C'est de loin le match le plus attendu de la 34ème journée de Ligue 1. Ce dimanche à 14h, l'AS Saint-Etienne se déplace à Gerland pour affronter Lyon dans un derby bouillant. L'enjeu est simple pour les Verts : gagner pour déloger Lyon du podium et s'emparer de la troisième place, à quatre journées de la fin du championnat. Les hommes de Christophe Galtier peuvent-ils le faire ?

 

86248 640 360

 

 

Tout à leur joie d'avoir célébré le premier titre de leur équipe depuis plus de trente ans, avec la Coupe de la Ligue remportée samedi dernier aux dépens de Rennes (1-0), les supporteurs des Verts rêvent d'un nouvel exploit : un succès dans le derby qui leur ouvriraient les portes d'une qualification pour le tour préliminaire de la Ligue des Champions en fin d'exercice. Pourtant, les plus fans expérimentés d'entre eux devront tempérer l'optimisme qui s'installe autour du choc face à Lyon. Histoire d'éviter de trop grandes désillusions. Car historiquement, Gerland reste une terre particulièrement hostile pour l'ASSE. Depuis le début des années 2000, le bilan stéphanois chez le rival lyonnais frise l'indigence : 9 matches, 6 défaites, 2 nuls et une seule victoire hautement symbolique c'est vrai, lors du 100ème derby entre les deux clubs.

 

Un écart historiquement faible au classement

 

Tottenham-et-Aston-Villa-sur-Aubameyang_article450x300.jpgAvec ce match, les Verts tiennent une occasion énorme de renverser la table et de grimper sur la troisième marche du podium pour la troisième fois de la saison, après avoir occupé cette place lors des 14èmes et 15èmes journées. Depuis l'exercice 1980-1981, jamais l'OL et l'ASSE n'avaient été aussi proches au classement (2 points) au moment de se retrouver pour le derby. Cet enjeu énorme peut-il tétaniser les Verts, au moment de pénétrer sur la pelouse de Gerland ? Au stade de France samedi dernier, le buteur Pierre-Eymerik Aubameyang et ses coéquipiers ont assumé leur statut de favori face à Rennes, démontrant même une certaine capacité à gérer le score (1-0) en seconde mi-temps pour rapporter le trophée tant attendu dans la Loire. Même jeune et assez peu expérimentée, cet effectif peut donc supporter la pression inhérente aux matches couperets.

 

Ceci dit, Lyon, qui vient de se remettre en état de marche avec deux victoires de rang, présente davantage d'arguments à même de contrarier les ambitions stéphanoises, qu'une équipe de Rennes en pleine déconfiture. Et la Coupe de la Ligue n'a rien à voir avec le championnat. Depuis quelques semaines, l'ASSE s'est d'ailleurs fréquemment retrouvée en position de monter sur le podium, et de tirer profit des contre-performances de l'OM, puis de Lyon. Mai les hommes de Christophe Galtier n'ont pas montré la même sérénité face à l'enjeu, puisqu'ils ont toujours échoué à réaliser le "gros coup" attendu par le peuple vert. Le plus souvent, en butant sur des équipes de moindre envergure. Comme lors des match nuls décevants contre Troyes (2-2, J30) puis Valenciennes (0-0, J32).

 

OL et ASSE, deux dynamiques qui s'inversent 

 

Reste l'incroyable dynamique des Verts, qui a de quoi donner de l'espoir aux fidèles du stade Geoffroy-Guichard. Depuis le succès en Coupe de la Ligue, une certaine euphorie s'installe du côté de l'Etrat, qui semble contaminer les joueurs sur le terrain. Même fatigués, Stéphane Ruffier et ses coéquipiers ont arraché une victoire spectaculaire, et ô combien importante, mercredi contre Ajaccio, lors d'un match décalé de la 33ème journée de Ligue 1 (4-2). La magnifique série d'invincibilité entretenue depuis 13 matches de championnat participe également à gonfler le capital confiance de l'équipe.

 

Ultime motif de croire à un possible  succès face aux Gones, la courbe des résultats des deux formations, qui s'est totalement inversée en quelques mois : Si on établit un classement depuis la reprise de janvier, l'ASSE pointe à la deuxième place avec 30 unités engrangées, alors que les Lyonnais se maintiennent péniblement dans la première moitié du tableau (9è), avec 9 points de retard sur leurs voisins stéphanois. De là à y voir un signe...

Retour à l'accueil