La plus prestigieuse des compétitions européennes, la Ligue des Champions, a livré de nouveaux enseignements hier soir. Et il y a de quoi pavoiser... C'est la raison pour laquelle TFF propose un second Talk Fast Foot, ou TalkFF, un espace de discussion ou Thefastfoot vous donne la parole, autour de 3 thèmes: "Talk" pour le sujet le plus polémique, volontairement poil à gratter; "Fast" pour le plus fantaisiste ou futuriste et "Foot", qui abodera plus la tactique ou une phase de jeu. Vos commentaires, les plus pertinents, seront insérés dans l'article et laisseront place à un échange, constructif et respectueux. A vous de jouer, la balle est dans votre camp !

 

TALK : Lille, un nul à domicile qui lui coûte sa qualif'?

FR

De 2-0 à 2-2...

 

En l'espace de dix minutes, le LOSC s'est peut-être trop vu en 1/8e de finale de la Ligue des Champions. Mais au coup de sifflet final, le nul récolté à domicile (2-2), face au CSKA Moscou, a pris des allures de défaite. Jusqu'à la 72e minute, les Champions de France en titre pratiquaient un football champagne, fait de passes précises et de projections rapides vers l'avant, façon "little Barça". Mais comme leur homologue catalan, les Lillois ont montré des signes inquiétants de fébrilité face, notamment, à Doumbia, loin d'être un des plus grands cadors européens. L'Ivoirien s'est joué de la passivité de la défense, et de Rozenhal, pour réduire la marque (72e, 2-1), avant d'enfoncer le clou (90e, 2-2) suite à une mauvaise relance nordiste. Les explications de cette contre-performance sont multiples : Lille ne s'était plus frotté à la C1 depuis près de 4 ans, de nombreux problèmes physiques (après 7 matches seulement...), une équipe coupée en deux et des relâchements coupables après la réduction du score moscovite.   

 

Tout se jouera contre l'Inter Milan !

 

2-2 face au CSKA Moscou à domicile, on est loin de la situation délicate de l'OM, à la même époque la saison dernière, défait au stade Vélodrome par... le Spartak Moscou (0-1), certes. Mais le LOSC a t-il les moyens de rebondir ? Rien est moins sûr au vue de la composition et du calendrier de son groupe.
Au moment où les hommes de Rudi Garcia concédés le nul hier soir, l'Inter Milan, le favori de la poule B, s'inclinait, chez lui, face à Trabzonspor (0-1) ! Lille se déplacera, dans quinze jours, dans la bouillonante enceinte du champion de Turquie. Autant le dire, ce ne sera pas une partie de plaisir. De son côté, l'Internazionale n'est absolument pas sûre de glâner des points à Moscou, face au CSKA. Dès lors, la double confrontation entre les Dogues et les Nerazzurri (18 octobre - 2 novembre) deviendrait capitale. Histoire d'accabler un peu plus nos amis lillois, ces derniers devront affronter Lyon quatre jours après la réception de l'Inter Milan alors que le retour s'inscrira dans une période de 4 matches en 10 jours, du fait du championnat et de la Coupe de la Ligue. Certains diront que c'est en enchaînant les matches que l'on se bonifie...

 

Pas de profondeur de banc


Autre hic cependant, Lille n'a pas de réelle profondeur de banc (un mal français) : avec seulement Gueye, Jelen et Cole sur le banc hier, les Dogues devront éviter les défaillances physiques. En championnat, c'est possible. En C1, l'équipe alignée hier soir était la plus compétitive possible. Une blessure de Sow ou d'Hazard serait handicapante face à la disparité de forme entre un Jelen à court de compétition et un Joe Cole en période de reprise. Croyez-vous encore en la qualification de Lille ? TFF attend vos commentaires.

FX : Un seul mot, "déception" ! Il est anormal de se faire rejoindre de la sorte contre une équipe du CSK, globalement en dehors du coup mais d'un réalisme tranchant. Lille méritait la victoire mais a joué les 20 dernières minutes à l'envers, il est dommage de dire que ça leur apprendra pour la suite, car à cause de cela, c'est peut être la C3 qui attend le LOSC alors qu'il pourrait être très intéressant de les voir en phase finale. Toutefois, il est encore trop tôt pour prédire l'avenir du groupe qui reste toutefois encore très abordable pour les français. 

On peut noter le très bon match de Béria, Dubuchy, Balmond, Hazard et la rentrée dynamitante de Joe Cole qui doit être titulaire au plus vite, avec lui, il y a de quoi se régaler, ça pourraît être la très bonne pioche de Lille, plus que Jelen et Payet. En revanche un gros moins pour Rozehnal qui semble perdu et très friable, la défense centrale n'est pas très rassurante...

Les champions trucs ont fait leur match et surprennent les milanais, qui ont eu une pléiade d'occasion.  J'ai tendance à croire que Lille peut vraiment se qualifier, le match en Turquie peut être décisif, encore que l'Inter semble être dans une mauvaise spirale, et je ne serais pas étonné de les voir en diffuclté cette saison. On en saura un peu avec le prochain match.

 

FAST : Ryan Giggs... et de 3 nouveaux records en un match !

ROONEYCe matin, en Angleterre comme partout en Europe, un seul mot revient pour qualifier le milieu de terrain de Manchester United, Ryan Giggs, "légendaire". A lui seul, Giggs, 37 ans, a éclipsé la sérieuse contre-performance des Red Devils face au Benfica (1-1). Menés aux score, et baladés dans le jeu, les hommes de Sir Alex s'en sortent, une nouvelle fois, grâce au talent sans borne du Gallois. Grâce à ce coup de génie, mister Giggs a établit pas moins de 3 records dans la plus prestigieuse des compétitions européennes.
Le premier est qu'en inscrivant l'unique but des Mancuniens au Stade de la Luz à Lisbonne hier soir, Giggs est (re)devenu le plus vieux buteur de la compétition. A 37 ans et 289 jours, il conserve une exceptionnelle lucidité devant les buts adverses. En avril dernier, il avait déjà obtenu ce record en marquant un but contre le Schalke 04 de Raul... au stade des demi-finales.

 

Canto, Beck, Giggs et les autres...

 

Le second est que R.G. est devenu hier, grâce à la confiance de son entraîneur, Alex Ferguson, qui l'a aligné d'entrée, le premier joueur de l'histoire du football a avoir participé à 17 phases finales de Ligue des Champions. Au cours de ces 17 années, l'aillier gauche de MU a marqué au moins un but dans 16 de ces compétitions. Ce qui constitue le troisième record. A l'heure où Manchester United et Sir Alex sont en train de mettre en place une nouvelle génération dorée avec, entre autres, Fletcher, Carrick, Smalling, Evan, De Gea et Jones, Giggs fait figure de joiueur intemporel. A l'instar d'un Eric Cantona ou d'un David Beckham avant lui, Ryan Giggs occupera à tout jamais une place à part dans les mémoires des supporters de Manchester United. Que représente ce joueur "légendaire" pour vous? Donnez votre avis.

FOOT : Manchester City : Dzeko-Agüero, un super duo / Nasri-Silva, ça ne marche pas ! (en cours)

 

CITY

Retour à l'accueil