Chers Fastfooters. A moins d'une semaine du Clasico tant attendu entre l'OM et le PSG (dimanche 7, 21 heures), votre site s'interroge sur le week-end on ne peut plus délicat qu'ont vécu les dits "outsiders" du Paris-SG cette saison : l'OM, l'OL, Lille et l'AS Saint-Etienne. Et pas de doutes, ces derniers semblent avoir atteint des limites. Décryptage.

 

OM ou un coup d'arrêt prévisible

 

AYEWAprès 6 victoires en autant de journées, l'Olympique de Marseille s'apprêtait à franchir, dimanche à Valenciennes, une passe de sept quasi historique. Un défi qui attendra le Barça (Liga), le Bayern (Bundesliga) et la Juventus (Serie A) le week-end prochain et que les hommes d'Elie Baup n'ont pas su relever. Pire, ils sont passés totalement à côté de leur sujet. A un moment où les premières déclas "chocs" sur le Clasico foisonnaient, les Olympiens se sont égarés au Stade du Hainaut, face à Valenciennes (4-1). Pire encore, la défense phocéenne, jusque-là imperméable, a montré des signes inquiétants de fébrilité, à l'image de l'incroyable bévue du portier tricolore, Steve Mandanda. Aux lacunes défensives se sont ajoutées celles liées au domaine offensif. Outre cette piètre performance au Hainaut, l'OM peine devant le but depuis quelques semaines, comme en a témoigné son laborieux match nul en Ligue Europa contre Fenerbahçe (2-2) et sa victoire poussive contre Evian en Ligue 1 (1-0).

 

L'alerte de TFF : Au-delà de son manque de profondeur de banc, l'OM doit être plus réaliste devant le but. Le retour de Loïc Rémy devrait être bénéfique. En défense, le turn-over est quasi impossible et la fatigue commence à peser sur les épaules de la charnière centrale (Fanni-N'Koulou). Pas de bon augure avant de défier le Paris-SG dimanche prochain.

 

Lyon, le jumeau de Marseille ?

 

A l'instar de l'OM, l'OL, candidat au podium en cet exercice 2012-2013, a connu sa première défaite de la saison. A Gerland, les Lyonnais ont fait preuve de maladresse et de malchance face aux Girondins de Bordeaux (0-2). Certes handicapés par un but injustement refusé après l'heure de jeu, les Gones se sont montrés stérils, voire consternants dans le domaine offensif. Une défaite surprenante mais qui répond, à l'instar de Marseille, à une constante ces dernières semaines. Il y a dix jours, Lyon ramenait un point de Lille (1-1) avant de disposer, en Ligue Europa, du Sparta Prague (2-1) en n'inscrivant "que" deux buts face à une faible opposition. Et le prochain match, contre Lorient, qui réalise un début de saison époustouflant, n'a pas de quoi rassurer l'entraîneur lyonnais, Rémi Garde. 

 

L'alerte de TFF : Solide défensivement, la réusite de l'OL repose principalement sur l'efficacité de son duo d'attaque, Lisandro Lopez et Bafétimbi Gomis. L'Argentin restait, avant cette défaite contre Bordeaux, sur trois buts en trois matches alors que le Français a signé un but en C3 contre Prague (2-1). Un coup d'arrêt sans lendemain ? Probablement, car l'OL est la deuxième meilleure attaque du championnat, à égalité de buts marqués avec... les Merlus.

 

Lille, loin d'être le fruit du Hazard ?

 

DEBUCHYDepuis, plusieurs saisons, Lille est une valeur sûre de la Ligue 1. Pour ses détracteurs, le LOSC a râté le tournant du mercato, avec le départ de son meilleur joueur, Eden Hazard, pour des joueurs toujours à la recherche de repères (Mendès, Kalou, Martin). Au-delà de ce constat général et discutable, la formation coachée par Rudi Garcia n'est plus aussi joueuse que par le passé. Hormis les performances constantes depuis le début de la saison de Payet et Mavuba, les Nordistes ont du mal à concrétiser leur action et ne possède pas d'une profondeur de banc vertigineux. Ainsi, contre Rennes, seuls De Melo et Klodaridis, remplaçants, étaient des options pour inverser la tendance [Kalou et Martin étaient absents pour cette rencontre, ndlr.]. Mais à défaut de cela, le LOSC a enchaîné, à Rennes (0-2), son 3e match sans victoire après un nul contre Lyon (1-1) et une défaite en Ligue des Champion, au Grand Stade, contre le Bate Borisov (1-3). Et si cette défaite face aux Biélorusses n'avait pas mis un coup durable sur la tête des Champions de France 2011 ? Quinzième de L1, les Dogues n'ont d'ores et déjà plus le droit à l'erreur cette semaine avec un déplacement à Valence en C1 puis la réception d'Ajaccio en L1.

 

L'alerte de TFF : Lille doit se relancer pour ne pas sombrer. Rudi Garcia l'assure, l'heure est à la recherche d'une dynamique victorieuse. Et quoi de mieux pour se relancer qu'un défi européen difficile mais jouable face au FC Valence d'Adil Rami puis par la réception d'Ajaccio ? Se remettre en scelle au plus vite en France et en Europe, tels sont les objectifs d'un Lille déjà sous pression.

 

Saint-Etienne, toujours bien placé...

 

L'ASSE souffle le chaud et le froid. Après une qualification au courage contre Lorient en Coupe de la Ligue (1-1, 3-0 t.à.b), les Verts devaient enchaîner par une victoire, à Geoffroy Guichard, contre le promu rémois. A défaut, les hommes de Galtier n'ont pas trouvé la faille (0-0) et restent collés à modeste 11e place au classement de la Ligue 1. Depuis sa défaite surprise lors de la 5e journée, à domicile (0-1) contre Sochaux, les Stéphanois ne gagnent plus (deux nuls contre Montpellier et Reims). Des rendez-vous manqués qui empêchent de faire des Verts des outsiders crédibles dans l'Elite.

 

L'alerte de TFF : A l'instar de Lille, Saint-Etienne cherche encore le bon carburant avec un recrutement pour le moins intéressant (Brandao, Hamouma). Pour l'heure, l'ASSE manque de constance et pêche cruellement dans la finition. Les trois matches de Ligue 1 à venir (face à Nancy, Nice et Rennes) sont une bonne occasion de faire le plein de points et de confiance avant de défier... l'ogre Paris Saint-Germain.

 

Qui sera le "Montpellier" de la saison ?

 

Deux équipes postulent en ce début de saison à la lutte au podium : Bordeaux et Lorient. Les Girondins, totalement muets lors du dernier mercato estival, surfent toujours sur sa bonne fin de saison avec un entraîneur, Francis Gillot, qui commence à récolter les fruits de sa semence. De la patience, l'entraîneur de Lorient, Christian Gourcuff, en fait preuve chaque saison depuis près d'une décennie. Et si cette saison 2012-2013 portait les Merlus au sommet de la Ligue 1 ? Avec une préparation anticipée par rapport à la concurrence, les Orange sont bien mûrs en ce début de saison, avec un recrutement astucieux (Traoré, Giuly, Aliadière...). 

Ce lundi, cet article remplace votre rubrique "Les 12 Gourmandises du week-end" que vous retrouverez, nous l'espérons, avec délectation lundi prochain.     

Retour à l'accueil