Chers Fastfooters. Le 1er février 2014, nous vous présentions Yevhen Konoplyanka. Annoncé à l'époque à l'OM, puis dans différents clubs anglais, le jeune talent ukrainien devrait s'engager, dans les prochaines heures, en faveur de l'AS Rome... à moins qu'Everton ne se montre plus convaincant. Voici l'article actualisé. Alors que le marché hivernal des transferts demeure des plus calmes, un joueur pourrait rallier la Serie A : Yevhen Konoplyanka. Zoom sur un joueur fantasque qui évolue dans les rangs d'un club de l'Est ukrainien, Dnipro Dnipropetrovsk. 

 

YEVHEN KONOPLYANKA

 

yevhen-konoplyanka.jpg

 

Dans l'oeil du Dnipro 

 

Yevhen Konoplyanka est né en 1989, du côté de Kirovohrad, une ville du centre de l'Ukraine qui n'a pas vu sa population croitre depuis une bonne trentaine d'année (environ 230000 habitants aujourd'hui). Il a fait ses gammes au sein de l'un des clubs de sa contrée, l'Olimpik Kirovohrad, qui a fusionné avec une autre équipe, pour devenir le FC Zirka en 2008. Mais le jeune Yevhen n'a pas assisté à ce mariage de raison puisque ce dernier a quitté sa ville natale en 2006 pour l'un des clubs phares en Ukraine, derrière le duo Dynamo Kiev - Shakthar Donetsk, le Dnipro Dnipropetrovsk. Le joueur (1,76m, 69 km) mettra du temps, précisément deux saisons, pour devenir l'un des métronomes de son équipe et de sa sélection. 

 

La lumière de l'Euro 

 

Avec le numéro 10 dans le dos, le jeune Konoplyanka a disputé son premier match avec l'équipe première du Dnipro le 26 août 2007, contre le FC Zakarpattian (0-0). Puis, c'est sous les ordres de Vladimir Bessonov, un ancien international soviétique, que Yevhen Konoplyanka a progressé. Prometteur, ce dernier a remporté son premier titre avec son pays, au championnat d'Europe des moins de 19 ans, au dépend de... l'Angleterre (2-0), lors d'une finale disputée à Donetsk.

 

Lors de la saison 2009-2010, il disputa, à seulement 20 ans, 25 matches toutes compétitions avec son clubs pour 5 buts. La saison suivante, le jeune feu-follet a vu arriver l'ancien entraîneur du Real Madrid, et actuel coach du Dnipro, Juande Ramos. Dès lors, nouvel essor pour le natif de Kirovohrad qui inscrira 8 buts et délivrera 10 passes décisives en 28 matches de Premier League ukrainienne à l'issue de l'exercice 2010-2011. Des statistiques qui lui ont ouvert les portes de la sélection alors emmenée par l'emblématique Oleg Blokhine. 

 

L'éclosion du jeune joueur interviendra à l'occasion de l'Euro des A, co-organisé par son pays avec la Pologne. Konoplyanka a été titulaire lors des trois matches disputés par sa formation lors de cette compétition et a croisé, notamment, le chemin de l'équipe de France. Le numéro 19, alors aligné à la gauche de l'attaque de la sélection ukrainienne, derrière la légende Schevchenko, est entré dans la cour des grands. Mais la véritable lumière n'est pas venue de cette compétition mais d'un voyage... en Angleterre. 

 

Manchester United, Arsenal et Liverpool 

 

Trois ans après son brillant succès avec les U19 contre la Perfide Albion, "Kono" va de nouveau battre le fer contre l'Angleterre lors des éliminatoires de la coupe du monde 2014. Au soir du 11 septembre 2012, Konoplyanka se présente comme titulaire à Wembley pour y affronter l'Angleterre. Les deux équipes sont favorites d'un groupe composé du Monténégro, de la Pologne, de la Moldavie et de Saint-Marin. A la 39e minute, l'international ukrainien s'engouffre sur son côté gauche, repique dans l'axe et enveloppe une frappe qui laisse pantois tout un stade. Exceptionnel ! Au-delà de ce but, le milieu offensif du Dnipro réalise une prestation remarquable, faisant tourner en bourrique le défenseur de Tottenham, Kyle Walker (score final : 1-1).

 

 

 

Titulaire à tous les matches des éliminatoires, Konoplyanka brille dans sa position. Aligné aussi bien derrière l'attaquant de pointe (Yarmolenko) que sur le flanc gauche, le joueur se distingue par sa vitesse et sa précision dans les passes. Doué techniquement, Konoplyanka se met au service du collectif et constitue une arme diabolique dans les trente derniers mètres. Et cette saison, après seulement quelques mois, Kono affole les compteurs avec déjà 8 buts et 10 passes décisives en 29 matches disputés toutes compétitions confondues. 

 

Mais c'est bel et bien sa performance à Wembley, il y a un peu plus de deux an maintenant, qui a fait chavirer le coeur des grosses écuries anglaises. Lors du mercato estival 2013, ce sont Manchester United et Arsenal qui sont venus aux renseignements, sans pour autant passer à l'action. Au début de l'année 2014, le board de Liverpool était sur le point de passer à l'offensive. Le quotidien britannique The Telegraph avait même fait état d'une offre à hauteur de 20 millions d'euros pour s'attacher les services de ce numéro 8 des plus polyvalents. En vain, "Kono" a échappé à ce destin qui le lie à l'Angleterre. 

 

Dans les pas de Schevchenko...

 

Les joueurs ukrainiens qui ont percé en Serie A ne sont pas légions. Un nom a cependant marqué le football transalpin : Andrei Shevchenko, qui a fait les belles heures du Milan AC. Qu'en sera-t-il de Yehven Konoplyanka ? A l'instar de son aïeul, "Kono" pourrait rejoindre une équipe, l'AS Rome, coachée par le Français Rudi Garcia, qui tourne bien. Deuxième du championnat derrière la Juventus Turin qui paraît intouchable, le club de la ville éternelle est de nouveau une place forte du football italien après des années de disette. Mais l'international ukrainien hésiterait toujours à franchir le pas. L'intérêt témoigné d'Everton, qui a perdu Eto'o parti à la Samp', l'intéresserait davantage. La balle est de nouveau dans le camp de la Perfide Albion.

 

La spéciale de Konoplyanka : 

 

Retour à l'accueil