Chers fastfooters, cette fois nous y sommes, la Ligue 1 a rendu son verdict définitif à l’occasion de la 38ème et dernière journée dimanche dernier. Pour conclure cet exercice 2012-2013 en beauté, votre site vous propose un bilan non exhaustif des événements qui ont marqué notre rédaction, cette saison. 

 

LOGO LIGUE 1 

 

T comme Twitter… 

 

Cette saison, les joueurs de foot ont beaucoup gazouillé sur les réseaux sociaux. Certains d'entre eux possèdent leur propre compte Twitter, qu’ils alimentent avec plus ou moins d’assiduité. André-Pierre Gignac a par exemple utilisé fréquemment le réseau social comme levier pour témoigner de son attachement au maillot ciel et blanc et se réconcilier avec les supporteurs marseillais, après deux saisons à oublier. Ses nombreux buts (13) ont fait le reste. 

  

Capture-d-e-cran-2013-05-30-a--14.48.33.png

 

Son coéquipier Joey Barton est également un "twittos" convaincu. Très au point sur l’actualité, le « bad boy » anglais s’est par exemple exprimé à de nombreuses reprises suite au décès de l’ancien Premier Ministre britannique Margaret Thatcher. Dans un autre registre, Joey Barton a parfois utilisé Twitter pour régler des comptes avec ses détracteurs (le journaliste Pierre Ménès), ou ses homologues de Ligue 1 (le Parisien Thiago Silva). Pas son meilleur rôle…

 

H comme Hat-Trick : 

 

Les triplés ont été plutôt rares cette saison en Ligue 1. Seuls trois hommes qui figurent d’ailleurs en bonne place au classement des buteurs, ont réussi cette performance : Zlatan Ibrahimovic, Bafétimbi Gomis et Saber Khlifa. 

 

 

 

 

 

E comme Elimination :

Auteur d’un parcours exceptionnel en championnat de France, le PSG a eu moins de réussite dans les coupes. Ligue des Champions,  Coupe de France, Coupe de la Ligue : les hommes de Carlo Ancelotti ont toujours échoué au stade des quarts de finale.

 

F comme Flair : 

 

article CvitanichClaude Puel et les dirigeants niçois n'ont pas manqué de flair, en choisissant d'engager à l'été 2012 un joueur argentin totalement inconnu en France, répondant au nom de Dario Cvitanich. L'ancien de Boca Juniors, débarqué sur la Côte-d'Azur contre une indemnité de 400 000 euros est le coup le plus rentable de la saison française.

 

Son bilan ? 19 buts marqués en 29 rencontres de Ligue 1. Vous crierez peut-être au raccourci malhonnête, mais reconaissez que la feuille de statistiques du goleador des Aiglons fait passer Javier Pastore acheté 42 millions d'euros par le PSG (34 matches, 4 buts) pour l'arnaque du siècle.

 

Mais rendons à Cesar ce qui lui appartient : Selon la fiche Wikipédia de l'Argentin, c'est un jeune stagiaire du club qui aurait soufflé le nom de Cvitanich à ses dirigeants. Qui que tu sois, bravo !

 

A comme Age : 

 

Malheureusement pour certains footeux qui aimeraient fêter leur 50ème anniversaire sur le terrain, la carrière du pro est éphémère. Atteints par la limite d'âge, plusieurs trentenaires ont fait leurs grands adieux sur les pelouses de L1. On pense aux larmes de David Beckham, à l'élégante révérence de Giuly mais aussi aux adieux du Lorientais Arnaud Le Lan après une carrière entière passée dans notre championnat (Guingamp, Lorient, Rennes). A tous les retraités 2013, TFF souhaite bon vent !

 

S comme Sanction administrative :

 

Cette saison, le classement du fair-play récompense l'ASSE. En 38 matches, les hommes de Christophe Galtier n'ont reçu que 53 cartons jaunes et 4 cartons rouges. Valenciennes et Lille complètent le podium des clubs au comportement exemplaire. Paradoxalement, le Stade Rennais figure en milieu de tableau alors que les Rouge et Noir détiennent le record du plus faible nombre de cartons jaunes reçus (43). Ce sont les cartons rouges (10) qui pèsent extrêmement lourd dans le bilan breton. En fin de classement, on retrouve Bastia, Ajaccio et le PSG, dont les ennuis avec l'arbitrage ont émaillés la saison. 

Voir le classement du fair-play sur le site de la LFP.

 

T comme Transferts :

 

LUCAS MOURA

L'été 2012 a été marqué par le retour en force de la Ligue 1 sur le marché des transferts européens. A lui seul, le PSG a dépensé 147 millions d'euros pour permettre à l'équipe de changer de dimension. Principales arrivées : Thiago Silva (42M€), Zlatan Ibrahimovic (21M€) Ezéquiel Lavezzi (26M€) et Lucas Moura (40M€). Avec ce recrutement XXL, le PSG s'est installé en tête du classement des clubs les plus dépensiers du continent devant Chelsea (100M€) et le Zenith St Pétersbourg (95M€).

 

 

Retour à l'accueil