ol-joie-but6.jpg

 

Malgré l'absence de plusieurs titulaires au coup d'envoi, l'OL a quasiment assuré sa qualification pour les quarts de finale de la Ligue Europa, en étrillant le Viktoria Plzen à Gerland (4-1). Une victoire qui doit beaucoup à deux hommes, habitués à jouer les doublures cette saison, mais excellents hier soir : Arnold Mvuemba et Steed Malbranque. 

 

L'OL ne manque décidément pas d'arguments pour finir la saison en boulet de canon. En attendant les retours de ses créateurs au milieu de terrain, Yoann Gourcuff et Clément Grenier, Rémi Garde a pu constater que son groupe avait de la ressource et du caractère. Et que l'émulation fonctionnait à plein, chez les habituels remplaçants, qui ont parfaitement su profiter de la dynamique positive du onze de départ habituel (aucune défaite lors des 6 derniers matches). C'est paticulièrement vrai au sein du milieu de terrain en losange -Rémi Garde avait opté pour le 4-4-2- où Steed Malbranque et Arnold Mvuemba ont eu la bonne idée de livrer simulanément leur match le plus abouti de la saison, pour faire plier le champion tchèque en titre. 

 

MALBRANQUE, LE SECOND SOUFFLE.

 

malbranque.jpeg

 

Inhabituellement positionné en pointe haute du losange dans le 4-4-2 lyonnais, Malbranque a brillé. Le poste de meneur de jeu que lui avait confié Rémi Garde lui convient parfaitement, sans doute mieux qu'une position excentrée. Très remuant, l'ancien pensionnaire de Premier League a illuminé le jeu de son équipe grâce, notamment, à deux "caviars" transformés en buts par Lacazette (2-1, 53e) et Mvuemba (3-1, 61e). C'est presque une surprise, tant le vétéran formé au club avait semblé en souffrance lors de chacune de ses dernières apparitions dans l'équipe-type (12 titularisations, toutes compétitions confondues cette saison). Jeudi soir, Malbranque avait ses jambes de 20 ans (il en a 34, en réalité), et une intelligence de jeu digne du vieux briscard qu'il est. Lyon, une équipe démunie sans ses créateurs Gourcuff et Grenier ? Certainement pas, puisque Malbranque est là ! Bien sûr, "Steed" ne pourra certainement pas disputer tous les matches d'ici la fin de saison. Mais Rémi Garde sait désormais qu'il dispose d'un luxueux joker, auquel la pointe haute du 4-4-2 en losange des Lyonnais va comme un gant. 

 

MVUEMBA, ENFIN LÀ ?

 

mvuemba.jpeg


Arrivé de Lorient lors de l'intersaison 2012/2013, Arnold Mvuemba (29 ans) était escorté d'une réputation plutôt flatteuse. Mais les supporteurs lyonnais ont vite déchanté. Sa première saison décevante (17 matches joués, 1 but) l'a fait disparaître progressivement de l'écran-radar de Rémi Garde. Au point que lors de l'exercice actuel, le technicien n'a fait appel au joueur Franco-Congolais qu'à six reprises. Malgré ce temps de jeu famélique, L'ex-Merlu n'a visiblement pas perdu confiance en ses qualités. Exceptionnellement titularisé face à Pilsen, il a réalisé un match de haut niveau au milieu de terrain, à l'unisson de ses coéquipiers Gueïda Fofana (double-buteur) et Steed Malbranque.

 

Passeur décisif sur le premier but lyonnais, Mvuemba s'est même offert sa première réalisation de la saison, à la réception d'une superbe ouverture de Malbranque. Et quel but ! Son enchaînement contrôle poitrine, demi-volée du plat du pied depuis l'entrée de la surface est le genre de bijou auquel il n'avait pas vraiment habitué les supporteurs de Gerland. Mais il faut croire que le souffle de cette équipe lyonnaise capable d'arracher une victoire improbable à Bordeaux (2-1) dans les derniers instants des arrêts de jeu, déteint sur tous les éléments qui la composent. Y compris, ceux qui, comme Mvuemba, traversent une saison difficile. Il lui reste désormais à convaincre son coach de l'utiliser plus fréquemment. Dans cette optique, sa prestation de jeudi constitue un argument de poids.

Retour à l'accueil