Chers Fastfooters, depuis quelques semaines, votre site s'interroge en voyant Hugo Lloris, condamné à l'ennui sur le banc des Spurs. Cette situation étonnante pour le capitaine de l'équipe de France nous a conduit à évoquer ces gardiens de buts dont le transfert s'est conclu par un fiasco (CLIQUEZ ICI)... Aujourd'hui, TFF fait le constat qu'à son corps défendant, l'ancien Lyonnais vient d'intégrer - peut-être temporairement - la catégorie de ces joueurs "patrons en sélection, mais remplaçants en club". Votre site vous présente quelques cas, dont Lloris espère sans doute ne pas avoir à s'inspirer trop longtemps...

 

LUGANODIEGO LUGANO, CAPITAINE RESERVISTE - Arrivé à Paris escorté d'une réputation très flatteuse à l'intersaison 2011, le défenseur uruguayen s'est perdu. Dépassé par la vitesse des attaquants de Ligue 1, pénalisé par un jeu trop dur, il va vite rejoindre le banc de touche du club de la capitale, et devenir un ultime recours pour Antoine Kombouaré, comme plus tard, pour Carlo Ancelotti. Cette saison, Lugano n'a pas encore eu droit à la moindre minute de jeu sous le maillot parisien. Pire, l'arrivée de Thiago Silva et les progrès de Mamadou Sakho ont poussé Ancelotti à l'exclure de la liste des joueurs qualifiés pour disputer la Ligue des Champions 2012-2013. Stupéfaction totale en Uruguay : au pays, Lugano est considéré comme un excellent défenseur, courageux et puissant.

 

A 31 ans, il compte 71 sélections et figure parmi les cadres de la sélection d'Oscar Tabarez, demi-finaliste du mondial 2010 et victorieuse en Copa America l'année suivante. Là-bas, rien ne semble pouvoir entamer le crédit de l'ancienne star de Fenerbahce, pas même un humiliant statut de réserviste en club : Lugano vient d'ailleurs d'être convoqué pour disputer les deux prochains matches de la Celeste, comptant pour les éliminatoires du mondial 2014 face à l'Argentin et la Bolivie. Sur le terrain, Lugano portera le brassard de capitaine, comme l'a annoncé le sélectionneur uruguayen. TFF parie même que, comme face à l'équipe de France au mois d'août (0-0), Lugano se montrera plutôt solide. Alors, simple question de confiance ?

 

KAKAKAKA, OBJECTIF 2014 - Presque résigné, le Ballon d'Or 2007 entame sa quatrième saison au Real Madrid en sachant parfaitement que José Mourinho ne le considère pas comme une pièce essentielle de son effectif. Le Brésilien n'apparaît que de façon épisodique sur la pelouse de Santiago Bernabeu, et son avenir pourrait s'écrire sous d'autres cieux (Galatasaray le convoite notamment). Sélectionné une seule fois par Mano Menezes depuis la Coupe du monde 2010 - blessé, il n'avait pu participer aux rencontre amicales face au Gabon et l'Egypte l'an dernier - l'ancien Milanais peut pourtant espérer faire partie de la liste de 23 joueurs que le sélectionneur brésilien retiendra pour la Coupe du monde 2014, à domicile.

 

Même sous-utilisé par le "Special One" chez les merengue, Kaka (30 ans) vient d'être rappelé par Menezes pour les matches amicaux contre l'Irak et le Japon, au mois d'octobre (11 et 15/10). Pas un hasard : le patron de la seleçao a besoin d'un leader expérimenté pour encadrer une génération de jeunes joueurs (Neymar, Lucas Moura, Oscar...) pétris de talent, mais presque novices au plus haut niveau international. Kaka, qui compte 82 sélections et 27 buts avec la seleçao, peut rêver d'une fin de carrière en apothéose, s'il réussissait à emmener "son" Brésil à un nouveau titre mondial en 2014, douze ans après le dernier sacre auriverde.

 

BALOTELLIMario Balotelli, l'azzurro lui va si bien - Titulaire avec la sélection italienne pendant l'Euro, "Supermario" a brillé - 3 buts dont un doublé en demi-finale - et donné raison à Cesare Prandelli, qui avait choisi d'en faire son leader d'attaque, malgré un caractère difficile et une forte tendance à oublier ses partenaires sur le terrain. Malheureusement pour lui, son entraîneur en club Roberto Mancini, ne fait pas preuve de la même mansuétude à son égard. Si Balotelli considère qu'aucun joueur au monde ne lui arrive à la cheville à l'exception de Lionel Messi, Mancini en compte au moins trois, rien que chez les Skyblues. Pour le technicien transalpin, titulariser Aguëro, Dzeko ou même l'Argentin Tévez - avec qui ses relations ont longtemps été orageuses - vaut toujours mieux que se fier à "Supermario" pour débuter une rencontre. A 22 ans, l'attaquant italien, capable d'éliminer l'Allemagne à lui tout seul en demi-finale de l'Euro, passe donc le plus clair de son temps sur le banc de touche des champions d'Angleterre.

Retour à l'accueil