 750 millions d'euros.

Même si l'actuel président du LFC, l'Américain Paul Werner, assure que le club n'est pas à vendre, c'est une information du Sunday Times qui a mis le feu au poudre ses dernières heures. Ainsi, le club anglais serait la cible d'une offre publique d'achat (OPA) menée par China Everbright, un investisseur soutenu par le principal fonds souverain chinois, le China Investment Corporation (CIC). Et son montant s'éléverait à 924 millions d'euros, soit près du triple du montant investi par l'Américain Fenway Sports Group (FSG) en 2010. De quoi empiéter sur les platebandes des clubs de Manchester et de, qui sait, jouer de nouveau les premiers rôles sur la scène européenne.

En attendant une hypothétique vente, dont les répercussions sportives pourraient se faire ressentir lors du prochain mercato hivernal, Liverpool doit très vite trouver son rythme de croisière. Privés d'Europe, les Reds peuvent créer la surprise en titillant les grosses machines que représentent cette saison Manchester United, Manchester City et Chelsea. Une coupe nationale serait la bienvenue. Soutenue par l'un des publics les plus brulants et passionnés d'Angleterre et d'Europe, l'alchimie borussienne tant attendue entre les joueurs, Klopp et le public passera par les résultats et les titres. Prêt à succéder à Leicester City? Les Reds, qui comptent 18 titres de champions d'Angleterre (contre 20 pour MU), n'ont plus remporter le moindre titre national depuis 1990...

Retour à l'accueil