benz.jpgKarim Benzema adopte de plus en plus la taille patron en équipe de France et au Real Madrid. Décisif chez les Bleus contre l'Angleterre et le Brésil, le natif de Lyon enfile les buts en club, aussi bien en Liga qu'en Ligue des Champions. En 2011, Benzegol devient (enfin? de nouveau?) l'homme providentiel.

 

Depuis le mois de janvier, la stature de Karim Benzema a changé. Il est en passe, tout simplement, de devenir l'un des tous meilleurs avant-centres européens. Il affole les compteurs et ne semble pas s'en lasser, lui qui fut tant critiqué en début de saison pour sa nonchalance et son manque d'envie. Hier soir encore, contre le grand rival, l'Atletico Madrid, pour le compte de la 28e journée de Liga, Karim a assuré avec un nouveau but, contribuant à la victoire du Real Madrid (2-1). En championnat, Benzema est à 10 buts en 26 matches, dont 7 lors des quatre dernières sorties des Merengue. Des statistiques qui en donnent le tournis quand on sait qu'il restait sur 3 doublés en 3 matches avant le déplacement à San Mames. Il est le Monsieur 55% du Real (25 buts en 46 matches toutes compétitions confondues).

 

L'autre nouveauté chez Benzegol en 2011 est sa capacité à se montrer décisif lors des grands rendez-vous. Ainsi, en Ligue des Champions, il a passé pas moins de 6 buts en 7 matches, dont 2 contre son ancien club, l'Olympique Lyonnais. L'international français (33 sélections) ne fait pas dans les sentiments et régale par des prises de risques et des gestes techniques de grande classe. De même sur la scène internationale où Karim Benzema semble être le digne successeur de Thierry Henry ou de David Trezeguet chez les Bleus. En amical, c'est lui qui avait débloqué la situation contre l'Angleterre (2-1) et contre le Brésil (1-0). Il est le meilleur buteur tricolore en activité avec 12 buts en 33 capes. 

 

De nouveau le goût de bien faire

 

Qu'est ce qui a bien pu changer chez Karim Benzema en 2 mois ? Tout d'abord, l'état d'esprit. Sur le terrain, le Madrilène a le sourire, partage ses joies avec ses coéquipiers et se montre complice avec de nombreux joueurs, dont Mesüt Ozil. Karim peut également compter sur l'aide psychologique et les avis du conseiller spécial de José Mourinho, Zinédine Zidane. Enfin, l'intéressé a livré sa propre explication sur son efficacité retrouvée après le succès de la Casa Blanca face à l'OL: "Comment j'ai fait pour changer ? . Heu... J'ai la chance de plus jouer, je m'améliore de jour en jour. Et puis, je suis quelqu'un qui ne lâche pas. J'ai beaucoup travaillé aux entraînements. Ça paye..." Au delà du mental, Benzeman devient un exemple de travail, l'homme qui tire les autres vers le haut et non l'inverse sur le terrain.

 

Tactiquement, le n°9 du Real Madrid a l'air de sentir mieux sans l'omnipotent Cristiano Ronaldo. Ecarté des terrains pendant 2 à 3 semaines suite à une déchirure à la cuisse gauche, le Portugais laisse le champs libre au duo offensif Adebayor-Benzema. L'arrivé du Togolais à la trêve hivernale semble avoir mis la Benz dans de meilleures dispositions et ne plus porter tout le poids de la pression laissé par l'absence longue durée de Gonzalo Higuain. Il affirme régulièrement dans la presse être là pour "aider Karim". L'expérience d'un Adebayor conjuguée à l'apport des pourvoyeurs de ballons que sont Ozil et Di Maria, nul doute que l'ancien rhodanien ne peut que trouver le chemin des filets.

Retour à l'accueil