Salut les Fastfooters. Mardi (20h45), la petite musique de la Ligue des champions va de nouveau se faire entendre dans l'enceinte du Parc des Princes. Le PSG d'Unai Emery fera ses premiers pas dans cette édition 2016-2017 en recevant un adversaire de choix, Arsenal, dans le cadre des phases de poules. Une rencontre déjà capital pour la formation entraînée par Unai Emery. Mais que les joueurs et les supporters se rassurent, défier les Gunners d'entrée, ça n'a rien d'insurmontable. Bien au contraire. Thefastfoot dresse les 10 raisons pour lesquelles le PSG va remporter ce match de prestige. N'hésitez pas à partager cet article avec vos amis sur les réseaux sociaux.

LIGUE DES CHAMPIONS: PSG-ARSENAL, LES 10 RAISONS DE CROIRE EN LA VICTOIRE DE PARIS

1. Un effectif au grand complet 

 

Ce lundi, en conférence de presse, l'entraîneur du Paris Saint-Germain Unai Emery l'a assuré : son groupe sera au complet pour défier Arsenal. Une bonne nouvelle quand on sait que Laywin Kurzawa, Thiago Silva, Serge Aurier, Maxwell, Javier Pastore étaient longtemps annoncés comme incertains. Côté Gunners, l'infirmerie est bien davantage remplie : Aaron Ramsey, Danny Wellbeck, Per Mertesacker, Gabriel ou encore Mathieu Debuchy.

2. Le PSG Qsi ne manque jamais ses débuts en C1

 

A la maison, depuis le début de l'ère qatari, le PSG a toujours gagné son premier match de Ligue des champions. Le seul couac est intervenu il y a deux ans, sur le pelouse de l'Ajax Amsterdam (1-1). Le tout résumé en un tweet.

3. Heureusement, Kurzawa sera là

 

Il est l'homme fort du début de saison du Paris-SG. Appelé au début du mois par le sélectionneur Didier Deschamps en équipe de France, le latéral gauche a été ménagé vendredi, en Ligue 1, lors de la réception de Saint-Etienne en Ligue1. Et son équipe n'a pas gagné, et pour cause.

4. Emery, made in Europa !

 

Unai Emery est un entraîneur de dimension européenne. Certains diront qu'en quatre tentatives en Ligue des Champions, il n'a atteint qu'une seule fois le stade des 8es de finale. Certes. Mais à y regarder de plus près, Emery est l'homme de la situation. Le seul entraîneur à avoir remporté trois Ligue Europa de suite, avec le FC Séville (2013, 2014, 2015) a toujours parfaitement entamé ses campagnes : victoire contre Estoril (1-2 lors de la campagne 2013-2014 en C3), victoire contre Feyenoord (2-1 lors de l'édition 2014-2015 de la C3) et victoire contre le Borussia Monchengladbach (3-0 lors de la dernière C1).

5. Parc des Princes, forteresse imprenable ?

 

Paris est quasiment irrésistible à domicile. Le dernier revers au Parc des Parisiens remonte au 20 mars dernier, contre l'AS Monaco en Ligue 1 (0-2). En Ligue des Champions, le PSG n'a connu que des succès à la maison lors de sa dernière campagne. Sa dernière défaite en date dans la plus prestigieuse des compétitions européennes remonte au 15 avril 2015, contre le FC Barcelone, futur champion d'Europe (1-3). Depuis ce rendez-vous, Paris ne s'est incliné qu'à 6 reprises (Ligue 1 et C1 confondus), pour 45 victoires et 9 nuls.

6. Arsenal ne voyage pas toujours très bien

 

Ce constat est applicable sur la saison dernière. En C1, hormis son large succès sur le terrain de l'Olympiakos (3-0), les joueurs d'Arsène Wenger s'étaient fait surprendre par le Dinamo Zagreb (1-2) avant de prendre le bouillon contre le Bayern à l'Allianz Arena (1-5). Les Gunners ont été éliminés au stade des 8es de finale, en s'inclinant notamment au Camp Nou à Barcelone (1-3). En championnat, cette saison, Arsenal a partagé les points avec Leicester avant de s'imposer à Watford (3-1).

7. M. Kassai, une bonne connaissance du PSG

 

L'arbitre de ce PSG-Arsenal est connu. Il est hongrois. Son nom : Viktor Kassai. C'est lui qui était au sifflet lors de la large victoire du Paris Saint-Germain contre le Bayer Leverkusen (4-0) en 8e de finale aller de la Ligue des champions 2013-2014.

8. Cavani, le gars sûr !

 

Eh oui, ça peut surprendre, mais dans ce genre de match, Edinson Cavani est un "gras sûr" comme dirait son coéquipier, Serge Aurier. En effet, arrivé au sein du club parisien à l'été 2013 en provenance de Naples, l'Uruguayen a toujours marqué sur les trois premiers matchs de poules de C1 disputés : un but contre l'Olympiakos (4-1), l'ouverture du score à Amsterdam, c'est lui (1-1) et le deuxième but à Malmö, c'est lui aussi. En tout, "Edi" compte 12 buts en 28 apparitions avec le maillot du PSG en C1. Pas mal.

9. Lucas, efficace mon frère 

 

Depuis le début de la saison, Lucas est l'une des satisfactions du PSG version Emery. Le milieu offensif brésilien a inscrit trois buts lors des cinq derniers matchs de son équipe, dont le pénakty inscrit contre l'AS Saint-Etienne vendredi dernier au Parc (1-1). Un stade qui lui réussit bien cette saison car c'est lui qui avait ouvert le score contre Metz lors de la 2e journée (3-0). En Ligue des champions, l'ancien joueur de Santos peine davantage, avec seulement 2 buts inscrits sous les couleurs du PSG en C1, pour 17 titularisations. Des buts inscrits lors du dernier exercice, en phases de poules, contre le Shakthar Donetsk (2-0) et Malmö (5-0).

10. Une revanche à prendre

 

Paris et les clubs anglais, ce n'est pas toujours une belle histoire. Mais les Parisiens auront certainement à coeur de prendre leur revanche, et notamment de cette défaite cruelle en demi-finale de coupe des coupes 1994. Accrochés à l'aller au Parc, les joueurs d'Artur Jorge s'inclinent au retour (1-0, but de Kevin Campbell). Arsène Wenger, alors coach de l'AS Monaco, prendra les rênes des Gunners quelques mois plus tard (1996) après une expérience de deux ans au Japon...

Revanche toujours. La saison dernière, Manchester City avait éliminé le PSG au stade des quarts de finale de la Ligue des Champions. De son côté, Unai Emery avait connu une défaite en phases de poules contre les Anglais (1-2, 1-3).

Retour à l'accueil