Chers Fastfooters. Hugo Lloris, gardien et capitaine de l'équipe de France relégué sur le banc de Tottenham, une anomalie ? Certainement. Mais en Angleterre comme ailleurs, le statut d'"international" ne confère pas nécessairement au nouvel arrivant une place de titulaire. Il y a un contexte à prendre en compte. Thefastfoot vous livre quelques exemples analogues à celui de l'ancien lyonnais.

 

LLORIS.JPG

 

NICOLAS DOUCHEZ : LA REALITE GALACTIQUE

C’est lors de la fin de la saison 2010 - 2011 que Nicolas Douchez, valeur sûre de Toulouse puis de Rennes, et prétendant à l’équipe de France,  est demandé par Antoine Kambouaré, alors entraîneur du Paris Saint Germain. Il est alors promis à un poste de numéro 1 pour la saison 2011 - 2012 dans une équipe qui retrouve les sommets du championnat. Une promotion dans un club d’envergure à la mesure de son talent... L’arrivée au PSG des investisseurs qatariens et de la nouvelle tête pensante Leonardo, pour qui Douchez n’est résolument pas un titulaire (et un nom) en puissance, vont précipiter sa chute sur le banc des remplaçants. Blessé,  l'ancien Rennais assiste, de loin, à l’arrivée de Salvatore Sirigu, numéro 3 de la Squadra Azzurra et très vite adoubé par le public du Parc des Princes. On se demande alors combien de temps Nicolas Douchez, qui se contente de quelques matches de coupes, tiendra ce rôle de doublure de luxe, tant l’international Sirigu parait intouchable ?

 

STIPE PLETIKOSA : UN PRECEDENT A LLORIS CHEZ LES SPURS

 

Le gardien international croate, Stipe Pletikosa, a vécu, du côté de Tottenham, une histoire assez similaire à celle d'Hugo Lloris. Alors managés par Harry Redknapp, les Spurs font appel, dans les dernières heures du mercato d'été 2010, à l'expérimenté portier du Spartak Moscou, Stipe Pletikosa. Très vite relégué sur le banc des remplaçants, l'ancien joueur de l'Hadjuk Split et du Shakthar Donetsk a connu sa première joie en League Cup. Un rendez-vous qui restera son seul et unique du côté de Londres. Car par la suite, Pletikosa, appelé en renfort, est allé tenter l'expérience en Russie, du côté de Rostov, où il ne manquera quasiment aucun match. Espérons pour Lloris que son seul match disputé, pour l'heure, contre la Lazio Rome en Europa League ne soit pas le seul et unique de sa carrière outre-Manche.

 

SHAY GIVEN : UN INTERIM ET PUIS S’EN VA…

Le gardien de but international irlandais Shay Given, 36 ans, toujours en activité dans le club d’Aston Villa s’est affirmé au plus haut niveau dans les années 2000 du côté de Newcastle. C’est fort logiquement qu’il attire en février 2009, de par sa carrière et ses prestations, l’attention du nouvel ogre anglais Manchester City, en pleine reconstruction et donc à la recherche d'un numéro 1 dans ses buts. Pendant une petite saison, l’international Given sera titulaire, laissant ensuite son poste et, par conséquent, son numéro 1 pour le... 37 à un grand espoir nommé Joe Hart, aujourd'hui gardien n°1 des Citizens et de la Three Lions. On peut penser, à juste titre, que Shay Given aura assuré un intérim d'une année afin de préparer la transition Hart. Une option qui sera celle de Tottenham entre Friedel, 41 ans, et Lloris, 25 ans ?

 

MANUEL NEUER : UN TRANSFERT QUI A FAILLI MAL TOURNER


NEUERFormé à Schalke 04 où il se révèle au grand public, Neuer connaît parfaitement la rivalité exacerbée entre le club de la Ruhr et le Bayern Munich. Malgré tout, il prend le risque de quitter Schalke à l’été 2011, pour rejoindre le club bavarois, dont les dirigeants voient en lui le digne successeur d’Oliver Kahn parti à la retraite. L’international allemand est alors totalement pris en grippe par les supporteurs munichois, qui refusent de voir débarquer une figure emblématique du club ennemi. Les sifflets pleuvent et les premiers matches sont difficiles pour Neuer, qui commettra même quelques bourdes, sous l’effet de la nervosité.

Les groupes de supporteurs munichois demandent même au portier de signer un « code de bonne conduite » qui lui interdirait de s’approcher de certains virages de l’Allianz Arena, de fêter les buts de sa nouvelle équipe, ou d’embrasser l’écusson du club. Heureusement, Neuer va calmer ses détracteurs en se rendant indispensable à l’équipe. Quelques mois après son arrivée, il bat le record d’invincibilité de la légende Oliver Kahn (7 matches). En avril 2012, il offre même au Bayern Munich son ticket pour la finale de la C1 à l’Allianz Arena, en arrêtant trois tirs madrilènes lors d’une séance de tirs aux buts mémorable.

Retour à l'accueil