Zlatan Ibrahimovic peut remercier David Beckham... En focalisant l'attention médiatique sur sa personne pour ses grands débuts au Parc des Princes, la star anglaise a éclipsé l'aspect moins reluisant de la victoire parisienne contre l'OM (2-0) dimanche soir : la performance médiocre du meilleur buteur maison, Zlatan Ibrahimovic. Malgré son but chanceux, le Suédois vient de rater un troisième match de rang, après les déplacements à Valence (C1) et Sochaux. TFF décrypte les étapes du passage à vide remarqué que traverse le meilleur buteur de L1.

 

ZLATAN 3

 

Valence-PSG (1-2) : Dans l'ombre de Lavezzi et Lucas. A Mestalla, Ibrahimovic ne parvient pas à faire mentir ses détracteurs, qui lui prêtent une efficacité devant le but moindre lors des matches importants. Contre le VCF, il se débat bien pour échapper au marquage viril de l'international français Adil Rami, mais sans succès. Lucas, Lavezzi et Pastore - tous deux buteurs - se débrouillent donc seuls pour faire exploser l'arrière-garde espagnole. Une bonne frappe de l'extérieur de la surface repoussée par Vincente Guaita (61e) suivie de deux duels perdus face au gardien espagnol, et c'est tout, pour le meilleur buteur parisien. Frustré, Ibra va même ternir la fin de match de son équipe, en écopant d'un carton rouge suite à une "semelle" sur le valencian Andrès Guardado. Le Suédois ne participera  pas au match retour, le 6 mars prochain au Parc des Princes.

 

Sochaux-PSG (3-2) : Un seul tir cadré pour Zlatan ! Titulaire à la pointe de l'attaque parisienne cinq jours plus tard au stade Bonal, Ibrahimovic ne fait rien pour éviter la défaite de son équipe (2-3). La première après une série d'invincibilité longue de 13 rencontres. Malgré une superbe talonnade pour l'Argentin Lavezzi, ainsi qu'un coup-franc très dangereux, "Ibra" se montre très discret et contraint les défenseurs parisiens Alex et Sakho sonner la révolte en permettant au PSG de revenir à 1-1, puis 2-2, avant de finalemennt s'incliner. Les stats personnelles du Suédois démontrent bien à quel point sa performance fut au dessous de ses standards habituels : 50 ballons joués pour 26 perdus, 49% de passes réussis et surtout un seul tir cadré ! Habitué à "scorer" presque à chaque heure passée sur le terrain lorsque le PSG évolue à l'extérieur (14 buts en 10 titularisations !), Zlatan confirme face à Sochaux, les difficultés entrevues face aux Espagnols de Valence, quelques jours auparavant.

 

PSG-OM (2-0) : Un Zlatan méconnaissable. Après deux matches très moyens de la star du PSG, on allait enfin revoir le vrai Ibrahimovic, affirmait l'entraîneur Carlo Ancelotti, quelques heures avant le Clasico du championnat de France. Force est de constater que le pronostic de l'Italien fut loin de se vérifier, sur la pelouse du Parc des Princes. Face à des Marseillais surmotivés, le géant Suédois n'a jamais mis l'intensité nécessaire pour tirer son épingle du jeu. Avare d'efforts, il n'a que trop rarement pris la peine de se démarquer pour offrir des solutions à ses coéquipiers, notamment Lavezzi, qui a souvent cherché en vain le Suédois dans la surface de réparation olympienne. Pire, Ibra s'est même montré emprunté techniquement, au point de susciter les sifflets du Parc des Princes après une passe envoyée directement en touche. Même s'il a scellé la victoire du PSG en reprenant du genou un centre de Jérémy Ménez (2-0, 89e), Zlatan a rendu une copie pas loin d'être indigeste contre l'OM, avec 21 ballons perdus, et seulement 2 tirs cadrés sur 6.

 

Le résumé de PSG-OM avec le but chanceux de Zlatan en fin de rencontre :

 

Retour à l'accueil