par-2230573-jpg_1936360.JPG

 

Alors que le club a quasiment dit adieu à la 3e place de la L1, synonyme de Ligue des Champions, vendredi soir, en chutant contre Nice (0-1), les dirigeants de l’OM vont pouvoir se consacrer pleinement au dernier objectif de la saison. Et pas des moindres, puisqu’il s’agit de convaincre un entraîneur d’envergure de prendre la tête du club phocéen, et ce dès cet été. Bien dans leurs rôles, le président olympien, Vincent Labrune, et son bras droit, le coach intérimaire José Anigo, répétent que les candidatures affluent dans la boîte aux lettres de la Commanderie. « L’OM, Ligue des champions ou pas, cela reste une grosse machine et un beau projet. Des demandes extérieures, je peux vous dire qu’il y en a beaucoup, beaucoup, beaucoup », a même certifié le second à la presse, après la piteuse défaite à domicile, contre le Gym. 

Vincent Labrune, lui, a carrément dressé un portrait robot de l’homme qui devrait prochainement s’installer sur le banc de l’OM. Son choix se serait arrêté sur un technicien «étranger, parlant bien français et qu'il aurait même rencontré récemment», a t-il précisé sur les ondes de la radio RMC. Bien sûr, hors de question de révéler l’identité de l’heureux élu. Alors, la plupart des médias spécialisés s’échinent à jouer aux devinettes. S’agit-il de l’ancien patron de Swansea, Michael Laudrup ? Du technicien chilien, Marcelo Bielsa ? De son homologue suisse, Lucien Favre ? ou encore de l'entraîneur roumain du Shakthar Donetsk, Mircea Lucescu ? Patience, vous le saurez bientôt, répond Labrune aux curieux.

 

Labrune et la "méthode Coué"


Malgré les désillusions sportives, le patron olympien promène toujours la même assurance, quand il s’agit d’évoquer celui qui succédera à l’intérimaire José Anigo. Il s’amuse même à titiller les journalistes, en leur faisant miroiter une intronisation dès le mois d’avril. Et si Labrune était tout simplement en train de jouer au poker avec les suiveurs de l’OM ? Et si, toutes ses déclarations n’étaient finalement qu’une énième partition de la célèbre « méthode Coué », exécutée par un communicant hors pair ? Faire croire à l’arrivée certaine d’un entraîneur de renom sur la Canebière, de manière à créer un halo positif autour du club phocéen. Serait-ce la méthode Labrune ? Dans un autre registre, François Hollande a passé la première partie de son quinquennat à annoncer l’inversion de la courbe du chômage à la fin de l’année 2013. Son objectif ? Créer une dynamique positive sur le marché de l’emploi, en boostant la confiance des Français. 

 

Même si le coup de poker tenté par le président de la République s’est soldé par un échec – la courbe du chômage n’a pas chuté d’un iota, au contraire ! – rien n’indique que Vincent Labrune connaîtra le même sort. Mais la fameuse « méthode Coué » ne portera ses fruits que s’il parvient à capturer l’oiseau rare pour l’asseoir sur le banc de l’OM sans trop tarder. Sinon, gare au retour de bâton !

Retour à l'accueil