Salut les Fastfooters ! Suite aujourd'hui de notre bilan des matches de préparation du Big 4 français, avec le champion de France en titre parisien, qui débute sa saison vendredi soir face à Montpellier.

 

ZLATAN 2

 

Au PSG, rien à signaler ?

 

Malgré un début d'été rendu difficile par l'annonce des départs de Carlo Ancelotti et Leonardo et les rumeurs de transferts concernant les deux stars du club (Thiago Silva et Ibrahimovic), le PSG s'est finalement offert une transition plutôt tranquille vers la saison d'après-titre. Le bilan chiffré de l'intersaison francilienne ? Une défaite qui fait tâche contre les Autrichiens de Sturm Graz (1-3) au début du mois de juillet, vite corrigée par deux succès face à des équipes de niveau inférieur (Rapid Vienne, Hammarby)... Puis un court revers contre le Real Madrid (0-1) suivi d'une victoire à l'arrachée, mais ô combien importante, lors du Trophée des Champions, premier match officiel de la saison, remporté in extremis face à Bordeaux (2-1). 

 

Finalement, pas de quoi fouetter un chat... C'est une préparation sans histoires qui s'achève dans le calme, pour les hommes de Laurent Blanc. Aucune polémiques à l'horizon... Thiago Silva et Ibrahimovic devraient vraisemblablement rester Parisiens... Oui, mais le terrain dans tout ça ?

 

 


   

 

Bien sûr, le champion de France en titre n'a pas brillé de mille feux et son expression collective a parfois déçu, mais, s'agit-il vraiment d'une surprise ? Arrivées sur le tard, les trois recrues majeures de l'été (Digne, Marquinhos et Cavani) n'ont pas pris part à ces matches de préparation et l'équipe alignée par Laurent Blanc à souvent ressemblé comme deux gouttes d'eau à celle de son prédécesseur, Carlo Ancelotti. Quant à l'organisation tactique, il faudra attendre les premiers matches du championnat pour assister (peut-être) à la mise en place d'un 4-4-2 articulé autour d'un duo Ibra-Cavani, promis par Laurent Blanc. Logiquement, la révolution n'était pas pour cet été !

 

Le "Président" n'ayant pas eu le temps d'imprimer sa marque, ce PSG estival rappelle furieusement l'équipe qui a facilement dominé la Ligue 1, tout en concédant quelques revers honteux, face à Reims ou Sochaux. Même passages à vide inexplicables -comme en première mi-temps contre Bordeaux-, même manque d'inspiration dans l'expression offensive... Mais cet effectif n'en reste pas moins dotée d'une véritable culture de la gagne doublée d'une capacité à se transcender dans les moments-clefs, deux qualités parfaitement symbolisées par la tête rageuse d'Alex au bout du temps additionnel face à Bordeaux, qui a offert au PSG un premier trophée cette saison. Quand les Parisiens appuient sur l'accélérateur, aucune équipe en France ne leur résiste. Voilà ce qui ne devrait pas changer de sitôt. Pour le reste, on attendra quelques matches avant de se forger une opinion.  

Retour à l'accueil