A 30 ans, le buteur lorientais Jérémie Aliadière réalise la saison parfaite sous les ordres de Christian Gourcuff. Au point que cet ancien espoir du foot hexagonal, qui a quitté le CNF de Clairefontaine pour rejoindre Arsenal à 16 ans seulement, commence à voir son nom évoqué pour rejoindre l'équipe de France. Fantasme de journaliste sportif ou réelle possibilité ? La rédaction de TFF s'est posée la question.
 
aliadière 
 
Le débat qui fait de Jérémie Aliadière un possible recours en attaque pour les Bleus de Didier Deschamps est d'abord une affaire de contexte. A moins de deux mois d'une tournée sud-américaine qui verra l'équipe de France affronter l'Uruguay (5/06) puis le Brésil (9/06) en match amical, la sélection est en mal de buteurs efficaces. Ce qui pousse naturellement les observateurs à souligner les excellentes performances du Lorientais Aliadière.

Inamovible n°9 des Bleus, le Madrilène Karim Benzema n'a plus inscrit le moindre but en bleu depuis... le 5 juin 2012, soit une disette longue de 12 matches. Le groupe France compte bien quelques autres joueurs capables d'occuper le poste d'avant-centre, mais le sélectionneur ne semble prêt à faire débuter ni le Lyonnais Bafétimbi Gomis, ni le Gunner Olivier Giroud, en lieu et place de "Benze". Dans ces conditions, Aliadière a t-il une chance de faire partie de la prochaine liste du coach ?
Aliadière, buteur plus régulier que Benzema et Giroud cette saison.
 
D'un strict point de vue statistique, la candidature du Breton ne peut être négligée. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'Aliadière est l'attaquant français le plus efficace devant le but, cette saison. Replacé dans l'axe, dans un rôle de pur buteur par son entraîneur, l'ancien d'Arsenal se régale dans les surfaces hexagonales : Avec 18 buts inscrits en 33 matches toutes compétitions confondues, et un excellent rythme d'un but toutes les 154 minutes, sa feuille de stats a de quoi rendre jaloux Karim Benzema (1 but toutes les 183 minutes) et son compère de l'attaque des Bleus, Olivier Giroud (1 but/184).
 
Oui mais voilà, Jérémie Aliadière a beau réaliser une saison canon et n'avoir besoin de convaincre personne de son talent - Arsène Wenger le comparait à Van Basten, quand il jouait à Arsenal - son passé ne plaide pas vraiment en faveur d'une sélection en bleu. A 30 ans, l'ancien international espoir (7 matches, 1 but) a déjà vécu une longue carrière outre-manche, sans jamais réussir à vraiment conquérir la Premier League, ce à quoi son talent semblait le prédestiner. Arsenal (2001-2007) West Ham (2005-2006) ou encore Middlesbrough (2007-2010), aucun de ces clubs n'a conservé un grand souvenir du "Frenchie", débarqué à Londres encore ado, en 1999 pour une somme de 2,3M€. Durant toute sa carrière anglaise, Aliadière s'est montré irrégulier : incapable de s'imposer dans un grand club comme Arsenal et souvent peu inspiré devant le but, il n'aura scoré qu'à... 23 reprises, entre 2001 et 2010. Même si ses différents entraîneurs l'utilisaient davantage dans un rôle dit de 9 et 1/2, en soutien d'un attaquant de pointe et que son parcours "british" a été marqué par de nombreuses blessures, c'est trop peu pour faire de lui un concurrent sérieux aux Benzema, Gomis ou Giroud, qui inscrivent régulièrement un minimum de vingt buts par saisons dans leurs clubs respectifs. 
Moins de 50 minutes passées sur le terrain en Ligue des champions.

Peu habitué à disputer des matches de très haut niveau (5 matchs de C1, aucune titularisation) et déjà trentenaire, on voit mal Jérémie Aliadière fêter bientôt sa première sélection avec les A de l'équipe de France, dans une période où Deschamps veille à la mise en orbite progressive des jeunes appelés à devenir les cadres de demain (Varane et Pogba). C'est tout le paradoxe du Lorientais, dévenu le symbole des difficultés de la L1 à garder ses meilleurs joueurs après son départ précoce vers l'Angleterre en 1999 : Appelé à faire les beaux jours des Bleus à ses débuts, Jérémie Aliadière n'aura peut-être jamais l'occasion de revêtir le maillot de l'équipe de France, au cours d'une carrière professionelle qui va certainement durer près de vingt ans.
 
Revivez le but d'Aliadière, qui a envoyé les Merlus en demi-finale de la Coupe de France, contre l'AS Saint-Etienne (2-1) :
 
 
 
Retour à l'accueil