Salut les Fastfooters ! Bien parti pour réussir un exercice de tous les records, le Bayern Munich 2012-2013 est devenu le tube footballistique du printemps. Grâce à la prévoyance des dirigeants, l’équipe qui lui succèdera en août prochain pourrait être encore plus performante. Voici pourquoi…

 

321504 des-supporteurs-du-bayern-munich-lors-de-la-finale-d


Un entraîneur hors-norme

Au cœur du mois de janvier, Pep Guardiola officialise la signature d’un contrat de 3 ans avec le club bavarois. Au moment de sceller cet engagement avec Uli Hoennes, l’ancien maestro catalan ignore peut-être qu’il va relever l’un des défis les plus difficiles qui soient, même si le technicien espagnol a déjà conscience qu'il va succéder à un entraîneur (Jupp Heynckes) qui a ramené le bouclier de champion d'Allemagne en Bavière, après deux années de triomphe du Borussia Dortmund. Entre-temps, le Bayern Munich de Jupp Heynckes a étendu son hégémonie au continent, en stoppant celle du grand Barça lors des demies-finales de la Ligue des Champions (4-0/3-0).

 

GUARDIOLALe Bayern 2013, c'est un groupe sûr de sa force qui se dirige à pas décidés vers un historique triplé Bundesliga-Coupe d’Allemagne-Ligue des Champions.La mission qui incombera à Guardiola dans quelques mois sera donc évidente : Péréniser l'hégémonie du Bayern Munich sur l'Europe du foot. Doit-il pour autant s’inquiéter, face à l'ampleur de la tâche ? Pas nécessairement, car l'immense palmarès acquis avec le FC Barcelone (14 titres en 4 saisons, dont deux en C1) lui assurera d’emblée le respect et l’admiration d’un effectif bavarois qu’on parie prêt à partir à la guerre sous les ordres du nouveau général.

 

Pour convaincre, il lui faudra péréniser le succès du club en remportant de nouveaux titres et inculquer à son équipe une identité de jeu spectaculaire et novatrice, dans l'espoir que le Bayern succède au Barça, au palmarès des références continentales. Architecte d’une équipe-modèle entre 2007 et 2011, Pep doit désormais en construire une seconde sur des fondations… en or massif, laissées par son prédécesseur Jupp Heynckes.
 

Recrutement : copier le modèle de l'été 2012 

 

Pendant ses "années folles", le club blaugrana n’a jamais vraiment affolé la chronique des transferts. Suivant le célèbre adage qui recommande de ne pas changer une équipe qui gagne, la direction du FCB s’est montrée attentiste sur le marché des transferts, en recrutant seulement quelques joueurs (Fabregas, A.Sanchez, Song, Alba) dont l’intégration n'a pas toujours été une réussite. Malgré cela, le bénéfice évident de cette politique timorée fut de ne pas bouleverser l'équilibre d'un groupe capable de performances exceptionelles.


Avec l’arrivée de Pep Guardiola à sa tête, le Bayern Munich semble également enclin à ne pas faire trop de vagues sur le marché des transferts. Recruter peu, mais recruter juste, ce pourrait être le leitmotiv du club munichois pour l'été à venir. L'an passé, les scouts du Bayern avaient fait de l’excellent boulot, en repérant trois joueurs suceptibles d'apporter un vrai plus au groupe et de bouleverser le onze. Avec les arrivées de Javi Martinez, Dante et Mario Mandzukic pour un total de 60 M€ environ, le club bavarois a incontestablement passé un cap. En défense, dans l'entrejeu et devant, chacun de ces trois hommes s'est imposé dans son secteur de jeu.

 

Le Bayern en quête de perfection


Pour la saison 2013-2014, le public de l’Allianz Arena aura la chance de voir évoluer l’un des footballeurs les plus talentueux de la jeune génération allemande en la personne de Mario Götze, dont l’arrivée en Bavière pour 37 millions d’euros a été officialisée voilà une dizaine de jours. Avec ce milieu offensif de génie, efficace devant le but et excellent dribbleur, Guardiola tient d'ores et déjà un nouvel atout décisif pour composer le onze-type de « son » Bayern. Grâce à sa vivacité, sa technique et sa qualité de passe, le protégé de Jürgen Klopp apportera un nouveau profil -davantage porté vers l'avant- sans doute complémentaire à la paire Martinez-Schweinsteiger.

 

mario-gotze-hairstyles-photo.jpgPour le « Mister », quel plus beau clin d’œil que de se voir offrir le « Messi allemand » en cadeau de bienvenue ? Malheureusement, l’arrivée de Götze pourrait faire une victime collatérale. Pas le premier joueur venu, puisqu'il s'agit de Thomas Müller, élu meilleur espoir de la Coupe du monde 2010 et actuel dépositaire du poste de meneur de jeu chez les "rouges" du Bayern. Auteur d’une saison énorme (21 buts toutes compétitions confondues, 12 passes décisives), il pourrait pourtant devoir laisser sa place de titulaire à son coéquipier de la Mannschaft. A moins que Pep Guardiola ne décide de tester l’international allemand sur l’aile droite de l’attaque, secteur où le probable départ d'un Arjen Robben en fin de contrat (vers Galatasaray ?) va rebattre les cartes. En cas d'exil forcé, Müller pourrait rebondir en Italie où la Juventus Turin rêverait de le faire signer.


Dans sa quête de perfection, le Bayern Munich cherche également à s’offrir le Polonais Robert Lewandowski, meilleur buteur de Bundesliga (23 buts) qui évolue chez l'ennemi du Borussia Dortmund. Depuis que le natif de Varsovie a atomisé le Real Madrid à lui tout seul, avec un quadruplé retentissant lors des demies-finales aller de la C1, il est devenu la cible de toutes les convoitises. Malgré l'interêt de Manchester United, plusieurs médias l'envoient déjà rejoindre l'armada du Champion d'Allemagne en fin de saison, une fois son contrat avec le BvB arrivé à terme. C’est le énième signe de l’énorme ambition bavaroise. A Munich, on ne se contente pas d'avoir déjà, avec Mandzukic et Gomez, deux « tops buteurs » qui comptent parmi les plus efficaces en Europe. Et les rumeurs qui font état de l'intérêt du club allemand pour Neymar ou Gareth Bale, suggèrent que décidément, ce Bayern Munich est insatiable !

Retour à l'accueil