(Actualisation de l'article du 8 décembre 2011) - L'Apoel Nicosie est le premier club chypriote à atteindre les huitièmes de finale de la Ligue des Champions, qui plus est en terminant premier de son groupe (G). Une ascension spectaculaire que la formation insulaire doit à ses victoires surprises face au FC Porto (2-1 et éliminé) et contre le Zénith Saint-Pétersbourg (2-1, deuxième). Son effectif s'appuie en partie sur des joueurs locaux (14), portugais (3) et brésiliens (6), dont Ailton, son attaquant vedette, recruté au FC Copenhague en 2010. A l'instar de l'équipe danoise la saison passée, mais aussi de Bâle cette année, bourreau de Manchester United, l'Apoel Nicosie est THE surprise, que bien des clubs voudraient s'offrir en huitièmes... non sans un réel risque de se faire piéger. 

Nicosie couci-couça

APOEL.JPGTrève de plaisanterie, le terme "Apoel" n'inclut aucune notion de nudité. De plus, l'"Apoel" de Nicosie n'a pas, non plus, de lien de parenté avec l'"Hapöel" de Tel-Aviv. Le préfixe de la formation israëlienne signifie tout bonnement "ouvrier", faisant référence à la classe sociale des joueurs, au moment de la création du club, et des supporters par extension. L''Apoel" de Nicosie est l'acronyme, en grec dans le texte, de Athlitikós Podosferikós Ómilos Ellínon Lefkosías. Autrement dit "Club de football athlétique des Grecs de Nicosie". Et comme l'histoire de l'île de Chypre, celle de l'Apoel Nicosie est étroitement liée à celle de la Grèce. 

 

Lors de sa fondation, le 8 novembre 1926, l’Apoel ne s’appelait encore que le Poel. Pour le côté athlétique donc, il faudra repasser. L’idée de créer ce club a mûri dans l’esprit d’une cinquantaine d’individus, bien déterminés à mettre sur pied une formation représentant tous les Grecs de la ville. A l'heure où de nombreux pays pourraient perdre dans les prochaines semaines leur "A" en Europe, l' « Apoel Nicosie » a obtenu le sien, deux ans plus tard, après un tournoi où les joueurs du Poel avaient démontré de belles qualités athlétiques. Pendant 4 ans, l’Apoel disputa des rencontres amicales avant de pouvoir défendre ses couleurs, le Bleu et le Jaune, en Cyprus Football League, crée en 1932. Au fil des années, l’Apoel devint l’une des plus grosses écuries de l’île en remportant pas moins de 5 titres de champion de suite entre 1936 et 1940. Après la seconde guerre mondiale, l’Apoel connaît la crise. Certains joueurs quittèrent le club au début de l’année 1948, afin de protester contre leur conseil d’administration, qui avait insinué que la guerre civile grecque était sur le point de s’achever. Ces contrariés fondèrent, en juin, le FC Omonia Nicosie, qui reste l’un des grands rivaux de l’Apoel aujourd’hui.

 

Sur le devant de la scène en cette fin d’année 2011, les grands débuts de Nicosie sur la scène européenne remonte à 1963. L’Apoel, premier club chypriote à atteindre aujourd’hui les 8e de finale de la C1, était déjà précurseur à l’époque puisqu’il est le premier club hellénique à avoir atteint la Coupe des vainqueurs de Coupes. Vainqueur de son premier match face aux Norvégiens de SK Gjovik-Len (6-0, 1-0), l’Apoel Nicosie subi, au tour suivant, les détenteurs du trophée, le Sporting Portugal (16-1). Des débuts européens plus que couci-couça donc pour Nicosie. Vingt-trois ans plus tard, en 1986, l’Apoel Nicosie fit de nouveau parler de lui lors du second tour de la Coupe d’Europe des clubs champions. Devant affronter le Besiktas Istanbu, dans ce qui devrait être le premier choc de l’histoire de la compétition européenne entre un club turc et un club chypriote, l’Apoel Nicosie reçoit l’ordre du gouvernement chypriote de ne pas disputer cette rencontre, pour des raisons politiques. L’équipe de la capitale respecta cette prérogative et se retrouva exclut de toutes compétitions continentales pendant un an.

 

Après une décennie 90 riche en titres au niveau national (3 championnats, 5 coupes et 4 supercoupes), l’Apoel Nicosie réalisa ses premiers en Ligue des Champions, nouvelle formule. L’équipe chypriote est éliminée par l’AEK Athènes à l’issue des phases de poules et butta, en Coupe de l’UEFA, sur le Hertha Berlin. Sept ans plus tard, lors de la campagne 2009-2010, l’Apoel Nicosie commença à taquiner les grosses écuries. Tombés dans le groupe de Chelsea, Porto et l’Atletico Madrid, les Bleus et Jaunes tinrent en échec l’Atletico Madrid (0-0 puis 1-1) et Chelsea (2-2 à Stamford Bridge). Seul hic, l’équipe emmenée par  ne remporta pas le moindre match et termina dernier de son groupe… à égalité de points avec les Madrilènes. Les prémisses d’un brillant avenir…

 

Meilleur que trois clubs champions d’Europe réunis !

 

Zénith Saint-Petersbourg (Coupe de l’UEFA 2008), Shakthar Donetsk (Europa League 2009) et FC Porto (C1 en 1987 et 2004 et C3 en 2003 et 2011), voici les prestigieux adversaires qu’ont tiré, en début de saison, l’Apoel Nicosie pour sa nouvelle campagne en Ligue des Champions. Pour de nombreux bookmakers, la formation hellénique faisait figure du parfait souffre-douleur. Au cours de l’été, l’Apoel avait bataillé pour obtenir son billet en C1 en disposant, au 3e tour, de Skenderbeu Korçe (2-0, 4-0), du Slovan Bratislava (0-0, 2-0) au second tour et du Wisla Cracovie (0-1, 3-1) en tour préliminaire. Bien en jambes, les Chypriotes créaient la surprise dans leur stade GSP (22859 âmes) en battant le Zénith Saint-Pétersbourg (2-1).

 

STADE-NICOSIE.JPG

 

En déplacement, les hommes d’Ivan Jovanovic assurent l’essentiel en concédant deux nuls à Donetsk et à Porto (1-1). Lors de la 4e journée, l’outsider devient leader en battant le FC Porto (2-1) et glâne l’unique point nécessaire pour être assuré d’une qualification au tour suivant, sur la pelouse de Saint-Pétersbourg (0-0). Gagner à domicile, ramener le nul à l’extérieur, tel était, sur le papier, l’impératif fixé par le onze chypriote. Lors de la dernière rencontre, l’Apoel, déjà qualifié, laisse filer le match en faveur du Shakthar (0-2). Premier de son groupe avec 9 petits points, Nicosie devient le petit poucet de ces huitièmes de finale. Ses potentiels adversaires en 1/8e de finale sont l’OM, l’OL, Bâle, CSKA Moscou, Naples, Milan AC, Bayer Leverkusen et le Zénith Saint-Pétersbourg.

 

A lire aussi :

 

Mais qui es-tu, Anzhi Makhachkala? (cliquez ICI)

 

Mais qui es-tu, Levante? (cliquez ICI)


Retour à l'accueil