Après la jolie petite frayeur du Paris Saint-Germain face à la modeste formation de Locminé (2-1), la Coupe de France tourne la page des 32e de finale pour ouvrir, dans 15 jours, celle des 16e de finale. Qu'est- ce que va réserver le tirage au sort? Les grosses écuries de Ligue 1 seront-elles, une nouvelle fois, épargnées? Suivez tous les événements de la Coupe en direct sur TFF.

 

Résumé du match Locminé (CFA2) - Paris Saint-Germain

 

cup32e de finale de la Coupe de France, Locminé (CFA2) / PSG (L1), on pourrait tomber dans la formule toute faite de "David contre Goliath", nous allons innover un peu et faire un clin d’œil aux entraîneurs : Didier Noblet (1 coupe de Bretagne) contre Carlo Ancelotti (4 Ligue des Champions). Pour autant, n'oublions pas qu'il s'agissait d'un match de Coupe qui rendait tous les résultats imprévisibles... Si le PSG s'est qualifié logiquement (2-1), la réalité du jeu à été toute autre. Focus sur un match des extrêmes, plutôt renversant !

1ère mi-temps : "Mais ils sont où, mais ils sont où les parisiens ?"

Voilà ce que l'on pouvait entendre dans les travées de l'enceinte lorientaise pendant la première période, et tout le monde pouvait légitimement se le demander tant les Parisiens ont été fantomatiques pendant les quarante premières minutes du match. Décomplexés dès le coup d'envoi, les Locaux n'ont rien lâché et se sont investis sur chaque ballon, ce qui leur a permis de contrôler le rythme du match et de se créer une belle occasion dès la 4e minute avec une barre transversale de Maïga.

 

Bien que prévenus par le début de match tonitruant des Bretons, les Parisiens n'ont toutefois pas eu l'intention de rentrer dans le match enchaînant les mauvaises passes et faisant preuve d'une fébrilité qui n'a pas du faire plaisir à leur nouvel entraîneur, Carlo Ancelotti. Malgré cette mauvaise entame, le onze francilien a su se procurer deux occasions nettes avec une frappe de Sissoko stoppée avec autorité par le gardien lorientais, et un lobe totalement raté par Hoarau sur une ouverture millimétrée de Pastore, très discret jusque là. 0-0 à la mi-temps, les Parisiens s'en sortaient bien mais se devaient de montrer un autre visage.

2ème mi-temps : Paris dans la douleur...

PASTORE 2Carlo Ancelotti est reconnu pour être un fin tacticien, son jeu "en arbre de nöel" en première mi-temps a été un échec. Ses joueurs ont été incapables de se trouver à l'image du trio Sissoko-Bodmer-Jallet. L'entraîneur italien a su changer son système et faire monter plus haut Javier Pastore, ce qui a changé la physionomie de la partie. Ainsi, le PSG a su inversé la tendance avec un jeu plus direct et profitant d'un petit coup de mou physique des bretons. Javier Pastore a ouvert le score sur une très belle action ponctuée d'un grand pont lumineux à la 53e minute. Dans la foulée, le PSG se procure une nouvelle grosse occasion avec un très beau mouvement entre Pastore, Nenê et Hoarau. Enfin, à la 59e minute, Pastore a trouvé la barre transversale après avoir éliminé le gardien de Locminé.


nene

Puis arriva le petit tournant, à la 69e minute... Pastore, encore lui, a fait le choix de frapper au but alors que Nene et Erding étaient bien placés dans la surface. A force de manquer le break, le Paris-SG se mit en danger sur l'action qui suivit, et un pénalty indiscutable est sifflé pour Locminé à 70e minute. Cette offrande est transformée sans trembler par un très bon Maïga, seul professionnel au chomâge de l'effectif breton. L'égalisation redonne de la voix aux supporters et des jambes aux amateurs qui ont senti venir le vent de l'exploit. En effet, les locaux se sont remis à pousser mais ont laissé passer deux occasions (80e, 82e). C'est Paris qui a cependant manqué la balle de match par Bodmer (88'). L’entraîneur breton préparait déjà les prolongations avant que Diego Lugano signait d'une superbe tête son premier but sous les couleurs parisiennes et offre la qualification à son équipe (2-1, 93e)... Paris a eu chaud face à de très vaillants amateurs qui montrent, une fois de plus, l'importance de la Coupe de France, où finalement, tout est possible.

 

Tirage au sort des 16e de finale de la Coupe de France :

 

Valence (CFA) - Evian Thonon Gaillard (L1)

 

Dijon (L1) - Istres (L2)

 

Marseille (L1) - Le Havre (L2) 

 

Limoges (CFA2) - Drancy (CFA) 

 

Sablé (CFA2) - PSG (L1) 

 

Nice (L1) - Rennes (L1) 

 

Valenciennes (L1) - Bastia (L2) 

 

Niort (Nat) - Orléans (Nat) 

 

Auxerre (L1) - Châteauroux (L2)

 

Luçon (CFA) - Lyon (L1) 

 

GFCO Ajaccio (Nat) - Troyes (L2) 

 

Bourg-Péronnas (CFA) - AC Ajaccio (L1) 

 

Compiègne (CFA) - Lille (L1) 

 

Créteil (Nat) - Bordeaux (L1) 

 

Tours (L2) - Prix-Les-Mézières (DH) ou Montpellier (L1) 

 

Quevilly (Nat) - Angers (L2) ou Monaco (L2) 

Retour à l'accueil