Le retour du roi Real ?


 

737-cristiano-ronaldo-el-comandante-commander-goal-celebrat

 

Décidément, les grandes équipes ne meurent jamais... Ejecté de la course au titre de champion d'Espagne par la plupart des spécialistes à la trève hivernale, le Real Madrid a fait le dos rond, méditant sur les erreurs de parcours qui l'ont contraint à courir après le FC Barcelone et l'Atlético Madrid, dès la reprise. Une course perdue d'avance, répétaient les meilleurs spécialistes espagnols, persuadés que le duo Barça-Atlético allait se disputer la couronne en fin de saison, et ne laisser que des miettes à la Maison Blanche.

Et pourtant... Moins de deux mois plus tard, l'équipe la plus titrée du royaume a déjà fait taire les oiseaux de mauvais augure. Grâce, notamment, à l'efficacité de son trio offensif Ronaldo-Benzema-Bale (déjà 46 buts à eux trois !), l'équipe de Carlo Ancelotti a remis les pendules à l'heure avec une certaine maestria. Son bilan domestique depuis la trève est une ode à la perfection : 7 victoires, un match nul en huit journées, et un goal-average positif de +19. Grâce à ce fabuleux début d'exercice 2014, la "casa bianca" vient même de s'emparer de la tête de la Liga, pour la première fois de la saison, après 25 journées. 

 

Un duel décisif contre l'Atlético

 

Les Merengue comptent désormais 3 points d'avance sur leurs deux principaux rivaux que sont l'Atlético Madrid et le Barça, et s'apprêtent à vivre une semaine cruciale. Mercredi, le Real affrontera Schalke 04 lors des 1/8èmes de finale aller de la Ligue des Champions, avec pour objectif de "tuer le match", avant le retour. A l'image, en quelque sorte, de la performance réalisée par le PSG sur le terrain du Bayer Leverkusen, la semaine passée (victoire 4-0).

Ce premier contrat rempli, le Real pourra se concentrer véritablement sur le second challenge de la semaine. Il est ô combien important, puisqu'il s'agit d'un nouveau déplacement, cette fois sur la pelouse de l'Atlético Madrid en Liga. Si les Merengue montrent une nouvelle fois leurs muscles, face à un ennemi intime lourdement sanctionné à Osasuna le week-end dernier (0-3), leur rêve de conquérir à nouveau le titre de champion d'Espagne - deux ans après le dernier sacre madrilène - prendra encore un peu plus de consistance.

Et les médias pourront commencer à enterrer consciencieusement les espoirs du FC Barcelone, assurément en déclin, comme ceux de l'Atlético Madrid, une équipe finalement incapable de tenir la distance face aux grands d'Espagne. Jusqu'au prochain renversement de situation qui va faire trembler le royaume ?

Retour à l'accueil