A l'approche de la cloture des grands championnats européens, TFF vous offre ses analyses, ses calculs et ses projections pour tenter de deviner quels seront les champions, les européens, les maintenus, les relégués mais aussi les promus de la saison 2011-2012. Ainsi, durant encore quelques semaines, Thefastfoot accentue son zoom au plus près du football européen. Et n'en oublie pas ses incontournebles "chiffres fous fous"... 

 

Liga BBVA (36e journée – 29 buts marqués en 10 matches joué)

 

*** Special Real Madrid Champion d’Espagne ***

 

REAL-SACRE.JPG

 

mou3 : Le Special One, un surnom qui lui va comme un gant. Avec ce premier titre depuis son arrivée à Madrid, José Mourinho devient le premier entraîneur de l’histoire a remporté les 3 principaux championnats : Premier League, Serie A, Liga. Avec 4 championnats en poche (en rajoutant ses titres avec le FC Porto), le Mou égale le record d’Ernst Happel et de Giovanni Trapattoni, deux entraîneurs ayant glâné, comme lui, 4 titres dans 4 clubs de 4 championnats différents. A quand Mourinho en Bundesliga ou en Ligue 1 ?

 

7 : Ils sont désormais 7 français a avoir remporté la Liga avec le Real Madrid. Félicitations donc à Karim Benzema, Lassana Diarra et Raphaël Varane, qui rejoignent donc Raymond Kopa, Lucien Muller, Zinédine Zidane et Claude Makélélé dans l’histoire du Real.

 

20 : Avec 4 titres de champion avec l’Olympique Lyonnais, Karim Benzema, auteur d’unebenz saison   pleine avec le Real Madrid, savoure son premier sacre national avec le Real Madrid. Auteur de 20 buts cette saison, il a constitué une attaque de rêve avec CR7 (44 buts) et Higuain (23 buts). A eux trois, c’est 80% des buts du Real en championnat cette année.

 

HIGUAIN22 : Higuain fête son premier et dernier titre de champion d’Espagne avec le Real ? L’Argentin, auteur de 103 buts en 214 matches cette saison, a dû se contenter des miettes cette saison sous le maillot merengue avec, tout de même, 22 buts inscrits en 17 titularisations (!). Sous contrat jusqu’en 2016, le natif de Brest pourrait rallier le PSG, la Juve, City ou encore Chelsea dès cet été pour avoir un nouveau statut.

 

30 : Pour être champion, il faut remporter le plus possible de match. En route pour les 100 points (le Real en détient 94 à deux journées de la fin), les hommes de José Mourinho ont connu le succès à 30 reprises en 36 rencontres de Liga cette saison, pour 4 nuls et seulement 2 défaites.

 

30 encore : Meilleure attaque, le Real Madrid a encore deux journées pour devenir la meilleure défense d’Espagne. Avec, certes, seulement 30 buts d’encaissé lors de l’exercice 2011-2012 (0,83 buts/match), les Merengue ont concédé 3 buts de plus que son dauphin, le FC Barcelone. A Ramos et Varane, entre autres, d’être vigileants, lors du déplacement à Grenade (37e j) et la réception du Real Majorque (38e j).

 

32 : Orphelin du titre de champion depuis la saison 2007-2008 et l’hégémonie du Barça, le Real décroche le 32e titre national de son histoire, soit 11 de plus que le FC Barcelone.

 

CR7

44 : CR7 toujours dans l’ombre de Lionel Messi ? Le Portugais, étincelant une nouvelle fois cette saison, a marqué son 44e but de la saison en championnat à San Mamès, face à l’Athletic Bilbao (0-3). Mais lors de cette même 36e journée, l’Argentin Lionel Messi a inscrit son 44e, 45e et 46e but sous le maillot blaugrana en Liga, contre Malaga (4-1).

 

115 : L’une des forces de ce Real champion : son attaque, la plus prolifique de son histoire. Après en avoir passé 3 au finaliste de la prochaine Ligue Europa, l’Athletic Bilbao (3-0), les Madrilènes ont inscrit leur 113e (Higuain), 114e (Ozil) et 115e but (Cristiano Ronaldo) de la saison en championnat. Soit la plus importante moyenne des grands championnats européens (3,19 buts/match). Soit 7 de plus que le Barça (108).

  
- Les enseignements de la semaine

MESSIAlors que le Real Madrid a décroché son 32e titre dans la cathédrale de San Mamès face à l’Athletic Bilbao (3-0), Lionel Messi effaçait le record de Gert Müller, meilleur buteur toutes compétitions confondues sur une saison, avec 68 buts [contre 67 à l’avant-centre du Bayern Munich dans les années 70, ndlr.], face à Malaga (4-1). La formation entraînée par Manuel Pellegrini, candidate au podium, paye au prix fort sa contre-performance après la victoire nette et sans bavure du FC Valence devant Osasuna (4-0). Le Bétis remporte le derby sévillan (2-1) alors que Villarreal remporte le match de la mort sur la pelouse du Sporting Gijon (3-2) mais n’assure pas encore totalement sa place en Liga BBVA la saison prochaine.

 

- La lutte pour les places européennes :

3 - Valence  58 points

4 - Malaga  55 points
5 - Levante  52 points
6 - Atletico Madrid  50 points
7 - Real Majorque  49 points

rayoEn Liga, la 3e place est synonyme de qualification directe pour la C1 alors que la 4e rime avec tour préliminaire. Dans la course au podium, le FC Valence a pris une très sérieuse option en étrillant Osasuna (4-0). Lors des 2 dernières journées, les coéquipiers d’Adil Rami affronteront Villarreal, presque sauvé, et la Real Sociedad, assuré de son maintien. Autant le dire, Valence est en position de force pour être le 3e club d’Espagne cette saison. Derrière, la donne paraît plus compliquée pour Malaga, qui devra se relever de la gifle reçue par le Barça (4-1) lors d’un déplacement pour le moins spectaculaire samedi, à Vicente Calderon, pour y affronter l’Atletico Madrid (6e) avant de recevoir le Sporting Gijon, pas encore mathématiquement relégué. De son côté, la révélation de la saison, Levante, n’a pas une fin de saison des plus aisées avec un déplacement à Majorque et la récéption de l’Athletic Bilbao, qui saura peut-être, d’ici là, sacré champion d’Europe.

- La lutte pour le maintien :

16 - Villarreal  41 points
17 - Rayo Vallecano  40 points
18 - Real Saragosse  37 points
19 - Sporting Gijon  34 points
20 - Racing Santander  27 points

 

Qui accompagnera Santander en Segunda Division ? Quatre équipes peuvent encore occuper les deux dernières places de la charrette. Et pour éviter de se faire peur, les différents prétendants vont devoir batailler ferme pour ne pas connaître un triste sort. Ainsi, Villarreal devra montrer les muscles sur le terrain de Valence samedi, dans une affiche qui avait des allures de joutes européennes il y a quelques années. De son côté, le Rayo, qui enchaîne les contre-performances, n’aura pas la tâche facile face au FC Séville. L’autre club sévillan, le Bétis, pourrait faire chuter le Sporting Gijon, qui a une chance sur 100 de se maintenir la saison prochaine. Enfin, Saragosse recevra Santander déjà relégué, avant d’aller à Getafe qui n’a plus grand chose à jouer dans cette Liga.

Retour à l'accueil