Olà chers fastfooters ! A quelques heures du match d'ouverture de la Coupe des Confédérations (Brésil-Japon à 21H), votre site se mouille et vous livre ses pronostics. Brésil, Italie, Espagne, qui va soulever le trophée ?

 

coupe-des-confederations-bresil.jpg

 

 

 

***** Espagne : Après son magnifique triplé (Euro 2008, Coupe du Monde 2010, Euro 2012) la Rojà est favorite de toutes les compétitions internationales auxquelles l'équipe participe. Durant cette Coupe des Confédérations, comme dans un an à la Coupe du monde, il sera malgré tout intéressant de voir si la sélection dirigée par Vicente Del Bosque est ou non, guettée par l'usure du pouvoir, à l'image du FC Barcelone cette saison. Pour l'instant, il n'en est rien : Iker Casillas et ses coéquipiers sont installés en tête de leur groupe qualificatif pour le Mondial Brésilien (devant la France) et n'ont plus concédé la moindre défaite depuis le mois de juillet 2012 (0-1, face au Honduras), soit presque un an d'invincibilité. Malgré la fatigue physique de certains cadres tels le Barcelonais Xavi Hernandez, l'Espagne postule clairement à l'ajout d'un trophée inédit à son palmarès, elle qui n'a jamais atteint la finale de cette compétition, malgré deux participations. 

 

 

**** Italie : Finaliste du dernier Euro, la squadra azzura de Cesare Prandelli dispose de sérieux arguments pour espérer briller au Brésil. Comme l'Espagne, la sélection transalpine caracole en tête de son groupe de qualifications pour la Coupe du monde 2014. Après l'échec cuisant du Mondial 2010, Prandelli a fait monter en première ligne une nouvelle génération talentueuse (Balotelli, El Shaarawy, Marchisio, Ranocchia) encadrée par quelques glorieux anciens, sacrés champions du monde en 2006 (Buffon et Pirlo notamment). A moins d'une élimination surprise dès les phases de groupes -pas impossible, car l'Italie retrouve le Brésil et le Mexique dans son groupe - la squadra azzura peut rêver d'une finale prestigieuse contre l'Espagne, qui offrirait aux Italiens l'occasion de prendre leur revanche après l'humiliation vécu en finale de l'Euro 2012.

 

 


NEYMAR

 

 

 

 

 

**** Brésil : Un an avant le coup d'envoi de sa Coupe du monde, la Seleçao est déjà sous pression. Hôte de la Coupe de Confédérations, l'équipe doit impérativement briller pour rassurer un pays tout entier, déjà tourné vers l'évènement planétaire de l'été 2014. Malheureusement, le retour de Luiz Felipe Scolari à la tête de l'équipe en novembre 2012 n'a pas forcément eu l'effet escompté. Malgré sa pléiade de talents individuels, la seleçao peine dans sa recherche d'une organisation collective efficace. La victoire facile contre l'équipe de France au début du mois de juin (3-0) ressemble un peu à l'arbre qui cache la forêt des difficultés auriverdes. Les récents matches nuls face  à la Russie (1-1), puis contre le Chili (2-2) et l'Angleterre (2-2) l'ont prouvés : Neymar et ses coéquipiers sont encore loin d'être opérationnel pour espérer remporter une nouvelle Coupe du monde à domicile. 

 

 

*** Uruguay : Demi-finaliste de la dernière Coupe du monde, l'Uruguay pourrait figurer comme un outsider sérieux de cette Coupe des Confédérations. Mais les hommes d'Oscar Tabarez n'ont pas vraiment la tête au Brésil. Cinquièmes des éliminatoires de la zone Amsud pour la Coupe du Monde, Edinson Cavani et ses coéquipiers vont souffrir pour tenter d'aller décrocher leur billet pour le Mondial brésilien. Un objectif bien plus important que la Coupe des Confédérations, auquel les Uruguayens s'attèleront en septembre prochain, lors de matches couperets face au Pérou (08/09) puis à la Colombie deux jours plus tard. 


 

CAVANI

 

 

 

** Mexique : Malgré la présence de plusieurs joueurs talentueux comme le Mancunien Javier Hernandez au sein de son effectif, le Mexique vit une période mitigée. "Los Tricolores" souffrent dans leur groupe de quialifications pour le porchain Mondial, où ils sont devancés par les USA et le Costa Rica. Le sélectionneur José Manuel de la Torre et ses hommes peuvent difficilement nourrir l'ambition d'accéder au dernier carré de la Coupe des Confédérations, au sein d'un groupe A dans lequel Brésil et Italie devraient se partager les deux premières places. 

 

 

** Nigéria  Eliminé de la Coupe du Monde 2010 des les phases de groupe (2 défaites, un match nul) le Nigéria manque de références au plus haut niveau international, même si les Super Eagles dominent leur groupe de qualifications pour le Mondial brésilien. Loin des favoris de cette Coupe des Confédérations, la sélection dirigée par Stephen Keshi peut tout de même espérer surfer sur l'euphorie de son succès lors de la dernière Coupe d'Afrique des Nations pour se frayer un chemin jusqu'en demi-finale. 

 

 

* Le Japon du sélectionneur italien Alberto Zaccheroni progresse constamment, sous l'impulsion d'une génération de joueurs brillants venus s'aguerrir dans les plus grands championnats européens (Kagawa à Manchester United, Nagatomo à l'Inter Milan). La péninsule est devenue la nation référence du football asiatique et domine outrageusement les éliminatoires de la zone Asie en vue du Mondial 2014. Malgré cela, les Japonais risquent de rester à quai dans le groupe A de la Coupe des Confédérations, à l'image de leurs homologues nigériens.

 

 

Enfin, Tahiti se présente comme le petit poucet de la compétition. L'immense majorité des internationaux thaitiens évoluent dans le championnat de leur pays et la sélection n'a jamais participé à une phase finale de Coupe du Monde. 

Retour à l'accueil