Bonjour chers Fastfooters! En ce début de week-end ensoleillé, TFF vous propose le débrief' de la victoire des Bleus face à la Finlande (1-0) vendredi soir.

 

Les bons choix de Didier Deschamps. En prenant la tête de l'Equipe de France, DD n'a pas vraiment fait la révolution. Il a conservé l'ossature utilisée par Laurent Blanc durant l'Euro et procédé à quelques réajustements. Malouda, Mexès et Diarra sont sortis du groupe France, alors que Diaby, Mavuba et Sakho l'ont réintégré. Convoqué pour la première fois par Laurent Blanc mais non retenu au sein de sa liste définitive pour l'Euro, le défenseur Héraultais Mapou Yanga-Mbiwa vient d'être titularisé deux fois consécutivement par Deschamps. Force est de constater que l'expérience du terrain lui donne raison : Comme face à l'Uruguay en amical (0-0), la charnière centrale Sakho-Yanga Mbiwa s'est montrée intraitable (lire plus bas) tandis qu'au milieu de terrain, Mavuba et Diaby (buteur vendredi soir) ont été excellents.

 

Une charnière quasi-parfaite. Laurent Koscielny et Adil Rami en manque de temps de jeu cette saison, Didier Deschamps a choisi de confirmer la charnière centrale Sakho-Yanga-Mbiwa, déjà expérimentée face à l'Uruguay. Les deux hommes en ont profité pour instiller le doute dans la tête du sélectionneur. Avec un deuxième match sans but encaissé, des attaquants rendus muets (Forlan face à l'Uruguay, le prometteur Pukki vendredi soir), une présence athlétique dissuasive et une relance de bonne facture... Les deux défenseurs centraux choisis par DD ont fait mieux que remplir leur contrat face à la sélection nordique. Au point de postuler à un statut de titulaire ?

 

Abou Diaby : Laurent Blanc l'avait bien dit ! Pendant son mandat de sélectionneur, Laurent Blanc désespérait de pouvoir enfin sélectionner le joueur d'Arsenal, qui enchaînait les blessures. Las, c'est finalement son successeur qui profite du retour en forme du Gunner, privé d'équipe de France pendant plus d'un an et qui honorait vendredi soir sa 16ème sélection. S'il s'est éteint en seconde période (en même temps que l'ensemble de l'équipe, ce qui dit beaucoup de son influence), Abou Diaby a réalisé une superbe première mi-temps. Très bon à la récupération du ballon, il s'est comporté en véritable chef d'orchestre. En multipliant les transmissions de grande qualité vers ses attaquants, et en perforant les lignes Finlandaises, Diaby a fait oublier le manque de créativité offensive des Bleus pendant 45 minutes. Son activité et son envie manifeste ont été récompensées par un premier but en Bleu, inscrit après un une-deux avec Benzema.

 

Une animation offensive décevante. Malgré sa passe décisive sur le but, délivrée après avoir chipé un ballon dans les pieds Finlandais Karim Benzema n'en a pas fait assez vendredi soir, pour honorer le statut de meilleur joueur de l'équipe qui lui est généralement conféré par les observateurs. L'attaquant madrilène ne s'est pratiquement pas créé d'occasions et "dézone" sans doute trop pour espérer être présent dans la surface de réparation au bon moment. Autour de lui, Jérémy Ménez et Franck Ribéry ont livré une prestation similaire l'un à l'autre. Les deux hommes ont manifesté de l'envie, mais réalisé trop peu de différences notables et affiché un déchet technique rhédibitoire.

 

Une fébrilité criante en seconde mi-temps. Incapables de tuer le match face à la 96ème nation au classement FIFA, les Bleus se sont encore fait peur vendredi soir. Les Finlandais ont logiquement profité de la fébrilité française pour prendre le jeu à leur compte et se créer plusieurs occasions en seconde mi-temps, alors qu'ils n'avaient pas vraiment existé auparavant. Le coup de mou de Diaby, conjugué aux entrées en jeu quelquonques de Valbuena et de Matuidi ont conduit les Bleus à perdre la maîtrise de cette rencontre. Et la sanction aurait pu venir, notamment sur une tête finlandaise à bout portant, repoussée par un Hugo Lloris toujours aussi sécurisant. Heureusement, car une égalisation en fin de match aurait placé les Bleus dans une situation bien moins confortable avant d'affronter la Biélorussie, mardi prochain.

 

B.P

Retour à l'accueil